ULTIMA-ÉCO, la nouvelle génération de maison préfabriquée écolo! Maison Ultima-Éco sur l'Ile d'Orléans

ULTIMA-ÉCO, la nouvelle génération de maison préfabriquée écolo!

Écohabitation 17 janvier 2017 13:27
Camille Ouellette

Un nouveau concept de construction à charpente de bois massif (timber-frame). Objectifs: valorisation du bois, efficacité énergétique et zéro déchet!

Du bois, et encore du bois!

Le concept repose en grande partie sur le bois massif pour la charpente et les murs appelés « Murs-bois ». L’utilisation du bois dans la construction offre plusieurs avantages: sain, polyvalent, respirant, disponible localement et économique. Ce qui saute aux yeux avec le concept, c’est la charpente qui est située dans l’aire intérieure habitable et visible au plafond. Cette caractéristique a pour avantage de protéger charpente, soit l’ossature de la maison, contre les intempéries et rendant son accès facile si des réparations doivent être effectuées. Le bois amène sans contredit une chaleur unique à l’environnement intérieur. Par contre, il est aussi possible de créer une atmosphère plus moderne.

 

Comme le mentionne Samuel, la conception avec charpente de bois est aussi un prétexte pour transmettre un savoir-faire aux futures générations. « Cette technique, pourtant millénaire, a presque disparue dans les années 30-40 au Québec. On voulait que ce mode de construction devienne un patrimoine. »

Une question de design

Grâce au design unique d'Ultima-Éco, les déchets générés sont réduits au minimum. L’assemblage de la charpente en tenon et mortaise ne nécessite pas de colle. Seuls des gougeons en bois et des vis à charpente sont utilisés pour fixer celle-ci. Les « murs-bois » font aussi office de finition intérieure et extérieure en plus de remplacer le gypse et le contreplaqué. Versatiles, ces panneaux peuvent être utilisés pour les murs, la construction des toits cathédrale et même des planchers/plafonds. Plusieurs essences sont disponibles. La finition (peinture ou huile) peut même être faite avant la pose.

 

Les matériaux, un choix stratégique

Les matériaux utilisés, à 80% d’origine végétale, (bois massif, isolant chanvre, fibre de bois, etc.) ont été choisis parce qu’ils sont sains et durables, mais aussi réutilisables et recyclables. Le bâtiment peut-être complètement désassemblé en fin de vie pour servir ailleurs. « 90% des matériaux peuvent être récupérés, ce n’est pas possible avec les nouvelles maisons qui ne sont pas conçues dans cette optique », affirme Samuel Pépin-Guay.
De plus, l’utilisation du chanvre comme matériel isolant n’est pas innocente pour les frères Pépin-Guay. « C’est disponible localement et c’est un matériel qui possède une très bonne gestion de l’humidité. On croit que c’est un secteur d’avenir au Québec et on veut encourager son développement. »

 

Tel que mentionné par Samuel, l’utilisation de matériaux organiques dans la construction constitue aussi un puits à carbone, c’est à dire que le carbone, CO2, est stocké à long terme dans le matériau au lieu d’être libéré dans l’atmosphère. Pour compenser les arbres coupés et utilisés dans leurs projets, les frères collaborent depuis de nombreuses années au programme de reforestation Arbre-Évolution. Celui-ci estime que 150 arbres par habitation seront replantés dans les années à venir.

Efficacité énergétique, le critère no 1 de la maison écologique

Le concept ULTIMA-ÉCO mise aussi sur une enveloppe qui minimise ses besoins en énergie. L’isolation ultra efficace de type multi-couches est composée de matériaux « respirants »; bois massif, laine de chanvre, fibre de bois, frein-vapeur perspirant. Ceux-ci ont comme caractéristique d’auto-réguler leur taux d’humidité relative et réduisent les problèmes de condensation à l’intérieur des murs. Voir notre article sur le pare-air et pare-vapeur pour plus d’information sur l’étanchéisation du bâtiment.

Avec un tel concept, pas difficile d’imaginer que l’empreinte écologique de la maison ULTIMA-ÉCO soit vraiment favorable!

Commentaires (0)

Rechercher...