Entrepreneurs

Les Maisons Nettes Zéro ont leur certification!

La Canadian Home Builders’ Association lance un programme de certification des maisons à consommation énergétique Nette Zéro pour tout le Canada. Au Québec, (comment) ça marche?

Les Maisons Net Zéro ont leur certification!
Midori Uchi, maisons écologiques nettes zéro de Vancouver, certifiées LEED Platine et R-2000, par Naikoon Contracting and Kerschbaumer Design © Ema Peter

La construction résidentielle durable est en ébullition ces jours derniers. Depuis le 30 mai, les bâtiments résidentiels de grande hauteur peuvent viser la Norme sur les Bâtiments Carbone Zéro (lancée officiellement par le Conseil du Bâtiment Durable du Canada - CBDCa). Côté petits bâtiments résidentiels, de l'unifamilial au 3 étages, c'est le Net Zéro qui est devenu la cible à atteindre.

Ce 2 mai, la Canadian Home Builders’ Association (CHBA) a lancé officiellement son programme de certification à deux niveaux: Net Zero Home (NZH ─ Maison Nette Zéro ou MNZ) et Net Zero Ready Home (NZRH ─ Maison prête pour le Net Zéro ou MpNZ).

Net Zéro: un concept qui fait des adeptes

L'idée est porteuse: en bilan sur une année, zéro consommation d'énergie! Évidemment, de l'énergie est tout de même consommée (électricité et chauffage), mais elle est compensée par des systèmes de production, souvent solaires photovoltaïques. La production peut être injectée dans le réseau d’Hydro-Québec (facturation nette) ou dans des batteries (stockage). Même si c'est la première option qui est la plus plébiscitée, les propriétaires aspirent de plus en plus à l'autonomie

Ainsi, malgré un bilan environnemental global qui n'est pas nécessairement plus avantageux qu'un bâtiment performant à très faible demande en énergie, des constructions nettes zéro commencent à sortir de terre et attirent de plus en plus l'attention.

Pourquoi tout le monde veut une habitation nette zéro

L'efficacité énergétique est un des critères les plus recherchés sur le marché immobilier (après les walk-in, bien sûr); Écohabitation l'a démontré dans son étude de marché en 2014, et AVID Ratings Canada pour le compte de la CHBA en 2015.

Consommation énergétique moyenne annuelle d’un ménage
(Statistique Canada, 2011)

Maison unifamiliale moyenne 29 700 kWh/année
Appartement 9 200 kWh/année
Maison de ville/duplex 26 000 kWh/année
MNZ 10 000 à 11 000 kWh/année

 

En plus d'un bilan de consommation énergétique réduit au maximum (et donc d'économies susbstantielles), des assurances prêts hypothécaires avantageuses sont offertes pour les maisons nettes zéro (et écoénergétiques), chez la SCHL et Genworth.

Efficacité énergétique, oui, mais pourquoi une certification? Car il est évident qu'une maison n'a pas besoin d'être certifiée pour démontrer qu'elle est nette zéro. Mais les avantages d'une certification sont de taille: normalisation de la méthodologie et des techniques, facilitation de la diffusion... 

La CHBA a mené début 2017 une enquête auprès d'un public d'acheteurs; les résultats sont probants, la certification emballe beaucoup. 48,7 % des répondants ont estimé que c’était une caractéristique incontournable et 28,8 % la considèrent comme un atout important. Ainsi, face aux 6 % des répondants qui ont estimés que ce n’était pas important, la certification prenait tout son sens.

Une certification pour encadrer le standard

Après plusieurs étapes d'une démarche stratégique, la CHBA lance aujourd'hui son programme de certification à deux niveaux: Net Zero Home (NZH ─ Maison Nette Zéro ou MNZ) et Net Zero Ready Home (NZRH ─ Maison prête pour le Net Zéro ou MpNZ). Ce programme de certification a été validé dans ses détails techniques et administratifs par une version pilote que la CHBA avait organisée entre seprembre 2015 et décembre 2016.

La maison prête à la consommation NZ (MpNZ) est une MNZ qui n’a pas encore installée d’énergies renouvelables, mais dont l'adoption sera facilitée grâce à des aménagements spécifiques.

Parmi les quelques habitations déjà certifiées, le projet de Condos Val-des-Ruisseaux à Laval, un immeuble de six unités réalisé par Construction Voyer, construit début 2016. En plus d'une isolation supérieure et des fenêtres triple vitrage, ses équipements ont été sélectionnés pour consommer peu (une thermopompe qui permet de chauffer ou de climatiser avec seulement le tiers de l'énergie habituellement requise), pour récupérer l'énergie (un système de récupération de chaleur des eaux de drainage) et pour produire (panneaux solaires photovoltaïques).

© Condos Val-des-Ruisseaux à Laval © CHBA

©CHBA

@CHBA

Le programme MNZ de la CHBA vise finalement trois objectifs principaux

  • fournir à l’industrie une norme rigoureuse, mais techniquement claire et bien définie ;
  • reconnaître les constructeurs et rénovateurs de maisons à consommation énergétique nulle ;
  • créer un marché avantageux, au processus administratif simplifié, pour les constructeurs/rénovateurs qui désirent construire des maisons hyperperformantes.

