Isolation Insonorisation Étanchéité

Le facteur isolant

isolation saine : Le facteur isolant
© Céline Lecomte

Si l’isolation est la pierre angulaire d’un bâtiment vert, force est de constater que les matériaux utilisés pour accroître la résistance thermique et l’étanchéité de l’enveloppe engendrent eux-mêmes des impacts écologiques : effets sur la couche d’ozone ou sur la qualité de l’air intérieur, énergie grise* des matériaux, exploitation des ressources, etc. 

Heureusement, de nouveaux isolants sains offrent une performance égale à de nombreux matériaux traditionnels, et ce, à peu de frais. Nous vous présentons ici quelques classiques en matière de produits isolants, en comparaison avec des matériaux « nouveaux » ou revisités.

Les grands classiques

La fibre de verre (R=3,6)* et la laine de roche (R=4,0)

Deux matériaux fortement utilisés dans l’isolation des bâtiments. Généralement constitués de matières recyclées, on les retrouve sous forme de matelas, de panneaux ou sous une forme soufflée. Ils sont peu dispendieux, faciles à poser et ignifuges. Le désavantage de la fibre de verre est sa perméabilité à l’eau, ce qui n’est pas le cas avec la laine de roche. Par contre, tous deux ont des impacts négatifs sur la qualité de l’air intérieur (fibres et liants), peuvent irriter la peau et présentent une énergie grise importante. Certains produits de fibre de verre composés majoritairement de matières recyclées commencent à être commercialisés, mais leur efficacité reste à démontrer.

Le polystyrène extrudé (PSX) (R=5,0) et le polyuréthane à cellules fermées (R=5,5)

Le PSX, un panneau rigide, et l’uréthane giclée, une mousse qui prend de l’expansion et durcit en séchant, sont des isolants bien populaires, et pour cause : ils ne craignent pas l’eau et résistent à la compression. Pour sa part, l’uréthane giclée agit comme pare-vapeur et pare-air à partir de 2 pouces d’épaisseur. Ni ignifuges, ni insonorisants, ces deux matériaux contiennent des agents de gonflement composés d’hydrofluorocarbures (ou gaz HFC) qui ont un impact sur les changements climatiques (des gaz de remplacement sont présentement à l’étude). De même, leur énergie grise respective est élevée.

L’isolant cellulosique (R≈3.6)

Constituée de papier journal post-consommation, la cellulose est un produit recyclé, biodégradable et abondant. Soufflée (application à sec) ou giclée (mélangée avec de l’eau et un liant), elle recouvre 100 % de l’espace disponible et ne nécessite aucun joint. Il est peu dispendieux, insonorisant, résiste au feu et aux moisissures, présente peu de risques de pollution à l’intérieur et son énergie grise est faible. Il est possible de la poser soi-même (plusieurs centres de rénovation louent l’équipement nécessaire), mais il est plutôt conseillé de laisser ce soin aux experts. 

L’isolant cellulosique nécessite un pare-air ainsi qu’un pare-vapeur. Ses qualités ignifuges proviennent du sel de bore, un produit naturel et sain mais qu’on ne trouve pas localement, puisqu’il est extrait en Turquie ou en Californie.

