Santé Entretien et Qualité de l'air

10 objets que vous ne devriez pas remplacer en fin de vie

Pourquoi? Car ces objets de tous les jours sont nocifs: pour l'environnement ou pour votre santé. Vivre sans eux, c'est plus simple qu’il n’y parait et plus durable!

Objets jetable, non recyclables, nocifs pour la santé et l'environnement
© Wikimedia Commons

Depuis plusieurs décennies, de nouveaux objets se sont invités dans nos modes de vie. Gain de temps et de place, utilisation ludique, nous avons adopté ces produits innovants et parfois technologiques pour nous faciliter la vie. Aux détriments parfois de l'environnement ou de notre santé! Alors si l'un de vos articles cités ci-dessous s'est usé ou cassé, et qu'il serait temps de le remplacer... Un instant! Envisagez d'abord de ne pas le remplacer, mais de plutôt opter pour une alternative pratique, simple et durable! 

Cet article est largement inspiré de celui de Melissa Breyer, publié par le magazine TreeHugger, 10 choses à ne pas remplacer si elles sont usées ou cassées. Son propos est si pertinent que nous avons décidé de le traduire et de l'adapter pour vous.

1. Le four à micro-ondes

© wikimedia commons

Le bilan environnemental du four à micro-ondes est sans appel: très difficile à recycler, ce petit électroménager finit rapidement à la décharge, ce qui représente entre 40 à 100 livres de matériaux dangereux à enfouir par appareil. Si le vôtre vient de rendre l'âme, vous pouvez en faire un don pour réparation (à un centre de dons) ou le porter à l'écocentre… Puis vous pouvez tenter l'expérience de vivre sans! Il existe des alternatives à chaque fonctionnalité: l’eau peut être chauffée à la bouilloire, le popcorn avec une machine à popcorn ou sur la cuisinière, les restes peuvent être réchauffés à la poêle ou dans un petit four grille-pain, etc. S'en passer nous permet aussi de nous tenir loin des repas surgelés!

2. Les sacs de type « Ziploc »

© Kinderville

Les sacs en plastiques refermables et jetables sont l’un des péchés écologiques les plus difficile à abandonner. Mais avec un peu de planification, il devient facile de les éviter. Pour les collations, on peut les remplacer par des pochettes en tissu imperméable, comme le coton (parfois biologique) enduit de cire et d'huile ou des modèles en plastique #4, sans BPA ni aucun produit toxique. Réutilisables à profusion, ils éviteront des centaines de sacs jetables à long terme; vous en trouverez dans la plupart des magasins biologiques ou naturels. Coup de coeur pour le petit rucher du Nord, une compagnie québécoise, fabrique des emballages de coton biologique et de chanvre infusés avec un mélange de cire d'abeille, d'huile de jojoba biologique et de résine d'arbres, qui permettent de conserver et transpoter ses aliments naturellement. On adore!

Pour fabriquer vous-même un coton bio enduit de cire.

htapi-flex

 

3. Les contenants de plastique

© wikimedia commons

Le rêve de la femme au foyer des années 50, le plat de plastique est aujourd’hui un cauchemar planétaire. Et il peut même entrainer des problèmes de santé. Lorsqu’il devient trop vieux, vous pouvez le réemployer à d'autres fins, comme par exemple pour ranger des fournitures d’artisanat, en faire des compartiments pour matériaux, pour ranger divers objets… Ensuite, on préfère d'autres solutions pratiques plutôt que de racheter de nouveaux plats de plastique: optez pour des pots et contenants de verre, recouvrez le plat d’une assiette ou d’un papier essuie-tout avant de le mettre au frigo, utilisez du papier ou papier ciré, un linge à vaisselle humide, un linge réutilisable en cire d’abeille ou des contenants en inox ou papier d’aluminium pour ranger ou transporter les aliments. Les alternatives sont nombreuses. Pour vous passer complétement du plastique chez vous, consultez notre article!

Et pour remplir ces contenants sans plastique, en plus d'éviter d'acheter votre lunch et celui de vos enfants, allez jeter un oeil du côté de l'organisation le Jour de la Terre, qui fait la promotion des ateliers À vos frigos. Ces ateliers de cuisine de deux heures, propulsés par le Fonds Éco IGA à travers le Québec et le Nouveau-Brunswick, permettent de découvrir des trucs pour éviter le gaspillage et utiliser vos aliments périssables, en utilisant les invendus des magasins IGA. Ces ateliers se déroulent en compagnie d’un expert du Jour de la Terre et d’un chef de La Tablée des Chefs. Et pour gagner du temps, consultez les recettes anti-gaspillage du Jour de la Terre.tv qui vous feront gagner bien du temps les soirs de semaine peu inspirés!

4. Le savon liquide

© wikimedia commons

Depuis l'arrivée des gels et autres liquides, le savon en barre est devenu moins populaire. Nombreux ceux qui croient (à tort) qu’il sont couverts de microbes, d’autres le trouvent tout simplement peu pratique. L’auteure de l’article paru dans TreeHugger a calculé sommairement que quelques 270 millions de bouteilles en plastique avec pompe se retrouvent ainsi dans le cycle des déchets… annuellement! C’est énorme! Et son calcul tient uniquement compte du savon pour le corps, il omet les bouteilles de savon à mains, encore plus populaires. Selon elle, l’empreinte carbone du savon liquide (sans compter l'emballage) est 25 % plus importante que pour le savon barre. Faites un pas de plus et optez pour un savon bio fait par une compagnie locale, il en pleut!

