Efficacité Énergétique

Le produit du mois : une sécheuse thermopompe sans conduit de ventilation

Un nouvel épisode de notre série du « produit du mois ». Sous le feu de nos projecteurs, une nouvelle solution pour sécher les vêtements tout en garantissant l’efficacité énergétique.

Sécheuse thermopompe sans conduit de ventilation
© Whirlpool. © Mark Lorch, Creative Commons. Montage Écohabitation.

La construction durable, ça bouge! Presque chaque jour, de nouveaux produits sortent sur le marché : plus performants, plus efficaces, plus innovants, plus écologiques ou meilleurs pour la santé. Écohabitation se tient sans cesse au courant des actualités et vous partage ses belles découvertes ainsi que ses valeurs sûres.

Aujourd’hui, nous nous penchons sur une nouvelle technologie pour sécher ses vêtements : une sécheuse avec pompe à chaleur intégrée. C’est une grande nouvelle pour le marché nord-américain, qui voit pour la première fois cette solution se commercialiser sur son territoire (alors qu’elle est davantage utilisée et répandue en Europe).

Sans pour autant détrôner la bonne vieille corde à linge qui reste LA solution la plus efficace et écologique - dès que les rayons de soleil pointent leur nez - cette « nouvelle » solution technologique réserve beaucoup de bonnes surprises. La première est l’efficacité énergétique : grâce à la pompe à chaleur, cette sécheuse arrive à une consommation d’environ 540 kWh par année, contre 769 kWh pour la moyenne des sécheuses standards, soit une économie de près de 30 % en fonctionnement. La deuxième est la possibilité de se passer du fameux conduit de sécheuse, qui représente des problèmes constants de durabilité de l’enveloppe et aussi de pertes énergétiques (et ce, sans parler de la situation trop fréquente où une évacuation du conduit de sécheuse à l’extérieur n’est pas faite …).

Il existe actuellement deux modèles sur le marché nord-américain (ici les modèles canadiens) : le YWED99HED de la marque Whirlpool et le DLHX4072 de la marque LG. Cependant, nous avons décidé de focaliser notre attention sur l’appareil de la marque Whirlpool, qui semble plus disponible, qui est très légèrement plus efficace et qui surtout, qui est le seul réellement sans conduit de ventilation (il n’a pas été possible d’expliquer pourquoi celui de chez LG nécessite un conduit tout en utilisant la même technologie), .

Fonctionnement d'une sécheuse thermopompe
© Les Numériques

Cet appareil fait partie de la catégorie des sécheuses à condensation, mais avec une optimisation bien plus poussée de ce principe technologique grâce à l’ajout de la pompe à chaleur. Ainsi, les sécheuses thermopompes utilisent un cycle thermodynamique pour chauffer l’air en début de cycle avec la chaleur de l’air extrait en sortie de cycle (jusqu’à atteindre la température de condensation). C’est une façon extrêmement plus efficace et optimisée de fonctionner, car la consommation électrique peut-être diminuée jusqu’à 50% pour le chauffage de l’air, tout en bénéficiant des avantages des sécheuses à condensation et de moins de leurs inconvénients.

Toutefois, le prix actuel de cet appareil est très élevé. Même si les économies d’énergie par rapport aux sécheuses conventionnelles sont importantes pour un seul appareil, le surcoût à l’achat l’est également. Le temps de retour sur investissement actuel est ainsi de plusieurs dizaines d’années.

Le coût par appareil : le prix de vente conseillé par le manufacturier est de 1 999,99 $.

Une sécheuse à condensation, comment ça marche ?

Une sécheuse conventionnelle chauffe de l’air et le fait circuler dans la machine où il se charge avec l’humidité des vêtements avant d’être évacué à l’extérieur de la maison. Pour les sécheuses à condensation (parmi lesquelles les sécheuses thermopompes), on fait exactement la même chose, mais on n'évacue pas l’air à l’extérieur. En effet ceci n’est pas nécessaire, car au lieu d’expulser dehors l’air chargé en humidité, on le refroidit avec un échangeur de chaleur jusqu’à faire condenser la vapeur d’eau. On l'évacue alors sous forme liquide par la plomberie. L’air, ainsi délesté de son humidité, est (re)circulé dans la sécheuse pour un autre cycle, jusqu’à ce que le linge soit sec.

 

Schéma de principe : sécheuse traditionnelle
© Vanden Borre

Schéma de principe : sécheuse à condensation
© Vanden Borre

D’où vient le gain énergétique de la sécheuse à condensation ?

Les sécheuses à condensation classiques utilisent en général un échangeur de chaleur avec l’air ambiant pour refroidir l’air jusqu’au point de condensation de l’humidité qu’il contient, ce qui n’amène pas de réelle économie électrique au fonctionnement de la machine (c’est là qu’intervient la thermopompe dans notre cas). Souvent c’est même le contraire, le séchage dure beaucoup plus longtemps et la consommation électrique est augmentée (environ + 15%). Toutefois c’est une solution globalement plus efficace que la sécheuse traditionnelle pour deux raisons :

 

  1. Toute l’énergie consommée par l’appareil finit par se transmettre sous forme de chaleur à l’intérieur de l’enveloppe de la maison, contrairement à la sécheuse traditionnelle où beaucoup d’énergie dépensée par la sécheuse sort à l’extérieur sous forme de chaleur et d’humidité (chaleur latente). Même si on n'achète pas une sécheuse pour se chauffer, elle contribuera au chauffage de la maison pendant nos longs hivers québécois.
     