À LIRE AUSSI SUR LE MÊME THÈME

Les nouveautés

La fibre cellulosique (R≈3.7)
  • Quoi : Des matelas isolants en fibre de bois (technologie Allemande) ou faits de papiers journaux recyclés.
  • Utilisation : Panneau flexible ou rigide de faible épaisseur à installer sur les murs extérieurs et intérieurs.
  • Avantages : Composée de fibres naturelles, la fibre cellulosique est 100 % écologique. Facile d’utilisation. Résiste au feu et à l’humidité. Saine, sans émanations toxiques et non irritante. Bon insonorisant. Faible énergie grise. Résiste aux moisissures et à la compression.
  • Inconvénients : Vendue uniquement aux professionnels, mais devrait être distribuée dans les centres de rénovation sous peu. Nécessite un pare-vapeur et un pare-air. Craint l’eau.
  • Coût : $$
  • Manufacturier local : Bénolec, dont le produit s’appelle Eco-cell (un matelas de cellulose), est le seul fournisseur au Canada. Pour le moment, l‘isolant en fibre de bois n’est disponible qu’outre-mer.
La paille (R≈35 pour un ballot)
  • Quoi : Ballots de paille compacte.
  • Utilisation : Murs et toitures.
  • Avantages : Naturelle, renouvelable, biodégradable. Résistante au feu. Les murs « perspirent » : la paille laisse passer la vapeur d’eau, ce qui permet de prévenir la condensation et la moisissure. Non toxique. Très faible énergie grise. Pas d’impacts sur la qualité de l’air. Bon insonorisant.
  • Inconvénients : Nécessite une méthode de pose spéciale (il faut adapter la charpente en bois afin qu’elle puisse recevoir la paille. Doit être jumelée à un crépi pour la finition intérieure et extérieure. N’est pas un produit commercialisé. Craint l’eau.
  • Coût : $ (Un ballot coûte entre 2 et 5 $ selon la saison).
  • Manufacturiers locaux : Ekohabitat et B.L. Ecoconstruction. Ces deux entrepreneurs produisent ensemble des murs préfabriqués, ce qui réduit considérablement le temps de travail sur le chantier. Sinon, on peut se procurer de la paille tout simplement en contactant une ferme du Québec.
Le chanvre (R≈3.2)
  • Quoi: Un composé de chènevotte (partie ligneuse du chanvre) de chanvre qui fait office d’agrégats et de chaux.
  • Utilisation : Coffré ou projeté dans les murs extérieurs, la toiture, les dalles de plancher et les cloisons.
  • Avantages: Un matériau 100 % naturel, biodégradable et à croissance rapide. Résiste au feu, aux insectes et aux rongeurs. Sain, il ne dégage aucune substance chimique. Très bonne masse thermique. Confort unique dû à la capacité de régulation hygrométrique et thermique dynamique.
  • Inconvénients : Nécessite une méthode de mise en œuvre spécialisée et une ossature adaptée. Délai de séchage d’un mois. Coût des matériaux élevés si considérés comme simples isolants ; finition plus coûteuse que la peinture ou le bois.
  • Coût : $$$ ; De 12,50$ à 20$ le pied carré, selon la teneur du projet.
  • Manufacturier local : ArtCan MaisonEnChanvre.com En collaboration avec des partenaires entrepreneurs et architectes, l’entreprise a développé plusieurs modèles de maisons clés en main très bien adaptés pour la construction en chanvre qu’ils peuvent livrer à l’intérieur d’environ 6 mois.
Le coton (R≈3,8)
  • Quoi : Isolant constitué de 100 % de fibres de coton recyclées post-consommation.
  • Utilisation : Matelas, il se pose sur les murs extérieurs et intérieurs.
  • Avantages: Bon isolant acoustique. Résistant à l’humidité, au feu, aux insectes et aux rongeurs.Sans émanations toxiques ni irritants. Énergie grise faible.
  • Inconvénients: Compte tenu qu’il n’y a qu’un seul manufacturier au Québec, il est difficile à obtenir. Pour le moment, on se procure le produit directement à l’usine de Jasztex située à Pointe-Claire, mais l’entreprise est en pourparlers avec Home Dépôt et Rona pour une distribution à grande échelle. Craint l’eau.
  • Coût : $$
  • Manufacturier local : Jasztex Fiber (Qc) – et leur produit BlueJeanious fabriqué à 100 % de denim recyclé provenant des régions de Toronto et Montréal. 
 
* Lexique
 
Valeur R : La valeur R est un coefficient général de la résistance thermique d’un matériau. Plus il est élevé, plus l’isolant résistera à la transmission du froid ou de la chaleur.
 
Énergie grise : L'énergie grise d'un produit ou d'un service est l'énergie cachée (car non comptabilisée par le producteur) nécessaire à la fabrication, au transport, à l'utilisation et à la destruction d'un matériau.
Craint l’eau : En présence d’eau due à une infiltration, le matériel perd ces propriétés isolantes.
 
Légende
$ : Très peu dispendieux
$$ : Peu dispendieux
$$$ : Dispendieux

 

Évènements à suivre

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.