Formations

Respecter son budget de construction: les conseils de notre expert

Construire une maison marche souvent aux coups de coeur, mais pour réussir son projet, il ne faut perdre de vue ni la calculatrice, ni le portefeuille... Patrick Ranger, spécialiste en gestion de projets de construction et rénovation vous livre ses conseils.

Respecter son budget de construction: les conseils de notre expert
Photo Volkan Olmez sur Unsplash

C'est souvent la réalisation d'un rêve, le projet d'une vie, une affaire de coup de coeur. Mais faire construire une maison doit aussi être un investissement rentable. C'est à ce moment du projet que la calculatrice et le portefeuille embarquent... et qu'il est nécessaire de prendre les conseils d'un expert!

Respecter son budget de construction: conseils de l'expert Patrick Ranger

Patrick Ranger est directeur général chez Belvedair, entrepreneur général en construction, spécialisé dans la conception et la construction de maisons écologiques. Formé en administration des affaires et en gestion de l’information, il est un chargé de projet hors pair. Son tempérament pragmatique l’a amené à développer des outils d’analyse de rentabilité financière permettant aux clients de faire des choix avisés pour rentabiliser leur investissement.

À l'occasion de la formation Ma Maison neuve écologique: le parcours (qui arrive à grands pas), Patrick (PR) a accepté de se livrer à July Paquin (JP), responsable des formations chez Écohabitation.

JP − Quel est votre parcours professionnel?

PR − J’ai été sensibilisé très jeune aux défis environnementaux. Les enseignements de ma famille ont forgé mon regard critique sur notre mode de vie, sur notre consommation, sur notre développement économique et urbain, sur notre agriculture, etc.

L'idée d'avoir un impact significatif sur notre société m'a guidé au moment de m'orienter professionnellement: j’ai choisi d’étudier en administration, à l’Université de Sherbrooke. Au tout début de ma carrière, en 2005, quand j’ai rencontré mes associés, tous aussi passionnés que moi, nous avons fondé Synairgis, une compagnie de conseil, pour appliquer des solutions aux problèmes environnementaux. Nous avons notamment développé des services de conception intégrée de bâtiments écologiques, d’efficacité énergétique, de certifications LEED®. Pour ma part, j’ai concentré mes efforts de développement sur les services résidentiels, à développer les meilleures mesures d’efficacité énergétiques pour les maisons, sans pour autant faire exploser le budget.

En cours de parcours, j’ai rencontré Benoit Lavigueur, qui fondait BL Écoconstruction en 2007. Nous avons réalisé plusieurs projets ensemble, en unissant nos connaissances respectives. Après quelques temps, nous avons décidé d’associer Synairgis et BL Écoconstruction pour créer une entreprise combinant l’architecture et la construction sous un même toit. C’était la naissance de Belvedair.

Belvedair est une référence en matière de construction écologique, en termes d'expertise développée. Ma formation en administration me sert plus que jamais, pour faire croître l'entreprise et ainsi offrir une véritable alternative à la construction traditionnelle. Une de nos plus grandes forces est notre capacité à estimer les coûts de construction avec précision, seulement à partir des besoins de nos clients, avant même de dessiner les plans.

Belvedair est une référence en matière de construction écologique
Belvedair est une référence en matière de construction écologique. © Belvedair

JP − Quels conseils donneriez-vous pour respecter son budget lors d'un projet de construction ou de rénovation?

PR − Il faut évidemment être rigoureux dans le suivi budgétaire. Ce n’est pas tout d’établir un budget détaillé: pour le respecter, il faut suivre toutes les dépenses en cours de construction/rénovation pour veiller à ce que les budgets établis soient respectés. Mais le plus important, est certainement de miser sur la conception intégrée.


« On parle souvent de conception intégrée lorsqu’il s’agit de construction écologique, mais attention, il ne suffit pas simplement d’asseoir des professionnels ayant des expertises complémentaires autour d’une table pour que la magie s’opère.» Patrick Ranger


Plusieurs concepteurs vous diront qu’il faut d’abord faire des plans pour ensuite aller en appel d’offre pour choisir l’entrepreneur général. De notre expérience, cette méthode conduit à l’échec financier. Au contraire, l’entrepreneur général doit être choisi avant de dessiner, afin d’évaluer les coûts dès les premières phases conceptuelles et pendant toutes les étapes de la conception, tel un gardien de votre budget. L’entrepreneur sera ainsi choisi sur la base de sa réputation et de sa compétence, plutôt que de tenter de comparer des soumissions une fois les plans réalisés.

Aussi, contrairement au concepteur, l’entrepreneur mandaté pour veiller au respect de votre budget porte une véritable responsabilité lorsqu’il vous livre des estimés, car il devra plus tard construire en fonction de ces prix. Ce qui n’est pas le cas du concepteur, dont vous aurez payé les honoraires, même si le plan dessiné ne respecte pas votre budget.

