Aménagement Urbanisme Transports

Au Saguenay, l'Écohameau de La Baie s’agrandit

L'Écohameau de la Baie, perché au-dessus du fjord du Saguenay.
L'Écohameau de la Baie, perché au-dessus du fjord du Saguenay. Photo GREB.

Situé à une dizaine de kilomètres du centre-ville de La Baie, un arrondissement de la ville de Saguenay, l'Écohameau de La Baie et ses six magnifiques chalets de style alpin surplombent fièrement les impressionnantes rives du fjord Saguenay.

N’allez pas crier aux projets pour urbains en mal de nature. Rien de tel ici. Il s'agit bel et bien de résidences principales, entièrement auto-construites en paille, avec jardin potager, toilettes-compost et foyers de masse pour le chauffage. Six familles, éprises d’écologie et d'humanisme, y vivent à l’année.

« La démarche initiée par le Groupe de Recherches Écologiques de la Baie (GREB) est scientifique et pragmatique » précise Pierre Gilbert, résident de la première heure, autodidacte et vice-président du GREB. Après vingt ans d’existence, l'aventure continue! La coopérative a récemment annoncé le développement d'une seconde phase de neuf nouvelles résidences. « Les personnes se construisent elles-mêmes leur maison. Nous les appuyons dans leur projet et leur offrons un service technique gratuit », explique Pierre Gilbert.

Un écohameau, c'est quoi?

Selon le Réseau des écohameaux et villages du Québec, « un écohameau ou écovillage est une agglomération de maisons écologiques reliée administrativement à un village, où les résidents participent à un mode de vie communautaire actif et dont les activités sont axées sur la protection de l'environnement et la réduction de l'empreinte écologique globale. » Cette dimension communautaire distingue les écovillages des simples regroupements de maisons écologiques et autres éco-quartiers. 

Pour Pierre Gilbert, « l'idée de départ, en 1990, était de créer un laboratoire en réaction à la mondialisation économique, au tout pétrole. L'objectif était de créer une société résiliente et énergétiquement indépendante basée sur les énergies renouvelables. »

L’Écohameau de la Baie : vingt ans d'expérimentation

L'aventure débute en 1990 avec la fondation du Groupe de Recherches Écologiques de la Baie (GREB), organisme à but non-lucratif composé de passionnés comme Pierre Gilbert et le chercheur Patrick Déry, président du GREB. En 1993, la construction de six résidences rurales est autorisée par la municipalité de La Baie.

Les travaux débutent en 1995 avec la construction d’une première « maisonnette » expérimentale en ballots de paille. Un an plus tard, Patrick Déry débute l'autoconstruction de sa propre maison. Entre l'année 2000 et 2003, le projet s'accélère et quatre nouvelles maisons en ballots de paille seront construites. L'année 2003-2004 marque pourtant un tournant! Certains membres quittent l'aventure. « Cette période a laissé de profondes cicatrices, des questionnements sur notre fonctionnement, notre projet. Aujourd'hui ça va beaucoup mieux!» confirme Pierre. Une sixième maison sera finalement réalisées après 2004.

Double ossature et ballots de paille : les grands principes de construction à l’écovillage

Double-ossature et ballots de paille, une construction à l'écohameau
Double-ossature et ballots de paille, une construction à l'écohameau. Photo GREB.

Dans un contexte rural et nordique, le GREB a opté pour la construction de maisons en ballots de paille de type bioclimatique, à double ossature de bois, et de style alpin. « Compte tenu de la rigueur du climat, nous avons privilégié un style architectural plus compact, cubique. Nous avons également développé notre propre grille d'évaluation pour un habitat écologique », indique Pierre. Que voici :

« Grille d'évaluation pour un habitat écologique

  • Usage de technologies non polluantes
  • Usage des ressources locales
  • Usage de technologies simples et accessibles à tous
  • Usage de technologies intégrées et adaptées
  • Usage de technologies ne rendant pas l’humain dépend de la machine
  • Usage de technologies saines et non toxiques
  • Usage de technologies esthétiques et harmonieuses »
(Source : GREB)

Le choix de l’isolation en ballots de paille

La forte inertie thermique des maisons en ballots de paille permet de maintenir une température stable et confortable autant en période de grands froids qu’en été. Elle permet également de réaliser des économies d’énergie (plus de 10% en hiver) grâce notamment à une isolation haute performance atteignant plus de R40 pour les murs.

Les avantages de construire en paille sont nombreux : peu de déchets générés lors de la construction, matériaux facilement recyclables, performance thermique, sécurité contre le feu, esthétisme, confort et qualité de l’air ambiant. Une maison construite en ballots de paille a une durée de vie relativement longue, atteignant facilement l'âge respectable de 100 ans et plus.

La technique utilisé sur le site de l'écohameau est spécifique au GREB et ne nécessite que des matériaux de base naturels : le bois, la paille et le mortier. Contrairement aux autres méthodes de construction en paille, la technique du GREB utilise beaucoup de bois, ressource renouvelable et traditionnellement utilisée dans la construction au Québec.

