Peintures et finis

Peintures : les top-choix d’Écohabitation

Même en lisant une masse d’informations, on ne sait pas toujours comment arbitrer. On vous facilite la vie avec nos top-choix !

Peintures : les top-choix d’Écohabitation
© Erix, CC

Choix numéro 1 : la peinture récupérée

Au Québec, de nombreux acteurs ont contribué à la mise en place de la récupération de la peinture non utilisée (voir ici l’historique), puis son traitement et son reconditionnement dans cette usine. Écohabitation considère que c’est un des meilleurs choix, voire le meilleur, du point de vue du bilan environnemental.  Boomerang et RonaÉco distribuent cette peinture, qui est rendue le plus inoffensive possible grâce à un traitement particulier. Vous trouverez les détaillants ici. Et vous saurez ici comment vous défaire de votre peinture usagée. Un bémol cependant : certains spécialistes mettent en garde contre le néfaste « effet coktail », c’est à dire le mélange de plusieurs produits, qui pourrait concerner les peintures issues du recyclage. 

Choix numéro 2 : les peintures (vraiment) naturelles

On vous en parle beaucoup dans cette fiche : les vraies peintures naturelles sont un bon choix. Notamment celles à base de chaux. On peut même en fabriquer (voir nos recettes ici). «La peinture naturelle absorbe le CO2 dépensé pendant sa fabrication » note Emmanuel Cosgrove. Plusieurs marques sont disponibles au Québec : consultez notre annuaire ici !

Choix numéro 3 : les peintures « zéro COV »

On vous l’explique plus loin dans cette fiche : les peintures « zéro COV » sont loin d’être parfaites au point de vue santé et environnement, et le mot « zéro COV » lui-même est trompeur, voir ici notre enquête. Cela étant, si vous préférez une peinture conventionnelle, choisissez-en une dite « sans COV » et lisez les composants : il faut éviter que le téflon, un additif toxique, figure dans la liste…

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.