5. La machine à café à dosettes

CC0, kboyd

Les archéologues du futur seront probablement perplexes devant la quantité de petites pochettes de plastique ou d'acier inoxydable débordant des dépotoirs du monde entier. Avec plus de 9 milliards de dosettes vendues chaque année, il y a de quoi avoir le vertige. Même si certaines sont recyclables, « la façon la plus sûre de rendre ces dosettes plus durables est probablement de cesser de les utiliser », comme le note David Gelles dans le New York Time. Et ce ne sont pas les alternatives qui manquent – pot Moka, café turc, filtres réutilisables, machine expresso classique, percolateur - Ils ne demandent pas vraiment plus de temps et les cafés sont vraiment meilleurs. Consommez équitable!

6. Les lingettes jetables

wikimedia commons 

Les lingettes jetables sont un vrai désastre. Plusieurs sont pleines de produits toxiques, certaines contiennent des fibres plastiques qui se retrouveront dans la chaine alimentaire, comme tout le plastique de ce monde et elles détruisent les égouts municipaux. La revue The Guardian en a fait « le plus grand méchant de 2015 ». Utilisez une bonne vieille débarbouillette en coton, ou si vous les aimez à ce point, vous pouvez en faire vous-même! De nombreuses recettes et alternatives ici.

7. Les poêles anti-adhésives

© Your Best Digs, CC

Sur ce point, les scientifiques sont unanimes. Les articles de cuisson antiadhésifs sont à éviter: les produits chimiques qui leur donnent l’anti-adhérence sont reliés à des problèmes de santé tels que l’obésité, le dysfonctionnement du foie, la colite ulcéreuse, le cancer du rein, un faible poids à la naissance et une diminution de la réponse immunitaire. Plusieurs alternatives existent, et les poêles en fonte durent toute une vie, et lorsqu’on apprend à les utiliser, on ne veut plus jamais cuire avec autre chose!

8. Les désodorisants, purificateurs d’air et produits de nettoyages parfumés

© Pixabay

On vous en a parlé il y a quelques semaines. La plupart des purificateurs d’air et produits de nettoyage industriel sont pleins de produits chimiques dérivés de distillats de pétrole. Ces produits sont connus pour causer de l’irritation des voies respiratoires, des maux de têtes, etc. Il faut donc faire attention aux ingrédients et éviter tout produit contenant du « parfum ». En effet, au Canada, le Règlement sur les cosmétiques permet aux fabricants de garder secrets les ingrédients de leur produit.

Optez pour des produits aux ingrédients naturels! Vous pouvez également utiliser des agrumes, de la lavande ou des huiles essentielles dans la maison pour un plaisir olfactif… Plus de détails ici.

9. Les produits pour le corps

Wikimedia commons

La peau est le plus grand organe du corps humain et il absorbe pratiquement tout ce avec quoi il entre en contact. Et nous voici, bombardant notre peau d’ingrédients toxiques présents dans les produits de soins personnels corporels — désodorisant, déodorant, dentifrice et rince-bouche, huile minérale, maquillage, cire de silicone, gel douche, shampooing, parfum, crèmes solaire et hydratante contiennent généralement une dizaine d’agents toxiques non dévoilés sur l’étiquette. Comme mentionné ci-haut, au Canada, le Règlement sur les cosmétiques permet aux fabricants de garder secrets les ingrédients de leur produit.

Mais bonne nouvelle, il suffit de cesser de s’exposer aux produits chimiques pour que leurs taux diminuent dans le corps. Voici une liste de noms à reconnaitre, et à éviter, dans nos produits de soins corporels. Parmi les plus répandus: Di chlorobenzène, Parabène, Formaldéhyde, Triclosan, Polyéthylenglycole, Monoéthanolamine, Diéthanolamine, Triéthanolamine, Oxybenzone.

Une solution simple? L’achat de produits naturels (il existe de nombreuses marques de cosmétiques naturels!). On les trouve maintenant facilement un peu partout.  

10. Les ustensiles jetables

PROMPCA photos, CC

Assiettes en papier, tasses de plastique, couteaux et fourchettes jetables… Le plastique est l’un des matériaux de synthèse les plus répandus et nous en avons souvent une utilisation unique. Si vous avez utilisé ceux qui trainaient dans un fond de tiroir, pour une fête par exemple, pourquoi ne pas les nettoyer, et les réutiliser? Ça nécessite plus d’ouvrage que de les envoyer aux poubelles, mais l’investissement pour ces articles sera ponctuel. Mais avez-vous vraiment besoin de vous procurer ces couverts « cheap »? Le métal, la porcelaine et le verre font déjà très bien le travail, non?

En bref..

Cette liste n’est pas exhaustive. Vous pouvez y ajouter les vêtements à la mode ou de piètre qualité qui durent une seule saison, les serviettes en papier, les objets trop bon marché qui brisent rapidement, les contenants en styrofoam, les pailles (plus de 500 millions pailles utilisées, et jetées, chaque jours aux États-Unis, les bouteilles d’eau… Avant un achat, demandez-vous donc: en ai-je vraiment besoin? Y a-t-il une alternative possible?

Évènements à suivre

Foire ÉCOSPHÈRE
Samedi, 3 June, 2017 - 10:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.