Aménagement extérieur Agriculture urbaine

Un jardin potager... à l'intérieur de ma maison

De la roquette, des fines herbes et des tomates cerise qui poussent au chaud derrière la fenêtre, grâce au système artisanal et ingénieux de l’entreprise montréalaise Biocité. Trop bien. Entrevue avec l’initiateur.

Jardin potager intérieur
Jardin potager intérieur © Julien Yensen Martin, montage Camille Ouellette

Notre frustation potagère hivernale pourrait prendre fin grâce à la version montréalaise de la Windows Farm, imaginée par Julien Yensen Martin, fondateur de  Biocité, l’un des fringants chevaliers de l’agriculture urbaine à Montréal. Le kit complet est au rabais pour les vingt premiers clients. Vite!

Écohabitation : -  Comment fonctionne ce jardin, et pourquoi permet-il de faire pousser des plantes toute l’année?

Ce système de jardin en bouteilles est inspiré du projet Window Farms, qui utilise l’hydroponie verticale pour faire pousser des plantes devant une fenêtre. L’hydroponie, c’est la culture hors-sol de plantes sur des supports (substrats) neutres et inertes, avec un apport de nutriments et de sels minéraux par un circuit d’approvisionnement fermé en eau (décrit plus bas). L’hydroponie souffre encore de beaucoup de mythes, mais cette culture est écologique (pas d’utilisation de produits chimiques) et n’est pas réservée aux cultivateurs de cannabis dans leur placard… Cela permet d’avoir une production plus rapide et efficace que la production en terre, et toute l’année!  Le système permet en outre d’économiser l’eau, puisqu’elle est réutilisée grâce au système de circuit fermé (la même eau irrigue les plantations pendant plusieurs jours). Quand il faut la changer, on peut encore la verser dans les plantes en pot ailleurs dans la maison. D’autre part, comme les plantes ont toujours de l’eau et du fertilisant à disposition,  les racines ne prennent pas autant de volume que pour la culture en terre, ce qui permet par exemple de cultiver des tomates-cerises dans une simple bouteille. Je précise que nos semis sont bio et viennent des Jardins de l'Écoumène, dans Lanaudière !

Écohabitation : -   À quoi ressemble le jardin en bouteilles?

Julien Yensen Martin : - Notre objectif était de réaliser un système plus esthétique et artisanal que celui de WindowFarms, et utilisant moins de plastique. Nous utilisons pour cela un assemblage de matériaux solides et durables : des bouteilles de vin récupérées, de l’acier galvanisé comme support (ne rouille pas),  des billes d’argile expansé comme substrat (réutilisables sans fin), ainsi que des bouchons en liège. Le produit est totalement artisanal, unique, québécois et vert !

Julien Yensen Martin, fondateur de Biocité

Le Québécois s’est découvert une passion pour l’environnement et l’agriculture en Europe, où des expériences dans différentes fermes l’ont amené à repenser l’aménagement urbain dans lequel il a toujours vécu mais ressenti un manque de connexion avec la nature. Après des études à l’UQAM en Sciences de l’Environnement, il travaille comme animateur horticole au CRAPAUD en 2011 (Collectif de Recherche en Aménagement Paysager et Agriculture Urbaine Durable) et obtiens la même année une certification en Permaculture (PDC). En mars 2012, il fonde Biocité, entreprise avec laquelle il souhaite promouvoir sa vision et « participer à l’avènement d’une ville verte, durable et responsable où chaque foyer peut facilement cultiver, biologiquement et localement, sa propre nourriture ».

Écohabitation : -  Qu’est-ce qu’on peut y faire pousser ?

Julien Yensen Martin : - Il faut garder à l’esprit que les cultures que l’on fera (herbes fraiches, feuilles de salade, etc.) seront davantage pour agrémenter les plats plutôt que pour remplacer l’épicerie. Il sera ainsi possible de faire pousser de la roquette, des bettes à carde, de la coriandre, du kale, de la ciboulette, des oignons verts, du thym, de la menthe, du basilic, du persil, de la laitue, du romarin, du chou frisé, de la camomille, de l’aneth, du cresson, des pois, de la sauge, des tomates cerise ou encore … des fraises! Cette liste déjà très longue n’est pas exhaustive, et le projet Windows Farm recense de nombreux essais réalisés à travers le monde, et leurs conditions de réussite.  Nous souhaitons développer une importante base de donnée afin de pouvoir rendre la culture hydroponique en bouteilles la plus facile possible à utiliser et à découvrir pour des néophytes. Toutefois on ne peut pas débuter par les cultures les plus compliquées, il faut commencer par apprendre à cultiver de petites plantes avant de passer à des plus grosses.

Il est difficile de donner la productivité de telle ou telle plante. Cela dépendra énormément des qualités d’ensoleillement de votre installation, de la météo, du fertilisant, de l’utilisation de lumière artificielle ou du pH de l’eau. Il faudra choisir ses cultures de façon à ce qu’elles soient complémentaires, afin que le fertilisant utilisé soit adapté aux différents stades de maturité de chaque plante (on utilise des fertilisants différents selon les différentes phases de développement de la plante). L’ensoleillement le plus optimal est bien sûr face au sud, sans vis-à-vis, et avec 3 à 4 heures minimums de soleil. On fait actuellement beaucoup de recherches pour développer une solution esthétique d’éclairage artificiel (fluocompactes, néons, leds ou HD) afin de pouvoir augmenter la productivité de la culture sans dénaturer l’esthétique du produit. Je récolte habituellement chez moi 4 à 5 feuilles de laitue par jour.

