Eau et Plomberie

Rénover les sous-sols par l’intérieur pour enrayer les infiltrations et les moisissures

Au niveau des fondations, les mauvaises pratiques ont conduit à une véritable épidémie de moisissures dans les sous-sols et vides sanitaires. Vous êtes pris avec des problèmes de moisissures, d’humidité et d’odeurs? On vous présente aujourd’hui quelques travaux à effectuer, sans excavation.

inondation, infiltration, isolation, sous-sol
@http://www.goodhousekeeping.com/

L’isolation adéquate des sous-sols est un phénomène relativement nouveau, mais totalement nécessaire. Selon l’âge de votre maison, vous avez peut-être un semblant d’isolant sur vos fondations, mais il est peu probable qu’elles soient pourvues d’un tapis de drainage approprié, ou même d’un drain. 

Idéalement, on rénove par l’extérieur. Mais, à moins de devoir excaver en vue de refaire la structure, les coûts d’étanchéisation des fondations extra-muros pourraient être très, très élevés. Heureusement, il existe des solutions efficaces pouvant être réalisées par l’intérieur.

À lire, plus bas... 

Attention! Pour les nouvelles constructions, on évite tout simplement les sous-sols et on préfère la dalle

L'article s’adresse aujourd’hui aux gens dont les fondations n’ont pas de protection extérieure.

 

OÙ L’HUMIDITÉ SE SITUE, ET OÙ ELLE VEUT SE RENDRE

@Ecohome

La clé pour construire des sous-sols plus performants et plus durables réside dans la compréhension de ce simple fait : les défis étant associés aux sous-sols sont totalement différents de ceux des murs hors-sol. Au-dessus du niveau du sol, l’humidité provient de l’air chaud et humide dans la maison (cuisson, bains, douches, etc.); il faut donc empêcher l’humidité de traverser les murs. Au sous-sol, le béton joue le rôle d’éponge poreuse; il absorbe l’eau du sol humide qui l’entoure. L’eau, et l’humidité, traversent ainsi le béton par capillarité; nous devons donc les empêcher d'entrer en contact.

Malheureusement, poser un pare-vapeur à l’intérieur des fondations est encore monnaie courante, au grand dam des experts. Comme le dit notre collègue Mike Reynolds, de chez EcoHome : "Si nous arrêtons de construire nos sous-sols comme s’ils étaient au-dessus du niveau du sol, ils arrêteront de dégager des odeurs de vieilles poches de hockey!".

Pour construire de meilleurs sous-sols, il faut donc savoir d’où provient l’humidité. De là, on a deux choix. Soit on la laisse là où elle se trouve, soit on la laisse passer en toute sécurité à travers les cloisons.

Pour en savoir plus ce sur le sujet, lire 'Built wrong from the start' par Joseph Lstiburek de la Building Science Corporation.

LES TECHNIQUES D’ISOLATION À UTILISER

Rappelons premièrement l’importance d’éviter toute matière organique au sous-sol. Certains matériaux et configurations sont très peu résistants à l’humidité et aux moisissures et pourraient compromettre votre structure, et votre santé.

A. Polyuréthane giclé - à pulvériser directement sur les murs de béton.

@ Écohabitation

Il assure une protection uniforme et totale avec une valeur R élevée par pouce. Il agit également comme barrière à la vapeur et à l’air. Les inconvénients sont au niveau des coûts et des agents gonflants qui le composent et qui influencent le réchauffement climatique. Il faudrait idéalement limiter son utilisation à des situations bien précises – solives, endroits difficiles d’accès, etc. 

Vous voulez tout de même isoler le mur complet au polyuréthane? Le mieux est de construire un mur en 2x4 en laissant au moins 1 pouce d’espace avec le béton. Surélevez le mur afin de permettre à l’eau de passer sans qu’elle puisse atteindre le bois, en cas d’inondation. Giclez l’uréthane contre le béton, puis posez les panneaux de gypse sans ajouter de pare-vapeur. Vous pouvez peindre les murs avec une peinture pare-vapeur si vous le désirez.

N’oubliez pas de recouvrir la mousse d’une cloison sèche pare-feu!

B. Polystyrène expansé, polystyrène extrudé ou laine minérale - une option plus abordable qui pose moins d’impacts sur l’environnement.

@EcoHome

Les panneaux isolants rigides posés sur le béton rompent le pont thermique et augmentent la température de la paroi, ce qui aide à prévenir l’air humide de condenser. Un mur à ossature érigé par-dessus permettra de passer les câbles tout en fournissant une isolation supplémentaire.