L’entrepreneur général, un gardien pour votre budget
© L’entrepreneur général doit évaluer les coûts dès les premières phases conceptuelles et pendant toutes les étapes de la conception, tel un gardien de votre budget. Photo de Nik MacMillan sur Unsplash.

JP − Comment peut-on s’assurer de rentabiliser au maximum ses investissements financiers lors de la construction d’une maison?

PR − À la construction, la priorité devrait toujours être mise sur les composantes qui sont difficiles à changer. Lorsqu’il faut faire des choix difficiles en matière de budget, nous recommandons de choisir des finitions plus sobres et ainsi, ne faire aucun compromis sur l’enveloppe du bâtiment.

Dans le futur, lorsque votre capacité financière augmentera, il vous sera possible de rehausser les finitions. Les matériaux d’enveloppe doivent donc être de qualité dès le départ, alors que les finitions intérieures peuvent être réhaussées facilement plus tard. Lors de la revente, la valeur d'une maison bien isolée et bien construite avec des matériaux durables aura moins dépréciée. De plus, elle aura coûté moins cher d’énergie et d'entretien. Ne jamais perdre de vue que les finitions intérieures peuvent passer mode, se défraîchir, ou simplement trouver moins d’acheteurs ayant des goûts similaires.

JP − Avez-vous des trucs pour bien choisir parmi plusieurs soumissions?

PR − Il est très rare de pouvoir comparer « des pommes avec des pommes ». Les inclusions et exclusions des soumissions diffèrent généralement beaucoup trop, ce qui les rendent impossible à comparer. Je propose de plutôt bien choisir un entrepreneur, comme à l’embauche d’un employé: il faut le « passer en entrevue » pour évaluer ses compétences et son intérêt, et clarifier les zones grises de sa soumission avant de lui attribuer le contrat.

Respecter son budget de construction
© Lorsqu’il faut faire des choix difficiles en matière de budget, nous recommandons de choisir des finitions plus sobres et ainsi, ne faire aucun compromis sur l’enveloppe du bâtiment.

JP − Quelles sont les erreurs souvent commises par les gens par rapport au budget?

PR − Les gens oublient trop souvent des postes de dépense importants ou les sous-estiment: fondations, excavations, infrastructures, taxes, permis, arpenteur, etc.

Une autre erreur commune est de comparer les prix de construction neuve avec des prix de maisons à vendre de taille comparable. Une maison âgée de 30 ans requiert généralement beaucoup de travaux d’entretien, parfois majeurs. En d’autres mots, elle a déprécié comparativement à une maison neuve. Par ailleurs, les normes de construction actuelles sont beaucoup plus rigoureuses qu’elles ne l’étaient (même s’il reste beaucoup de chemin à faire).

Finalement, l’erreur la plus commune est d’estimer un prix par pied carré de plancher, sans égard à la forme et la superficie de la maison ni aux finitions. J’ai vu des projets estimés à 200$ du pied carré, ce qui est généralement réaliste si on calcule la maison seulement. Mais certains concepteurs ne comptent pas le sous-sol pleine hauteur et ses finitions dans la superficie de la maison pour estimer son coût! Certes, il y a 30 ans, lorsque la plupart des nouvelles maisons avaient des tailles et matériaux similaires, on pouvait estimer au pied carré. Aujourd’hui, avec toutes les possibilités de formes, de fenestration, de terrasses et de finitions, le coût au pied carré n’est pas crédible


« Aujourd’hui, avec toutes les possibilités de formes, de fenestration, de terrasses et de finitions, le coût au pied carré n’est pas crédible. Il faut calculer rigoureusement chaque composante du projet. » Patrick Ranger


JP − Finalement, que vont apprendre les participants lors de la formation que vous donnez dans le cadre de Ma maison neuve écologique : le parcours?

PR− Que le budget est un aspect à ne pas négliger lors d’un projet. Le respect du budget demande de la rigueur. Il ne fait pas forcément rêver, mais c’est un facteur clef du succès dans la réalisation d’un projet. Et une maison a un impact majeur sur la qualité de vie durant plusieurs années! Je vais donc outiller les participants pour qu’ils soient en mesure d’établir un budget et de le respecter.


Vous avez un projet de maison neuve et vous voulez être sûr de tenir votre budget restreint? Vous voulez faire les bons choix d'investissement?

Écohabitation lance pour vous une nouvelle formation en étapes pour vous guider dans cette aventure, Ma Maison neuve écologique: le parcours.

Tout ce qu’il faut savoir pour passer du rêve à la réalité sans embuche, ni mauvaise surprise. Et pour voir la gestion du budget sous un nouveau jour.

DÉCOUVREZ La FORMATION

Évènements à suivre

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.