 

Jardin potager intérieur
Jardin potager intérieur © Julien Yensen Martin

Écohabitation : -  Quelles sont les conditions nécessaires à une installation?

Julien Yensen Martin : -  Il faut tout d’abord avoir une fenêtre avec suffisamment d’ensoleillement, et avoir de la surface disponible. En effet, le kit standard correspond à une fenêtre de 6 pieds (183 cm) de haut avec 2 colonnes de chacune 4 plantes. Il faut laisser au moins 8 pouces (20 cm) entre la fenêtre et les bouteilles, et 10 pouces (25 cm) entre les colonnes, afin de laisser de la place pour le développement des plantes, et la circulation d’air. Ainsi, pour le kit standard, cela correspondra à une surface nécessaire d’environ 10 pieds carrés (~1 m²).  Cependant, le système est très modulable et s’adapte facilement à tout type de fenêtre puisque chaque bouteille-plante est indépendante. Il est donc facile de moduler ses colonnes pour optimiser son jardin.

Les colonnes sont accrochées par leur tête au mur ou au plafond. Il existe différents types d’accroche selon les lieux d’installation. Le bas de la colonne est constitué d’un réservoir de près d’un litre, qui permet une autonomie de 1 à 7 jours selon les plantes ainsi que la gestion des apports d’eau et de fertilisant. Nous estimons qu’une colonne pèse au maximum 15 kilos, en faisant les calculs avec des plantes lourdes telles que des plants de tomates-cerise. Il faudra tenir compte de ce poids pour le système d’accroche. Sous le système, nous avons enfin une petite pompe à air de 2 W qui fait circuler l’eau jusqu’en haut de l’installation. L’eau descend ensuite par gravité au goutte à goutte de bouteille en bouteille jusqu’à retrouver le réservoir.

Pour ce qui est des éléments de chauffage souvent disposés sous les fenêtres (plinthes électriques), ils ne sont pas un problème pour la stabilité du fertilisant ou encore pour les plantes qui s’épanouiront à condition de ne pas avoir de températures trop basses (en-dessous de ~10°C) ou trop hautes (au-delà de ~30°C). D’autre part, il ne faut pas s’inquiéter pour l’humidité : le système n’en crée pas beaucoup, et sert à réguler les atmosphères trop sèches que l’on a souvent en hiver!

Enfin, nous évitons en général les chambres à coucher, même si le jardin en bouteilles est très apaisant. En effet, la pompe émet un faible bruit lorsqu’elle fonctionne (environ 15 min à chaque heure) et l’écoulement d’eau au goutte à goutte également. S’il est nécessaire d’éclairer les plantes pour pallier à un ensoleillement trop faible, une chambre à coucher ne sera pas non plus le meilleur choix.

Écohabitation : -  Comment entretenir ce jardin?

Julien Yensen Martin : -  Comme on l’a déjà évoqué, il faut rajouter de l’eau quand elle commence à manquer, ajouter du fertilisant régulièrement (environ une fois par semaine), vérifier si les plantes se portent bien (pas de pourrissement, pas d’algues, pas de manque d’eau ou de soleil), et également vérifier le pH de l’eau. Le système ne nécessite qu’environ 1 heure d’entretien par semaine. Il n’y a pas non plus de problèmes de fuites : le danger est faible (le réservoir ne comporte qu’un litre d’eau) et le risque est faible également, puisqu’une fois que la tuyauterie est installée et rodée, le système est très stable. Même les chats semblent bien tolérer l’installation, puisqu’aucune attaque en règle n’a pour le moment été déplorée…

L’objectif de Biocité est de rendre la culture hydroponique la plus facile possible. Ainsi, des vidéos instructives  pour la mise en route sont fournies. Nous cherchons également à réduire et faciliter l’entretien,  et nous restons disponibles au bout du fil ou du clavier pour vous informer et résoudre les problèmes que vous pourrez rencontrer.

Écohabitation : -  Quelles sont les améliorations que vous comptez apporter au jardin en bouteilles?

Julien Yensen Martin : -  La recherche d’un système d’éclairage artificiel, d’un système de gestion électronique. Nous cherchons également à offrir un système moins cher pour les bricoleurs qui souhaitent s’investir manuellement dans leur projet de jardin en bouteilles. Nous envisageons du bois pour supporter les bouteilles, par exemple, qui donne un aspect moins moderne et plus chaleureux à l’installation. Nous cherchons également d’autres couleurs de bouteilles, il serait par exemple possible de créer des éditions limitées de jardins avec des bouteilles bleues, qui sont beaucoup plus difficiles à trouver usagées. Pour les grands amateurs de vin, il nous serait également possible de faire des installations avec les bouteilles qui leur ont offert les dégustations les plus mémorables!

Nous souhaitons également développer des projets dans les écoles pour aider l’apprentissage et le contact avec la nature, et aussi dans les hôpitaux  pour utiliser le côté thérapeutique des plantes qui permettent une remise en santé plus rapide. Nous nous voyons davantage comme une entreprise coopérative, il est donc très important pour nous de favoriser l’émergence d’une communauté intéressée par l’agriculture urbaine, en partageant nos connaissances et notre expertise avec des ateliers et un contact avec  le public.

  • Biocité

 

Attention le rabais est terminé! Le prix du jardin en bouteilles Biocité est maintenant de 420.46 $ avec installation.
 

 

Évènements à suivre

Jeudi, 29 Septembre, 2016 - 08:00
Ne manquez pas l'ExpoHabitation d'Automne!
Jeudi, 20 Octobre, 2016 - 00:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.