Certification LEED

Platine pour Edelweiss : décortiquons la première habitation LEED v4 au Canada

Évaluations Écohabitation passe en revue les différences techniques entre la v4 et la version 2009, les meilleurs coups LEED du projet Edelweiss et les commentaires du Green Rater au sujet des évaluations v4.

Analyse d'Edelweiss, première construction LEED v4 au Canada
© Mike Reynolds

En construisant et certifiant la première maison LEED v4 habitations au Canada (2e au monde, niveau Platine par-dessus le marché!), Emmanuel Cosgrove, directeur d’Écohabitation, confirme une fois de plus sa position d’avant-gardiste dans le domaine de l’habitation écologique au Québec. Voyons ce qui différencie la v4 de la version précédente du système LEED, quelles sont les caractéristiques et coups d’éclat du projet Edelweiss et recueillons les commentaires du Green Rater Benjamin Zizi au sujet du processus d’évaluations v4.

La v4 – un système plus cohérent et un processus plus rigoureux

En résumé, la nouvelle mouture du système LEED habitations est plus claire que la version précédente, mieux balancée et recèle une meilleure assurance qualité et durabilité. Les crédits et les catégories ont été réorganisés et mis à jour :

  • Une 9e catégorie a été créée : Priorité régionale. Celle-ci prend en compte les spécificités du terrain et de la géographie, comme par exemple la nordicité et l’emplacement rural versus l’emplacement urbain.
     
  • La catégorie Innovation et processus de conception a été scindée en deux pour créer Processus d’intégration et Innovation.
     
  • La pondération des crédits a aussi changé, accordant plus d’importance aux impacts environnementaux de la construction notamment dans les catégories Emplacement et Transport (anciennement Emplacement et Liaison), Gestion de l’eau et Énergie et Atmosphère.
     
  • Pour favoriser la densité et éviter l’utilisation de la voiture, cinq points ont été ajoutés dans la catégorie Emplacement et transport.
     
  • L’ajustement selon la taille[1] n’existe plus. Le pointage à atteindre pour chaque palier est donc fixe : certifié-40 points, argent-50, or-60 et platine-80.
     
  • La v4 exigera une plus grande performance pour la gestion de l’eau et la consommation énergétique.
     
  • Ajout d’un préalable interdisant la construction dans les zones inondables (cela donnait des points avant, mais n’était pas obligatoire).
     
  • Ajout d’un compteur d’eau installé dans toutes les habitations branchées sur un aqueduc municipal. (Cela ne touche pas le projet Edelweiss, car il possède son propre puits artésien.)

Il n’y aura pas de version canadienne de la v4. Toute la gestion du programme se fera à partir des États-Unis, via le Green Building Certification Institute (GBCI). À partir du 31 octobre 2016, la v4 sera en vigueur pour tous les projets inscrits après cette date. À ce sujet, consultez sur notre site la brève Transition vers la v4.

Concernant la documentation v4, les formulaires de responsabilité et la liste de durabilité n’existeront plus. Ils seront remplacés par trois fiches de contrôle EnergyStar ayant trait à l’eau, au CVCA (chauffage-ventilation-climatisation de l’air) et à la dérivation thermique. Ces fiches contiennent des éléments de durabilité uniformisés pour tous les projets. Il y aura donc plus d’éléments à vérifier et à valider sur les chantiers pour l’évaluateur écologique (Green Rater) agréé. Évaluations Écohabitation facilitera la préparation des documents pour les porteurs de projets.
 

Edelweiss : la référence en habitation écologique

La planification et la conception d’Edelweiss ont été particulièrement exceptionnelles. Cela a permis de réduire considérablement les aléas et les difficultés. Pourtant, rien de démesuré ou d’excessif ne s’apparente à Edelweiss, que l’essentiel y a été prévu : 1 550 pieds carrés sur un seul niveau et sur dalle flottante (aucune fondation), isolation supérieure surtout à l’extérieur et sous la dalle (8 pouces d’isolant rigide partout) et à l’intérieur (laine de roche dans les cavités), 4 chambres fermées, finition sobre mais durable. Ce qui en résulte est un bilan v4 impressionnant.
 

Bilan et pointage v4

À l’exception des catégories « Processus d’intégration » et « Emplacement et transport », les résultats sont parfaits ou quasi-parfaits dans les sept autres catégories v4 :

1. Processus d’intégration : 0/2

Équipe de conception intégrée réduite et aucune charrette de conception.

2. Emplacement et transport : 3/15

La maison étant située en zone rurale/forestière, il n’y a ni réseau d’infrastructures municipales, ni transport en commun.

3. Aménagement écologique des sites : 7/7

Perturbation minimale de la zone lors de la construction, toit végétal, jardin comestible, système de récupération des eaux de pluie de la toiture.

4. Gestion de l’eau : 11/12

Gestion des eaux de pluie sur le site (aucun recouvrement de sol imperméable), aucun besoin en irrigation, appareils faible débit (douches-robinets-toilettes) permettant une économie allant jusqu’à 13 000 litres d'eau par mois.

5. Énergie et atmosphère : 32/38

Solaire passif, niveau exceptionnel d’isolation jumelé avec un taux minime de changement d’air à l’heure (CAH). Résultat : Edelweiss ne coûtera que 180 $ par année en frais de chauffage et ne consommera en tout que 24 kWh/jour, pour 2,30 $ par jour. L’objectif était de garder la consommation en deçà de 30 kWh par jour et de ne payer que le tarif de 0,0568$ du kWh. La référence dans la gestion des négaWatts!

6. Matériaux et ressources : 9,5/10

Bois certifié FSC, charpente efficace (faible quantité de déchets), béton avec 50% d’ajouts cimentaires, matériaux locaux et recyclés (gypse, comptoirs de cuisine et plafonds en bois de drave centenaire de la rivière des Outaouais).

7. Qualité des environnements intérieurs : 13/16

Produits sans COV, ventilation supérieure.

8. Innovation : 6/6

Performance exemplaire : gestion des déchets, matériaux recyclés, gestion des eaux de pluie, borne de recharge pour véhicule électrique, jardin comestible.

9. Priorité régionale : 4/4

Conception pour compenser toutes les problématiques régionales : intempéries extrêmes, matériaux bien choisis préférables pour l’environnement, consommation moindre d’eau.
 

Évaluations v4 du Green Rater

Notons qu’à partir du 31 octobre 2016, tout projet visant la certification v4 devra être inspecté par un évaluateur écologique (Green Rater) agréé par le GBCI. Selon Benjamin Zizi, évaluateur HERS et Green Rater LEED pour les habitations, qui a inspecté Edelweiss, la v4 reste fondamentalement le même système de construction durable. On y a cependant réglé certains problèmes et incertitudes comme l’incompréhension liée à l’ajustement selon la taille (les paliers fixes étant plus clairs), les doutes concernant la liste de durabilité et l’incohérence des points accordés dans la catégorie Aménagement écologique des sites, notamment pour le toit et le gazon. « Il a été intéressant de confronter l’ancienne version avec la nouvelle. Le processus de cette première certification LEED v4 fut cependant assez long et a nécessité passablement de défrichage », explique Benjamin Zizi. LEED v4 exigera un contrôle de conformité et de durabilité plus serré. Bref, les bénéfices environnementaux n’en seront que rehaussés.

 

[1] Il s’agissait d’entrer le nombre de chambres à coucher faisant ainsi varier en plus ou en moins le pointage à atteindre pour chaque niveau.

Évènements à suivre

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.