Isolation Insonorisation Étanchéité

Étanchéité : comment préserver la qualité de l’air chez soi

Rénover une maison et la rendre plus étanche peut dégrader la qualité de l’air intérieur. Le point sur ce problème.

pare-air posé revêtement isolant
Le matériau blanc est un pare-air posé entre l’isolant et le revêtement (la brique noire) pour limiter les entrées d’air. © Écohabitation

Dans le passé, les maisons étaient construites avec peu d’égard pour l’étanchéité. Les nombreux trous dans l’enveloppe permettaient à de grandes quantités d’air frais de pénétrer dans l’espace habité, ce qui assurait… une bonne qualité d’air! L’ouverture des fenêtres et des portes était aussi une solution pour s’assurer d’une bonne circulation, bien que ce ne soit pas très pratique. Grâce aux nouvelles pratiques en matière d’étanchéité, on améliore grandement l’efficacité énergétique des bâtiments et le confort de leurs occupants. Mais n’est-ce pas dangereux pour la santé de conserver tout cet air vicié à l’intérieur, sans le remplacer?

En effet, il peut être dommageable pour la santé d’avoir un taux de remplacement de l’air dans la maison qui soit trop faible ; les polluants (le gaz carbonique, les composés organiques volatiles, etc.) s’y accumulent et l’humidité peut devenir trop élevée. Il est donc maintenant obligatoire d’équiper toute nouvelle maison d’un système de ventilation mécanique qui fournit un débit d’air minimal d’environ 50 litres par seconde (selon le nombre de pièces dans la maison). Afin de minimiser le chauffage supplémentaire requis par cet air froid, on a généralement recours à un ventilateur récupérateur de chaleur. Cet appareil est en fait un échangeur de chaleur qui réchauffe l’air froid entrant en le faisant passer dans un conduit adjacent au conduit de rejet de l’air chaud vicié, pour en récupérer la chaleur.

Vous trouverez dans le tableau suivant les débits minimum requis en fonction du type de pièce.

Pour connaitre le débit total d’extraction pour toute la maison requis par le Code de construction, et donc les caractéristiques du VRC dont vous avez besoin, il faut faire la somme des débits requis pour chaque type de pièce.

Lieu

Taux minimum de ventilation

Commentaires

Salle de séjour et chambres

0,35 CAH, mais pas moins de 7,5 L/s (15 pieds cube par minute, pcm) par personne

Pour le calcul du taux de CAH, il faut utiliser comme volume celui de toutes les pièces où l’air est conditionné.

 

Dans les habitations ayant une enveloppe étanche, il peut être nécessaire de prévoir une ventilation plus importante pour les appareils à combustibles.

 

La charge en nombre d’occupants est établie à partir du nombre de chambres à coucher. Première  chambre à coucher : 2 personnes. Chaque chambre supplémentaire : 1 personne.

Cuisine

50 L/s (100 pcm) de façon intermittente ou 12 L/s (25 pcm) en continu ou fenêtres ouvrables.

Ventilation mécanique à prévoir.

Salles de bain et toilettes

25 L/s (50 pcm) de façon intermittente ou 10 L/s (20 pcm) en continu ou fenêtres ouvrables

Ventilation mécanique à prévoir.

Garage séparé

50 L/s (100 pcm) par voiture

La ventilation naturelle et les infiltrations sont normalement suffisantes.

Sources du tableau : norme ASHRAE 62-1999

Dans le cas des maisons construites avant l’entrée en vigueur du règlement rendant obligatoire la ventilation mécanique, la ventilation naturelle est probablement suffisante. Cependant, des rénovations dans le but d’augmenter l’étanchéité de l’enveloppe peuvent rendre nécessaire l’ajout de ventilation mécanique, que ce soit sous la forme d’un système de distribution d’air frais complet ou seulement l’ajout d’un extracteur d’air dans la salle de bain ou la cuisine. Après les travaux, un test d’infiltrométrie qui donne un résultat d’étanchéité sous les 3,5 CAH50 indique que la ventilation est insuffisante. Il faut considérer l’installation d’un ventilateur.

Condensation excessive sur une fenêtre
Condensation excessive sur une fenêtre. © Daniel Clauzier, Wikimedia Commons

Les problèmes suivants sont des signes d’un manque de ventilation (selon Ressources naturelles Canada) :

  • Condensation excessive sur les fenêtres à double vitrage ;
  • Tâches et moisi qui souvent apparaissent d’abord dans les salles de bains, les garde-robes et dans les coins des murs ou des plafonds ;
  • Air confiné et odeurs persistantes ;
  • Odeurs et fumée de l’appareil de chauffage ;
  • Contre-tirage du foyer.

Il est cependant à noter que la moisissure ou la condensation excessive peuvent également être dues à une production d’humidité excessive. Dans ce cas, on peut essayer de réduire la production d’humidité à la source, en ajoutant une ventilation d’extraction dans la salle de bain, en imperméabilisant les fondations du sous-sol à l’extérieur ou en installant une pompe de puisard pour drainer l’eau.

À LIRE AUSSI SUR LE MÊME THÈME

Évènements à suivre

Samedi, 24 Septembre, 2016 - 10:00
Jeudi, 29 Septembre, 2016 - 08:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.