Une bonne qualité de l’air à l'intérieur, même lors des incendies de forêt

L’été vient de commencer. Et, si nous espérons que les incendies des années passées ne seront pas aussi graves cette année, des avertissements relatifs à la qualité de l’air ont tout de même déjà été émis dans différents lieux, comme par exemple à Calgary, où 24 incendies font rage. Le Québec étant également à risque, nous avons pensé qu’il serait utile de publier un article sur la façon de maintenir une bonne qualité de l’air à l’intérieur des maisons lors des feux de forêt.

Selon le US Environmental Protection Agency (EPA), l’air intérieur peut être de 2 à 5 fois plus pollué que l’air extérieur dans des conditions normales. Puisque l’air extérieur est généralement plus sain, les systèmes de ventilation (VRC, VRE) peuvent réduire les niveaux de polluants à l’intérieur en régénérant l’air constamment. Par contre, cette approche ne fonctionne pas lorsqu’il y a un feu de forêt dans les environs, car de grandes quantités de substances nocives sont alors libérées dans l’air. Lors d'incendies, des mesures supplémentaires sont nécessaires.

Les particules se dégageant dans l’air sont l’un des principaux dangers lors d’un feu de forêt. Lorsque l’air est enfumé, les particules d’un diamètre inférieur à 10 microns peuvent irriter gravement les yeux et le système respiratoire. Les particules fines de moins de 2,5 microns sont encore pires, pouvant s’infiltrer dans les poumons et atteindre la circulation sanguine.

  • Une exposition à long terme aux particules de moins de 2.5 microns a été associée à des problèmes cardiaques et respiratoires
  • Des patients qui sont exposés aux particules ayant déjà des problèmes respiratoires peuvent voir leurs symptômes aggravés.

1. Rester dans la maison

Selon le laboratoire national Lawrence Berkeley, le niveau de particules à l’extérieur augmente deux fois plus que celui à l’intérieur, lors des feux de forêts. Pour minimiser l’exposition, il est recommandé de rester autant que possible à l’intérieur. Si les occupants doivent se rendre à l’extérieur, l’EPA recommande l’utilisation d’un masque respiratoire N95 ou P100 portant l’étiquette NIOSH. Les masques en tissu n’offrent aucune protection efficace contre la fumée!

2. Empêcher l'air pollué de pénétrer dans la maison

Garder l'air à l’extérieur est une priorité. Ceci peut se faire grâce à une enveloppe du bâtiment bien étanche à l’air et en fermant les systèmes de ventilation, même s’ils sont équipés de filtres appropriés. Mais comme l’air à l'intérieur des maisons ne peut être remplacé dans ces conditions, un système de purification de l’air portatif est conseillé.

Fumée dans la ville issue des feux de forêts © Boston Globe

L’importance d’une enveloppe de bâtiment bien étanche

On construit maintenant des bâtiments bien étanches de manière à mieux contrôler la qualité de l’air à l’intérieur et de les rendre plus efficaces du point de vue énergétique ; les fuites entrainent des pertes de chaleur en hiver et de fraîcheur, en été (c’est aussi pourquoi on recommande d’utiliser les VRC et VRE comme systèmes, puisqu’ils récupèrent une partie de l’énergie de manière à réduire les pertes induites par la ventilation). Lorsqu’un feu de forêt fait rage, une enveloppe hermétique aidera à freiner l’infiltration de fumée… et de particules.

L’étanchéité doit donc être une priorité, puisqu'un manque à ce niveau réduira l’efficacité des différentes mesures à prendre pour protéger sa santé. Les fenêtres coulissantes et à guillotine sont réputées pour leur faciliter à fuir, et une mise à niveau sera donc nécessaire, à défaut de les changer. Sans quoi, elles permettront l’infiltration de fumée lors d’un incendie, ou le gaspillage d’énergie en période de chauffage ou de climatisation. Calfeutrer vos fenêtres permettra de colmater de nombreuses fuites!

Systèmes de climatisation et de ventilation recommandés pour les feux

Lors de feux de forêts, les trappes d’admission des systèmes CVCA doivent être fermées, et l’équipement configuré pour recycler uniquement l’air intérieur. Un filtre adéquat aidera à contrôler les polluants présents dans l’air. Selon l’EPA, un filtre pour VRE ou VRC doit avoir un rapport d’efficacité (MERV) minimal de 13, ce qui permettra d’offrir une protection efficace contre les particules en suspension dans l’air que nous respirons.

Comment fonctionne un échangeur d'air © Cold Climate Housing Research Center

Les climatiseurs de type fenêtre ont souvent des problèmes de fuite d’air sur les rebords, et sont plutôt inefficaces. Les unités de type Split sans conduits sont beaucoup plus performantes, et elles permettent de limiter les contacts directs entre l’intérieur et l’extérieur. Évidemment, les unités de climatisation posées aux fenêtres ne devraient pas être utilisées lors de feux de forêts.

Est aussi recommandée une unité de filtration portative pour compléter les mesures vues ci-haut. Équipées d’un filtre HEPA, elles bloquent 99,97 % des particules d’un diamètre inférieur à 0,3 micron. Attention toutefois, les appareils à ozone doivent être évités:

  • L’ozone offre une protection contre le rayonnement solaire dans la haute atmosphère, mais est considéré comme un polluant atmosphérique au niveau du sol
  • L’ozone irrite le système respiratoire et les gens asthmatiques peuvent être sujets à des problématiques graves lorsqu’exposés

Conclusion

La fumée résultant des feux de forêts peut être très nocive pour la santé, surtout pour les personnes atteintes de problèmes respiratoires ou cardiaques. La ligne de défense la plus efficace contre les particules sera toujours une excellente étanchéité de l’enveloppe du bâtiment. Des systèmes CVCA munis de filtres MERV égales ou supérieurs à 13 et fermés lors de feux de même qu’un purificateur d’air portatifs sont également recommandés.

A propos de l’auteur

Michael Tobias est le fondateur et le directeur de Chicago Engineers, l’une des 5 000 sociétés à croissance rapide en Amérique. Il dirige une équipe de 30 ingénieurs en mécanique, électricité, plomberie et protection contre les incendies à partir du siège de la société situé à New York. Il a mené plus de 1 000 projets à Chicago, New York, dans le New Jersey, la Pennsylvanie, le Connecticut, la Floride, le Maryland et la Californie, de même qu’à Singapour et en Malaisie.