Aménagement extérieur Agriculture urbaine

Éviter les zones imperméables

Afin de favoriser l'infiltration de l'eau et de limiter le ruissellement, on évite l’asphalte, les pavés et les chemins en poussière de roche et on prend conscience de la capacité filtrante des micro-organismes présents dans le sol.

éviter les zones imperméables
© pexels.com

Le sol occupe un position importante dans la décontamination. Selon sa nature (propriétés microbiologiques, physico-chimiques et chimiques), il peut transformer, épurer, éliminer, diminuer ou retarder certains polluants. 

© JJ Harrison, sous licence CC

A.    Infiltration

Favorisée par le système racinaire de la végétation, l’infiltration alimente la nappe phréatique, filtre certaines pollutions provenant des pesticides et des insecticides, désengorge les stations d’épuration municipale...

  • Zone perméable : surface du sol qui laisse l'eau s'infiltrer

B.    Ruissellement

ruissellement
© Julia Chartier

Provoqué par un sol imperméable, le ruissellement surcharge les canalisations, peut provoquer des inondations, empêche la filtration naturelle des particules nocives de l'eau, affaiblit la nappe phréatique et pollue les rivières en entraînant avec lui des substances nocives (métaux lourds, huiles).   

  • Zones imperméables : surfaces bétonnées, revêtements en asphalte, terrasses pavées, chemins en poussière de roche…

Il faut donc aménager un espace qui freine le ruissellement et qui permet l’infiltration des eaux sur place. Quelques pistes de solution :

  • Un baril de récupération des eaux pluviales : pour collecter l’eau qui ruisselle des toitures et la réutiliser pour l'arrosage, par exemple
  • Un jardin pluvial : pour ralentir l’eau de ruissellement et assurer son infiltration dans le sol
  • Une grande quantité d’arbres, de plantes et d’arbustes : pour favoriser la filtration
  • ©  Redden Mcallister, sous licence CC

    Des espaces perméables : pour permettre l’infiltration des eaux dans les stationnements, les passages, etc. Exemple : dalles poreuses, en nid d’abeille, graviers, copeaux de bois, etc. (Éviter les terrasses en pierres jointées, le béton uni, l’asphalte, etc.)

  • Une agriculture urbaine riche : pour réduire le bilan carbone, verdissement, biodiversité, nourriture locale et biologique à peu (ou pas) de frais, en plus d’une bonne gestion des eaux de pluie

Plus sur la récupération de l’eau de pluie

On peut se procurer un baril conçu pour la récupération auprès de nombreuses municipalités, à un prix modique (20$ au lieu de 100$ dans les Éco-quartiers de Montréal, par exemple). Mieux encore, et plus économe : installer un système d’irrigation qui permettra l’acheminement de l’eau directement aux racines. 

Avantages de la récupération de l'eau de pluie :

  • Évite le gaspillage de l'eau potable
  • Limite le volume d'eau à traiter en station d'épuration
  • Réduit les coûts liés au traitement et à la distribution de l'eau potable
  • Assure une source d'eau d'appoint pour les régions où le réseau principal est peu fiable

Pour en savoir plus, rien de mieux que ces conseils de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL). 

©  F Delventhal, sous licence CC

Plus sur le jardin pluvial

Le jardin pluvial est un ensemble de plantes et de pierres conçu pour capter les eaux de ruissellement et permettre au sol de les absorber par infiltration.

Le lit de plantes et les pierres ont la capacité d'absorber l'eau et de la filtrer, la débarrassant de certains polluants, avant qu'elle ne retourne à la nappe phréatique.

Réalisation d'un jardin pluvial

©  SCHL

On peut observer par temps humide la zone où s'écoulent naturellement les eaux de ruissellement. On place le jardin pluvial dans cette zone, en contrebas d'une pente ou, si le terrain est plat, on crée une petite dépression.

©  SCHL

Il faut compter au moins 4 mètres (13 pi) d'éloignement avec les endroits fragiles (fosse septique, fondations...). Il est préférable de créer ce jardin dans un sol sablonneux. Si le terrain contient trop d'argile, on peut rajouter du sable ou des gravillons afin de le rendre plus perméable.

La profondeur de la dépression doit se situer entre 7,5 cm (3 po) et 15 cm (6 po) en fonction de la capacité d'absorption du sol, du plus argileux au plus sablonneux. Pour une bonne efficacité, le jardin pluvial doit être 1,5 fois plus long que large.

 

 

 

Les plantes les mieux adaptées sont des arbustes, fougères, vivaces qui résistent aussi bien à la sècheresse qu'à l'humidité. Bien que plus onéreux que les semences, on peut choisir des semences ou des plantes en mottes ou en pots, ces dernières permettant un résultat immédiat. On fait le choix des plantes en fonction du sol, de l'ombrage, etc. cf p.2 ficheOn peut ajouter des pierres afin d'imiter les conditions d'un lit de rivière.

 

 

Plus sur les arbres en milieu urbain

Les arbres fournissent de très nombreux avantages : 

  • ils améliorent la qualité de l'air en transformant le CO2 en O2
  • captent les poussières et particules fines
  • rafraîchissent l’air ambiant jusqu'à 6°C
  • filtrent dans le sol une petite quantité de métaux lourds néfastes pour la santé (plomb, cadmium...)
  • atténuent le bruit
  • jouent un rôle de brise-vent
  • protègent des rayons UV
  • fournissent un abri et de la nourriture pour la faune
  • freinent l'érosion des sols
  • embellissent le cadre de vie

Il faut 500 arbres pour absorber le CO2 émis par une voiture parcourant 20 000 km…

Un arbre fournit tous les besoins en oxygène de quatre personnes.

Plus sur l’agriculture urbaine

©  Bob August, sous licence CC

Oui aux fruits et légumes biologiques! Pour compléter les produits locaux ou même être auto-suffisant une partie de l’année, un jardin maraîcher, un potager sur le toit ou sur le balcon est idéal. Même sur un minuscule balcon, il reste possible de faire pousser une foule de fruits, légumes et herbes. Aucun produit chimique, nul transport nécessaire et tout le plaisir de cultiver. Gagnant-gagnant!

 

Pour en savoir plus sur le potentiel de décontamination du sol, suivez ce lien.

Évènements à suivre

Jeudi, 29 Septembre, 2016 - 08:00
Ne manquez pas l'ExpoHabitation d'Automne!
Jeudi, 20 Octobre, 2016 - 00:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.