Indice Solaire Passif

Portrait financier : Est-ce payant de construire des bâtiments passifs ?

Comprendre la rentabilité de la haute performance énergétique


Il est (de plus en plus) rentable de diminuer sa consommation d’énergie. Le chauffage représentant environ les deux tiers de la consommation énergétique moyenne d’une maison au Québec, c’est là qu’il est le plus profitable de couper. Bien sûr, plus on ajoute de l’isolant, plus les coûts de construction augmentent, alors que les économies supplémentaires diminuent progressivement. Il y a donc un niveau d’isolation optimal qu’il serait souhaitable d’atteindre mais de ne pas nécessairement dépasser. Le tableau ci-dessous montre les coûts de construction et de chauffage pour une maison neuve de 1800 pi² au Québec selon le niveau de performance énergétique

Exemple d'analyse de coûts d'un cas résidentiel

Bâtiment
au code

Basse consommation

Hyper-performante

161 kWh/m²
Non éligible
Construction 300 000$ 315 000$ 345 000$
Chauffage mensuel
à 8¢ du kWh
210$ 60$ 16$
Hypothèque 1202$ 1270$ 1438$
Mensualités 1412$ 1330$ (-6%) 1454$ (+3%)
Source : Écohabitation, Étude de faisabilité et plan de mise en œuvre d’une maison écologique misant sur les ressources locales, 34 pages. 2013. Le prix du coût de chauffage assume des plinthes électriques et incluent les taxes. Le coût de l’emprunt hypotécaire est assumé à 3,94% pour une mise de fond de 70 000$ et un amortissement de 25 ans. Un taux plus faible ou un coût d’énergie supérieur auront pour effet d’améliorer l’avantage économique d’une maison mieux isolée. Un taux hypothécaire plus élevé aura l’effet inverse.
 

Pas seulement un choix écologique...

La maison « basse consommation » ayant une cote énergétique de 49 kWh/m² (soit presqu’au critère d’entrée de la cote) nécessiterait un surcoût de construction d’environ 15 000$, soit environ 4,5% par rapport au coût de base. Les économies annuelles de chauffage (par plinthes électriques) se chiffreraient à 1 750$ au taux actuel de 8¢/kWh (incluant les taxes). En contrepartie, le surcoût annuel en intérêt sur une hypothèque au taux courant affiché de 3,94% pour le 15 000$ en excès ne serait que de 512$/an. Si la maison est revendue ultérieurement et que le montant de construction excédentaire est récupéré, le retour sur investissement est immédiat, c’est-à-dire que le propriétaire aura pu épargner 1 240$ annuellement tout en habitant une maison plus confortable.

La maison « hyper performante » quant à elle, avec sa cote de 12 kWh/m², génèrerait un surcoût de mise en œuvre de 45 000$ environ, soit un 15% additionnel sur le coût de construction d’une maison qui respecte tout juste le Code. Les économies annuelles de chauffage grimperaient dans ce cas à 2 330$/an au taux de 8¢/kWh d’Hydro-Québec. Au taux de 12¢, les économies s’élèveraient à 3 500$, ce qui démontre que plus le coût de l’énergie est élevé, plus les économies sont grandes et la période de retour sur investissement serait d’autant plus courte. Le surcoût annuel en intérêt sur le montant additionnel de 45 000$ serait de 1 773$, au taux actuel de 3,94%, ce qui signifie que le surcoût serait absorbé entièrement par les économies d’énergie, dès la première année, avec un gain net de 560$. Bien isoler, c’est payant !

Participer à l'Indice Solaire Passif

Évènements à suivre

Jeudi, 29 Septembre, 2016 - 08:00
Ne manquez pas l'ExpoHabitation d'Automne!
Jeudi, 20 Octobre, 2016 - 00:00