  • La charpente, de bois massif, est autoportante. Pour limiter les infiltrations d'eau, les deux concepteurs du GREB ont opté pour des débordements de toit plus larges que la normale.
  • Les murs quant à eux sont constitués d'une double ossature en bois composée de 2x4. Les ballots de paille sont simplement installés entre les ossatures de bois puis enrobés d’un mortier allégé à la sciure de bois.
  • Le mortier est peu coûteux et se coule facilement à l'aide de coffrages de bois rudimentaires. Il est constitué de sciure de bois, de sable, de chaux aérienne et de ciment.

Énergie et chauffage à l’Écohameau de la Baie : solaire passif, foyer de masse et photovoltaïque

  • Panneaux photovoltaïques pour l'électricité des chalets de l'Écohameau
    Panneaux photovoltaïques pour l'électricité des chalets de l'Écohameau. Photo GREB.

    Chaque habitation de l'écohameau est équipée d'un foyer de masse finlandais (voir notre article sur les foyers de masse). Soit trois tonnes de maçonneries recouvrant une chambre de combustion composé de béton réfractaire. De bonnes fondations sont donc indispensables! L'eau domestique est chauffée à l'aide de serpentins intégrés à la structure du foyer.

  • Le solaire passif assure l’autre partie du chauffage domestique. « La fenestration représente 16 à 20% de la surface murale totale et 70% des fenêtres sont exposées au Sud, ce qui assure un ensoleillement et un éclairage important, notamment en hiver » précise Pierre Gilbert.
  • Des panneaux solaires photovoltaïques ont été installés et produisent une partie de l'électricité nécessaire aux résidents. L'écohameau est également connecté au réseau Hydro-Québec ce qui permet aux résidents d'avoir un accès constant à l’électricité et de disposer de tout le confort moderne : réfrigérateur, laveuse etc. La facture annuelle d’électricité s’élèverait à environ 200 $ par habitation.

Combien coûte la construction d’une maison à l’Écohameau de la Baie?

Les coûts pour la construction d'une maison conventionnelle et d'une maison en ballots de paille sont quasiment identiques. Pour le chantier de l'écohameau, les coûts ont été estimés à 90$ par pieds carrés soit 45$ pour les matériaux et 45$ pour la main d’œuvre. Pour une maison de 1500 pieds carrés, le coût serait d'environ 135 000$, 67 000$ en autoconstruction.

Le bémol : la voiture obligatoire!

Bien que se réclamant de la société post-pétrole… les résidents utilisent quotidiennement leur voiture! Pierre Gilbert, directeur de Feu vert, entreprise spécialisée dans la conception de foyers de masse, travaille par exemple à Chicoutimi. « Pour les habitants du village, se déplacer en voiture est un non-choix, compte tenu de la vie au Saguenay. Nous sommes écartelés entre deux mondes, entre celui de la performance et celui de l'après-pétrole ».

Le fonctionnement de la communauté est quant à elle basée sur l’indépendance des familles. Comme le confirme Pierre, « il n'y a pas d'organisation de la vie des gens, chacun est libre. Rien ne peut changer la volonté des individus». Seule la gestion du site est collective et l'aménagement des espaces a été conçu pour favoriser, faciliter la communication et le partage entre voisins.

Une ferme paysanne pour nourrir les résidents

Agriculture biologique à l'écohameau
Agriculture biologique à l'écohameau. Photo GREB.

C'est en 1997 qu'est fondée Les Vallons de Chambreule, ferme paysanne de 22 hectares. C’est la première ferme de Saguenay qui ait obtenu la certification biologique. On y cultive de nombreuses variétés de légumes, et on y élève des agneaux. La ferme est membre du Réseau québécois des projets d’ASC (Agriculture Soutenue par la Communauté). Le consommateur achète une part de la récolte en début de saison et reçoit chaque semaine des paniers de légumes frais. 

L’écovillage attend 18 nouvelles familles !

Aujourd'hui le projet est en pleine expansion et les projets ne manquent pas. « Nous prévoyons le développement d'une phase II où neuf nouvelles maisons, pouvant accueillir chacune deux familles, seront construites. » Particularité : seul le chauffage au foyer de masse sera autorisé. « Tous sont les bienvenus, mais nous avons le désir de favoriser les jeunes familles et leurs enfants ».

Futurs auto-constructeurs ou simples curieux, n'hésitez pas à les contacter. Il est également possible de visiter le site. Puisque, comme le dit Pierre Gilbert, citant Paul Valéry : « La meilleure façon de réaliser ses rêves, c'est de se réveiller ».

Écohameau de la Baie
2952, sentier du Petit-Patelin
La Baie, Qc, G7B 3P6
CANADA
(418) 544-9113
(418) 544-6714
 
Par Stéphane Schaal, BSC, M. Aménagement du territoire et développement régional, collaborateur Écohabitation

Évènements à suivre

Jeudi, 29 Septembre, 2016 - 08:00
Ne manquez pas l'ExpoHabitation d'Automne!
Jeudi, 20 Octobre, 2016 - 00:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.