Parements extérieurs

Parements extérieurs: choisir le plus écolo et le plus efficace

Le parement, ou revêtement, c’est le manteau de votre maison ! C’est la couche supérieure de l’enveloppe, celle qui se voit, celle qui a pour rôle d’empêcher la dégradation des murs. Son allure compte, mais sa performance environnementale aussi.

Parements extérieurs
© Maggie Valley Club, Creative Commons.

Le bois

Le bois
© Céline Lecomte

Le parement identitaire au Québec et en Amérique du Nord !

  • Pour : Son extraction et sa production génèrent très peu de pollution, et peu d’énergie grise est dépensée jusqu’à sa mise en place (assez aisée) autour des murs de votre maison.  C’est un matériau qui existe en quantité abondante chez nous, à condition toutefois que les forêts soient gérées convenablement. Et le bois est un matériau stockeur de carbone par excellence ! Préférer le cèdre blanc de l’est.
  • Contre : Il n’est pas très performant contre les intempéries, ne résiste pas du tout au feu, est souvent attaqué par les parasites et la moisissure et s’entretient difficilement.
  • Coût au pi2 (installation comprise) : de 5 à 14$.
  • Durée de vie : de 25 à 55 ans.

Si vous optez pour le bois, consultez la fiche technique réalisée par Cécobois sur les revêtements extérieurs en bois du Québec. Cela vous aidera à faire les bons choix d'essence et de types de parements. Aussi, la pose de l'écran pare-pluie y est bien détaillée.

Le bois composé
© Céline Lecomte

Le bois composé

  • Pour : Il a des qualités écologiques semblables à celles du bois, sinon que sa fabrication est un peu plus polluante. Il est assez facile d’installation.
  • Contre : Mêmes défauts que son grand frère : résiste mal aux intempéries, au feu, est souvent attaqué par les parasites et la moisissure et s’entretient difficilement.
  • Coût au pi2 (installation comprise) : de 3,50 à 11,50$.
  • Durée de vie : 25 ans et plus.
La brique et autres produits de maçonnerie
© Céline Lecomte

La brique et autres produits de maçonnerie

  • Pour : Ses qualités sont excellentes une fois posée : la brique résiste bien aux intempéries, est très performante contre le feu, est inattaquable du côté des parasites et de la moisissure, et est très facile d’entretien. Sa durée de vie est très longue !
  • Contre : Sa production est très polluante, et une quantité importante d’énergie grise est dépensée tout au long du cycle extraction-production. De plus, elle n’est pas facile à poser.
  • Coût au pi2 (installation comprise) : de 10,50 à 43$.
  • Durée de vie : 75 ans et plus.
Les enduits cimentaires
© Céline Lecomte

Les enduits cimentaires

  • Pour : Excellentes performances anti-parasites et anti-moisissures. Matériau relativement abondant. Résiste assez bien au feu.
  • Contre : Pollution et énergie grise lors de la production. Résiste mal aux intempéries. Difficile à poser et à entretenir.
  • Coût au pi2 (installation comprise) : de 5 à 8$.
  • Durée de vie : 25 ans et plus.
Enduits acryliques
© Céline Lecomte

Les enduits acryliques

Ils sont composés de ciment, de fibre de verre et de polystyrène. Les fournisseurs prétendent parfois qu’en plus d’être des parements, ils jouent aussi le rôle d’isolants. Ne les écoutez pas, achetez un isolant en plus !

  • Pour : Assez performant contre les parasites et les moisissures. Polyvalent.
  • Contre : Pollution et forte énergie grise lors du processus d’extraction et de fabrication. Matériaux très peu abondants. Mauvaise résistance aux intempéries et au feu. Peu aisé à installer et à entretenir.
  • Coût au pi2 (installation comprise) : de 8 à 10$.
  • Durée de vie : 25 ans et plus.
Le fibrociment
© Céline Lecomte

Le fibrociment

Il est composé de 90 % de ciment et de 10 % de cendres et de cellulose. 

  • Pour : Résiste très efficacement aux intempéries, est inattaquable par les parasites et la moisissure. Assez performant contre le feu, assez facile d’installation et d’entretien, bonne durabilité.
  • Contre : Il est déconseillé par l’Ordre des architectes du Québec, qui a constaté de nombreuses dégradations (fissurations, décoloration, écaillement, lamination…)  De plus, sa fabrication est polluante et dégage beaucoup d’énergie grise.
  • Coût au pi2 (installation comprise) : de 3,50 à 8,50$
  • Durée de vie : officiellement, 40 ans et plus, mais il semble rencontrer de nombreux problèmes de durabilité.
Le métal
© Céline Lecomte

Le métal

  • Pour : Résiste très bien aux intempéries, excellentes performances anti-moisissure et parasites, facile à installer et à entretenir, très recyclable, bonne durabilité, polyvalence.
  • Contre : Sa production (extraction minière) n’est pas du tout écologique, beaucoup d’énergie grise, piètre performance antifeu.
  • Coût au pi2 (installation comprise) : de 4 à 10$
  • Durée de vie : 40 ans et plus.
Les enduits acryliques
© Céline Lecomte

Le vinyle

Un des parements les plus utilisés au Québec ! Autrement connu sous le nom PVC.

  • Pour : Résiste très bien aux intempéries. Très bonnes performances anti-parasites et anti-moisissures. Le chlore nécessaire à sa fabrication est extrait du sel, une ressource abondante. Assez facile à installer, facile d’entretien.
  • Contre : Il est dérivé du gaz naturel, qui n'est pas renouvelable. Il peut exiger l'emploi de matériaux supplémentaires afin d'assurer sa résistance au feu. Bien que théoriquement recyclable, le vinyle est rarement recyclé au Québec.
  • Coût au pi2 (installation comprise) : de 2 à 7$.
  • Durée de vie : 40 ans et plus.
La chaux
© Céline Lecomte

La chaux

La chaux est obtenue à partir de la calcination de la pierre calcaire. C’est la chaux dite « hydraulique » qui est utilisée pour les murs extérieurs.

  • Pour : Produit naturel ! Bonne étanchéité, bonne résistance à la moisissure, au feu, peu d’énergie grise sur son cycle de vie. Elle est surtout adaptée aux isolants en paille et en chanvre.
  • Contre : Au Québec, une maison enduite à la chaux doit comporter  des débords de toit et des bas de murs en briques ou maçonnerie pour limiter l’impact des cycles de gel-dégel.
  • Coût au pi2 (installation comprise) : 5 à 7$
  • Durée de vie : 40 ans et plus, avec un badigeon au besoin.
(Merci à Gabriel Gauthier, d’ArtCan)

Protéger les murs avec les balcons !

On peut doubler la durée de vie de ses parements extérieurs en installant des dépassements de toit, des balcons, des galeries qui les protègent des intempéries (et qui, au passage, jouent un rôle important dans la conception solaire passive !).

Pensez-y

Petit message destiné aux autoconstructeurs : laissez un espace de ¾ de pouce entre le parement (ou pare-pluie) et le mur isolant, pour assurer la circulation de l’air et permettre au parement de sécher après la pluie.

Évènements à suivre

Jeudi, 29 Septembre, 2016 - 08:00
Ne manquez pas l'ExpoHabitation d'Automne!
Jeudi, 20 Octobre, 2016 - 00:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.