Formations

La permaculture urbaine, ou la science du design éthique

Wen Rolland, spécialiste passionné de la permaculture en climat froid, nous fait découvrir ses trucs et astuces! Entrevue.

Permaculture urbaine, Wen Rolland
©wenrolland
M. Wen Rolland en est à sa première année comme formateur chez Écohabitation (formation permaculture urbaine), mais il cumule déjà plusieurs années d'experience en tant que formateur et consultant. Découvrez le portrait de cet homme engagé et passionné, et profitez de ses judicieux conseils avec cette entrevue exculsive!

July Paquin, Écohabitation. Quel est votre parcours académique?

Wen Rolland: Après mon secondaire, j’ai étudié l’informatique de gestion et travaillé dans le domaine pendant six ans. N’étant pas satisfait de ma contribution à ce monde, j’ai décidé de réorienter ma carrière. Je me suis donc tourné vers l’horticulture en étudiant à l’Institut de Technologie Agroalimentaire de Saint-Hyacinthe, en technique de Production Horticole et de l’Environnement. Cette formation était très bien, mais je sentais qu’il manquait encore quelque chose, une structure permettant de mettre à profit toutes ces informations et ces techniques de façon écologique, efficace et holistique.

J’ai découvert la permaculture dans ma dernière année d’études. C’était exactement ce que je cherchais, et encore plus! À travers mes lectures, j’ai découvert un mouvement mondial ayant comme objectif de régénérer les écosystèmes de la planète et de créer une culture de la permanence. J’ai aussi eu le plaisir de faire deux PDC (Permaculture Design Course), ce qui m’a permis d’approfondir mes connaissances du design écologique éthique, qui rend la permaculture si unique.

Quel est votre parcours professionnel?

À la fin de mes études, j’ai travaillé en agriculture sociale tout en proposant mes services de consultant et de formateur en jardinage écologique et en permaculture. J’ai eu l’honneur de former des centaines de personnes et d’accompagner plusieurs dizaines de projets à travers le Québec.

Que signifie l’appellation d’agriculture sociale?

Pour moi, l’agriculture sociale est une agriculture qui a comme objectif de renforcer le tissu social, de supporter les gens dans leur développement personnel et d’améliorer la société en général. Le but premier est de rendre les gens heureux et on peut y arriver via la pratique d’une agriculture écologique.

Un bon exemple est celui des jardins collectifs, où plusieurs personnes jardinent le même espace tout en étant accompagnées par un animateur-jardinier qui s’assure du bon déroulement des sessions de jardinage tout en éduquant et en animant les activités du groupe. On y utilise parfois l’approche de l’hortithérapie, ou « la thérapie par l'horticulture ».

Parlez-nous du concept de forêt nourricière.

© Wen Rolland

Le terme "Forêt Nourricière" (Food Forest ou Edible Forest Garden) décrit la conception de jardins sur le modèle de la forêt. On y retrouve donc des arbres, des arbustes et des herbacées, principalement des vivaces. La forêt nourricière a comme objectif de nourrir les humains, mais aussi l’ensemble des êtres vivants faisant partie de son écosystème, c'est-à-dire les animaux, les insectes, les champignons et les micro-organismes.

La forêt nourricière cherche aussi à nourrir le cœur par sa beauté et à inspirer les gens qui la visitent. Nous concevons un environnement productif, fonctionnel et d'une grande beauté naturelle ayant la structure d’une jeune forêt naturelle!

En bref, on jardine à l'image de la forêt, mais pas dans la forêt!

Selon vous, qu’est-ce qui est le plus important à transmettre aux participants de vos formations au sujet de la permaculture?

La permaculture ne s’arrête pas au jardinage, loin de là. Elle s’intéresse à toutes les sphères de notre vie, et c’est ça, sa vraie puissance! On ne peut construire une culture de la permanence sans prendre en compte l’ensemble de la culture. Mon objectif est d’outiller les participants afin qu’ils puissent utiliser la permaculture pour réaliser leurs projets de vie écologique. La porte d’entrée de la plupart des gens vers la permaculture est le jardinage, un domaine qui a fait l’objet de beaucoup d’expérimentations. Presque 50 ans après les débuts de la permaculture, nous avons accompli beaucoup de chemin et il est évident que la permaculture comme science de design éthique peut apporter beaucoup plus au monde que les jardins classiques, même s'ils sont diversifiés et écologiques.