Exigences techniques

Une maison à consommation nette zéro doit être écoénergétique bien sûr, mais elle doit surtout être bien conçue. L’accent est mis sur:

© CHBA

  • La réduction des coûts de construction – par exemple, on réduit la quantité de bois utilisé pour la structure, mais on le pose à la bonne place (charpente avancée) ;
  • Des modélisations énergétiques, effectuées avec le logiciel HOT 2000 – les systèmes de distribution doivent être convenablement dimensionnés selon les charges (demande des calculs bien précis). Le design solaire passif est encouragé, les énergies renouvelables viennent en dernier lieu ;
  • Les détails de durabilité - par exemple:
    © CHBA

    © CHBA

    • l'excellent contrôle de l’eau et des moisissures via l’installation de solins sous toutes les ouvertures
    • l’emplacement de la fenêtre dans le mur
    • des normes concernant l’application de scellant faible expansion.
Autres exemples d'exigences:
© CHBA

  • L’enveloppe du bâtiment doit être au moins 33 % plus efficace que ce que dicte le Code du bâtiment ;
  • Les charges électriques de base par occupant doivent se limiter entre 15 et 19 kWh/jour ;
  • La norme CSA F280-2012 doit être appliquée pour le calcul de charges en chauffage, ventilation (VRC) et climatisation ;
  • L’enveloppe vise de hauts standards d’efficacité qui prennent en compte les risques liés au confort, aux infiltrations et la qualité de l’air intérieur:
    • La cible est de 1.0 CPM à 50Pa ou moins
    • Le pare-air doit être continu, avec peu de joints
    • Le minimum d'isolation requis est de R-60 au grenier, R-30 aux murs, R-24 aux murs sous le sol, R-10 pour la dalle et R-5 aux fenêtres
    • Le sous-sol est conçu pour freiner la pénétration du radon et de l’humidité
  • © CHBA

    Un appareil de mesurage énergétique est requis dans la maison ;
  • Des appareils à débit réduit doivent être posés pour limiter la consommation d’eau ;
  • L’information sur les appareils énergétiques et les récupérateurs de chaleur des eaux de drainage est exigée.

Basée sur des programmes existants: une certification qui ne réinvente pas la roue

Le programme du CHBA repose sur le travail des précurseurs. Chaque projet doit d’abord répondre aux exigences requis par l’un des trois programmes suivants:
  • R-2000 2012 (version actuelle)
  • EnergyStar + NovoClimat 2.0 pour les nouvelles maisons
  • EnerGuide pour les maisons

Les maisons EnergyStar + NovoClimat 2.0 sont 20 % plus performantes que les maisons construites au Code. Quant à elles, les maisons R-2000 sont 50 % plus écoénergétiques et les maisons prêtes pour la consommation énergétique nette zéro, environ 80 %. Les MNZ sont 100 % plus performantes que la maison au Code puisqu’elles produisent l’énergie dont elles ont besoin.

Au Québec, vous pouvez aussi avoir recours au programme ISP (Indice Solaire Passif), parfaitement compatible avec la certification Nette Zéro. Ce système reconnaît la performance mesurée autant que les prévisions de consommation déterminées par le logiciel PHPP (Passive House Planning Package) créé par l’institut allemand Passivhaus. La cote ISP reconnaît le haut niveau de performance dès qu’une construction nécessite moins de 50 kWh/m² de plancher habitable en chauffage sur toute une année, soit une amélioration de plus de 50 % par rapport au Code pour une maison unifamiliale moyenne. Tous les détails ici.

La certification MNZ au Québec: (comment) ça marche?

Théoriquement, tout Canadien dont le projet de construction ou de rénovation répond aux critères de certification et dont l’habitation répond aux normes de la partie 9 du Code du bâtiment est concerné.

Pour être certifé, le professionnel de la construction ou de la rénovation doit devenir membre de l'association des constructeurs locale, puis suivre une formation en ligne et recevoir la licence Energuide (ou R-2000).

Mais ensuite, il faut trouver un constructeur ou un rénovateur certifié. Pour le moment, au Québec il n'y en n'a pas... En plus de construire ou rénover en répondant aux exigences de la certification, ce dernier s’occupe de contacter une organisation qualifiée, soit l'association des constructeurs locale, pour inscrire le projet.

Il est prévu que ce soit l'association locale qui guide, étape par étape, le processus. Mais administrativement, la certification n'est pas prête pour le Québec! Il n'y a pour le moment pas de porteur de ballon provincial officiel, que ce soit du côté de l'APCHQ ou de l'ACQ. En attendant la prise de position d'une association de constructeurs, il faut faire affaire avec ceux de l'Ontario.

L'attribution de la certification est finalement assurée par une tierce partie, un évaluateur... également certifié. Écohabitation est prêt à remplir cette mission!

Plus d'informations sur la procédure à suivre.

Finalement, si la certification est un outil porteur pour standardiser et diffuser les constructions nettes zéro, elle doit encore faire du chemin pour façonner le paysage québécois de l'habitation durable...

À LIRE AUSSI SUR LE MÊME THÈME

Évènements à suivre

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.