Isolation Insonorisation Étanchéité

Isoler en ballots de paille, une voie d’avenir!

Efficace, naturelle, sécure et sans déchets de chantier: l'isolation en ballots de paille vaut le détour.

En Australie Occidentale, une autoconstruction en ballot de paille
En Australie Occidentale, une autoconstruction en ballot de paille. © Red Moon Sanctuary, Creative Commons

Apparu il y a près de deux cent ans aux États-Unis, dans l'État du Nebraska, l’usage des ballots de paille pour l’isolation revient sur le devant de la scène et avec raison, l'empreinte écologique étant quasi nulle...

Au Québec, le phénomène prend de l'ampleur, malgré les préjugés encore tenaces. Parmi les inconditionnels de la maison isolée en ballots de paille, on retrouve l'équipe du Groupe de Recherches Écologiques de la Baie (GREB)

Situé à une dizaine de kilomètres du centre-ville de La Baie, un arrondissement de la ville de Saguenay, l'Écohameau de La Baie, projet phare du GREB, et ses six magnifiques chalets de style alpin perchés au dessus du fjord Saguenay, représente la plus forte concentration de maisons en ballots de paille au Québec. Cette technique sera présentée par Pierre Gilbert, expert en la matière, dans le cadre d’une formation Écohabitation, samedi 26 mai, à Chicoutimi.

Isoler en ballots de paille, un peu d’histoire

En Ontario, une maison isolée en ballots de paille
En Ontario, une maison isolée en ballots de paille.
© Peter Blanchard, Creative Commons

C'est dans l'état du Nebraska, vaste plaine aride du centre des États-Unis, que l'on retrouve la trace de la première maison construite en ballots de paille, vers 1850. Le manque de ressources, notamment le bois, pousse les premiers colons à bâtir leurs maisons avec le seul matériau présent en abondance : la paille issue des récoltes des céréales, constituée en ballots grâce à l’apparition des « presses ». Utilisée jusque dans les années 50, cette technique tombe dans l'oubli avec l'arrivée des matériaux de construction modernes. Ce n'est qu'au début des années 1980 qu'elle apparait au Québec. L’organisme Archibio, partenaire d’Écohabitation, et le constructeur Louis Gagné seront les porteurs de cette renaissance dans la belle Province.

Isoler en ballots de paille, pourquoi ?

Choisir la paille, c'est choisir un matériau naturel, renouvelable, récupéré, non toxique, isolant et présent en abondance à travers le monde. Rappelons au passage que l’industrie de la construction est une grosse consommatrice d’énergie et de ressources ainsi qu’une grande productrice de déchets…

Reste à se procurer les ballots directement dans les fermes, puisqu’il n’y pas encore de marché du ballot de paille dans la construction.

Concrètement, un bon ballot de paille c'est une botte :

  • Entièrement sèche
  • Composée de tiges fortes et flexibles
  • Bien compressée
  • D'une taille relativement uniforme (14 à 18 pouces d'épaisseur)

Une règle fondamentale de la construction en paille est de garder ses bottes sèches depuis la récolte jusqu'à l'achèvement de l'édifice.

Construire ou s'autoconstruire une maison isolée en ballots de paille offre de nombreux avantages: faible production de déchets lors de travaux, haute performance thermique en toutes saisons, sécurité contre le feu, durabilité, esthétique, confort pour les occupants et qualité de l’air ambiant. De plus, une maison construite en ballots de paille a une durée de vie relativement longue, atteignant facilement l'âge respectable de 100 ans et plus.

Isoler en ballots de paille, comment ?

Comme le dit l'adage, une maison de paille nécessite « un bon chapeau et une bonne paire de bottes ». De nombreuses méthodes de construction existent de part le monde. Parmi les plus connues, on retrouve la technique dite « Nebraska », technique rustique où les ballots de paille font office de murs porteurs et d'isolant; mais aussi les techniques à ossature bois, dont celle du GREB!

Cette technique novatrice, employée lors de la construction des habitations de l'Écohameau de la Baie, est spécifique au GREB. Seuls des matériaux de base naturels tels que le bois, la paille et le mortier sont nécessaires. Cette technique utilise amplement le bois, ressource renouvelable et traditionnellement utilisée dans la construction au Québec. Concrètement, une maison isolée en ballots de paille (selon la technique du GREB) se compose :

  • D'une charpente, de bois massif, autoportante. Pour limiter les infiltrations d'eau, les concepteurs du GREB ont opté pour des débordements de toit plus larges que la normale afin de protéger les murs de l'humidité et de l’érosion causée par la pluie.
  • De murs constitués, d'une double ossature de bois composée de 2x4. Les ballots de paille sont simplement installés entre les ossatures de bois puis enrobés d’un mortier allégé à la sciure de bois.
  • Enduit d'un mortier peu coûteux. Celui-ci se coule facilement à l'aide de coffrages de bois rudimentaires. La composition du mortier est simple : sciure de bois, sable, chaux aérienne et ciment.

Isoler en ballots de paille, combien ça coûte?

Les coûts pour la construction d'une maison conventionnelle et d'une maison en ballots de paille sont quasiment identiques. A l’Écohameau de la Baie, les coûts ont été estimés à 90$ par pieds carrés, soit 45$ pour les matériaux et 45$ pour la main d’œuvre. Pour une maison de 1500 pieds carrés, le coût serait d'environ 135 000$, 67 000$ en autoconstruction.

Stéphane Schaal, BSC, M. Aménagement du territoire et développement régional, collaborateur Écohabitation

Évènements à suivre

Jeudi, 22 Janvier, 2015 - 08:30
Mardi, 10 Février, 2015 (Toute la journée)
Mardi, 17 Mars, 2015 (Toute la journée)
Mardi, 17 Mars, 2015 (Toute la journée)

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
*Prenez note que tout message à caractère publicitaire sera retiré.