Concrètement, on pose 2 pouces d’isolation rigide contre la paroi, puis on érige un mur de 2x4 qu’on appui sur les panneaux. On peut alors poser de la laine minérale dans les cavités (en matelas ou en panneaux), puis le gypse. Il est possible de poser de la laine de verre, mais celle-ci est moins hydrophobe que la laine minérale et a tendance à s'affaisser en présence d'eau liquide. Il conviendra de porter un attention particulière à son utilisation. Ici encore, on évite le pare-vapeur et on préfère une peinture au latex. Elle pourrait ralentir tout passage de vapeur tout en permettant à l’assemblage de sécher. 

Notez que ni l’une ni l’autre des solutions présentées n’incluent de pare-vapeur en polyéthylène. Un pare-vapeur de polyéthylène n’empêchera pas la condensation et les moisissures, il ne fera que les causer. La condensation se créant toujours à l’intérieur de la paroi, il est important d’éviter d’installer un pare-vapeur, un papier alumisé ou tout autre matériau imperméable à l’intérieur des murs du sous-sol.

À noter, même si ce conseil maintes fois répété peut paraître en contradiction avec certaines recommandations un peu nébuleuses du Code de construction sur la gestion de l'humidité, il devient de moins en moins rare et est même adopté par de grandes instances telles qu'Energy Star.

QUOI FAIRE POUR CONTRER DES INONDATIONS ?

Une bonne pratique, peu dispendieuse, est de corriger la pente du terrain afin de permettre à l’eau de s’éloigner des fondations.

Zones inondables, crues printanières, pluies torrentiels, hautes nappes phréatiques, refoulements… les causes d’infiltration au sous-sol sont nombreuses. L’idéal sera toujours d’imperméabiliser vos fondations par l’extérieur, mais si vous ne pouvez entreprendre ce genre de travaux, vous pourrez toujours poser un drain intérieur, une membrane hydrofuge et un polythène au plancher.

A. Poser un drain à l’intérieur. En milieu urbain, c’est souvent le seul choix possible, surtout en contexte de mitoyenneté. Les lois de la gravité étant les mêmes à l’intérieur qu’à l’extérieur, le concept sera le même : une pente qui s’écoule vers le drain, qui lui sera raccordé au système d’égout ou évacué à l’extérieur… N’oubliez pas le clapet anti-refoulement et le puisard !

B. Poser une membrane hydrofuge. Cette membrane devra être posée sur le béton à découvert, en partant du haut du mur, un peu au-dessus du niveau du sol, et devra descendre jusqu’au plancher. Un simple enduit hydrofuge à base de ciment peut être utilisé lorsque les infiltrations sont légères, mais la membrane sera toujours plus efficace. 

C. Poser un polythène sur le plancher. Vous avez mis en place A. et B.? Parfait. Mais il se pourrait que votre sous-sol demeure toude même humide, l’eau provenant généralement de la dalle non isolée. L’ajout d’un polythène au sol aidera à freiner l’entrée de cette humidité.

Si vous avez des matériaux endommagés, il est important de retirer toute humidité et toute trace de moisissure puis de traiter vos poutres et éléments de structure.

 

EN ZONE INONDABLE, QUELQUES CONSIDÉRATIONS

Idéalement, on évite de construire en ces zones, et surtout, on y évite les sous-sols. Dans le cas d’un sous-sol existant, les risques de perdre vos investissements de rénovation sont importants. Surtout qu’avec les changements climatiques et la multiplication des cas de météo extrême, les inondations représenteront un phénomène de plus en plus courant.

Vous désirez tout de même rénover? Choisissez des matériaux qui vont résister à l'eau chargée de boues ou d'autres contaminants et qu'il sera possible de nettoyer et décontaminer suite à une inondation. Le béton répond bien à ces critères. Pour les autres éléments du sous-sol, utiliser de préférence:

  • Des panneaux rigides. Les isolants poreux ne seront pas récupérables suite à une inondation.
  • Du contreplaqué traité pour résister à l'humidité. L'OSB et le contreplaqué conventionnel sont à éviter.
  • Des portes intérieures en métal.
  • Des panneaux en fibrociment (HardieBacker, Durock et autres) ou en fibre de verre, car le gypse avec endos papier se désagrège en présence d'eau.

Vous vous en doutez, plusieurs de ces matériaux vous coûteront plus cher. À vous d'évaluer votre attachement à votre terrain et votre tolérance au risque!

RESSOURCES

 
 
 
 

Évènements à suivre

Jeudi, 29 Septembre, 2016 - 08:00
Ne manquez pas l'ExpoHabitation d'Automne!
Jeudi, 20 Octobre, 2016 - 00:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.