  2. On évite une pénalité énergétique indirecte très importante causée par l’évacuation de l’air à l’extérieur, qui engendre une dépressurisation du bâtiment et crée des infiltrations d’air non contrôlées. En hiver, cet air frais et sec devra être chauffé pour atteindre le point de consigne du thermostat, et s’ajoutera aux factures énergétiques!

 

L’avis d’Écohabitation : La technologie de sécheuse à thermopompe arrive enfin en Amérique du Nord. Toutefois, on en est encore au stade embryonnaire de développement du marché. Pour le moment, il n’est pas rentable d’aller vers ce type de solution, surtout au Québec où le coût d’électricité est bas. À réserver donc aux projets qui recherchent une efficacité énergétique record ou bien pour les salles communes! Toutefois, la technologie est extrêmement prometteuse : il faudra surveiller l’évolution des prix avec attention…

On aime

  • L’efficacité énergétique de la machine. Pour une utilisation moyenne, on a des économies totales de 20-60% d’énergie pour les sécheuses thermopompes par rapport aux sécheuses traditionnelles.
     
  • L’efficacité énergétique globale de la solution. Outre les économies énergétiques liées à la machine, il y a également d’autres économies indirectes. En effet, une sécheuse traditionnelle évacue presque tout l’air chauffé à l’extérieur. On perd ainsi l’énergie dépensée pour le chauffage de cet air (environ 20-25% de l’énergie consommée de la sécheuse), et aussi l’énergie qu’il faudra dépenser pour chauffer l’air qui s’infiltrera dans la maison pour remplacer l’air évacué. Avec une sécheuse à thermopompe, ces pénalités énergétiques n’existent tout simplement pas.
     
  • La simplicité de l’installation. On évite tous les désagréments de la sécheuse conventionnelle avec cette solution : plus besoin de percer l’enveloppe, plus besoin d’installer d’évacuation à l’extérieur, plus besoin de longs conduits d’évacuation pour les buanderies éloignées du mur, plus de bouchage de conduits avec la poussière et plus de risques d’incendie associés…

On hésite

  • Le côté pratique. En étant moins drastiques que les sécheuses conventionnelles pour extraire l’humidité, les sécheuses thermopompes abîment moins les fibres textiles et les témoignages rapportent que le linge sort généralement plus doux et de meilleure qualité. Néanmoins, le séchage prend légèrement plus de temps avec cette technologie (cependant moins que les sécheuses condensation classiques), et le bruit reste assez élevé. Tirez vos conclusions selon vos priorités, cela semble un match nul.

On aime moins

  • Le temps de retour sur investissement. Celui-ci est tout simplement beaucoup trop élevé pour le moment! Difficile de délivrer un temps de retour sur investissement fiable, car celui-ci dépend très fortement de votre contexte : facteur d’utilisation, coûts d’achats, etc. Cependant, pour une utilisation moyenne et pour un coût moyen de l’électricité au Québec, nous estimons une économie globale d’environ 40$ par année, soit un temps de retour sur investissement théorique d’au mieux une trentaine d’années. Il faut de plus mettre une réserve sur ce chiffre théorique qui ne prend pas en compte la durée de vie de l’appareil et les coûts d’entretien. Bien sûr, cette solution devient bien plus intéressante pour les utilisations fréquentes, pour des sécheuses communes par exemple.
     
  • La gestion des eaux de drainage. Attention à l’évacuation des condensats! En cas de bris quelconque, il est toujours préférable d’avoir prévu des drains pour évacuer l’eau. C’est une excellente pratique qui devrait être plus répandue, et vous pouvez relier le drain de votre laveuse à celui de votre sécheuse dans la buanderie.
Pour en savoir plus
 

Quelques détails sur notre calcul de rentabilité

Nous avons supposé un coût à l’achat d’une sécheuse conventionnelle de 500 à 700 $, et donc un surcoût à l’achat d’une sécheuse thermopompe de 1300 à 1500 $.

En supposant que la consommation de la sécheuse conventionnelle est de 769 kWh/année, cette sécheuse perd environ 192 kWh/a d’énergie à l’extérieur (25%). La consommation énergétique restante (577 kWh/a) est supposée avoir le même effet sur la facture de chauffage que la sécheuse thermopompe (540 kWh/année).

La sécheuse évacue typiquement l’air à un débit de 150 cfm, et cette dépressurisation devra s’équilibrer, le plus souvent par infiltrations d’air dans le bâtiment. Lorsque cet air n’est pas à la température intérieure supposée à 21°C, il faudra le chauffer. En supposant une utilisation de 0,8 heure par jour et un chauffage avec plinthes électriques, cela représente une consommation de 302 kWh selon nos calculs (zone climatique 6).

Avec un coût moyen de l’électricité à 8.12₵/kWh, cela représente des économies d’environ 40$ par année (494 kWh). [À noter : Le temps de retour sur investissement calculé ne tient pas compte du taux d’actualisation].

À LIRE AUSSI SUR LE MÊME THÈME

Évènements à suivre

Jeudi, 29 Septembre, 2016 - 08:00
Ne manquez pas l'ExpoHabitation d'Automne!
Jeudi, 20 Octobre, 2016 - 00:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.