Pouvez-vous indiquer à nos lecteurs quels sont vos meilleurs conseils pour réussir son projet horticole à l’aide de la permaculture, que ce soit la création d’un potager ou d’une forêt nourricière?

Il faut commencer par chercher l’information nécessaire pour faire de votre projet une réussite. Consultez des livres et des vidéos sur le sujet (de source québécoise autant que possible) et suivez une formation si vous désirez approfondir le côté pratique de ces techniques. Plus vous en savez, meilleures seront vos décisions, et mieux ciblées seront vos actions.

Par la suite, il faut bien choisir l’endroit où vous voulez faire votre plantation. Vous devez avoir assez de soleil, généralement au moins 6 à 8 heures d’ensoleillement par jour. Prenez le temps de bien observer votre site afin de connaitre les zones humides, les zones ombragées, les plantes qui y poussent déjà, etc. Toutes ces informations vous permettrons de faire un meilleur design pour votre projet.

Quels sont les essentiels (équipements) nécessaires pour pratiquer la permaculture?

L’outil principal du permaculteur est l’information. Les livres dans votre bibliothèque sont des outils essentiels! Pour bien utiliser la permaculture, il faut savoir quelles sont les spécificités du site sur lequel vous travailler, c'est-à-dire le climat, le type de sol, l’élévation, les pentes, etc. En l'observant longuement et avec attention, vous arriverez à comprendre ce qui est possible ou pas. Le design doit émerger de notre observation du site, il ne doit pas lui être imposé!

Vous êtes spécialiste de la permaculture en climat froid. Que faut-il faire pour adapter nos pratiques?

La permaculture est utilisée de la même façon, peu importe le climat, l’emplacement et les conditions. Le processus de design reste le même. C’est dans le choix des techniques et des stratégies qu’il faut faire preuve de discernement. Je me spécialise dans l’adaptation de celles-ci à notre climat. En climat froid, nous n'utiliserons pas les mêmes plantes qu’en climat tropical, la densité de plantation sera aussi différente, les processus de gestions seront adaptés à la réalité de nos conditions climatiques et ce, pour chacune des saisons.

Sur votre blogue, vous rendez hommage à Bill Mollison, père de la permaculture, avec quelques-unes de ses très belles citations. Quelle est votre préférée?

Il y en a plusieurs, mais voici celle qui me semble le mieux décrire la situation à laquelle nous devons faire face: "La tragique réalité est que très peu des systèmes durables existant aujourd’hui sont conçus ou mis en place par ceux qui détiennent le pouvoir et la raison en est évidente et simple: laisser les gens s’organiser pour produire leur propre nourriture, leur énergie et construire leurs habitations, c’est perdre le contrôle économique et politique qu’ils ont sur eux. Nous devrions cesser de nous tourner vers les structures de pouvoir, les systèmes hiérarchiques ou les gouvernements pour nous aider et trouver des moyens de nous aider nous-mêmes."

En terminant, qu’est-ce qui attend les participants à la formation permaculture urbaine, qui se tiendra le 26 août prochain?

Je pense que nous allons passer une superbe journée pleine de découvertes! Je vais m’assurer de procurer aux participant(e)s les éléments clés de la permaculture afin qu’ils et qu'elles puissent l’utiliser dans leur vie de tous les jours. Cela leur permettra de faire les bons choix parmi toutes les techniques et les stratégies disponibles lors du design de leur projet écologique. Nous allons aborder l’application de certaines pratiques particulièrement utiles dans le contexte urbain. Pour faciliter l’utilisation de la permaculture, je vais expliquer la méthode de design simple et complète nommée B.O.L.R.A.D.I.M.E. Nous allons aussi aborder la conception d’une forêt nourricière urbaine et pratiquer la technique en après-midi en faisant une mini forêt nourricière sur le site. De plus, il y a toujours un peu de temps pour discuter des projets des participant(e)s, ce qui rend la formation encore plus riche pour l’ensemble du groupe.


Si vous voulez en apprendre davantage sur M.Rolland, vous pouvez consulter son blog.

Pour en savoir plus, voir L'ABC DE LA PERMACULTURE

Si vous voulez participer à la formation Permaculture urbaine le 26 août prochain sur le site du Campus MIL, faites-vite les places sont limitées. Réservez la vôtre!

 

@ projets éphémères

À LIRE AUSSI SUR LE MÊME THÈME

Évènements à suivre

Samedi, 30 September, 2017 - 10:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.