Cuisine et Salle de bain

Cuisine et salle de bain: deux lieux stratégiques pour rendre votre maison plus écologique

Une cuisine écologique ne dégage pas de polluants, permet des économies d’eau et d’énergie. Quant à la salle de bains, on y utilise 65% de l’eau utilisée à la maison ! Voici donc deux lieux stratégiques pour rendre plus écologiques votre maison et votre vie quotidienne. Quelques idées.

Cuisine écologique
Cuisine écologique © Daniel Farmer

Si vous construisez une maison, si vous rénovez entièrement votre cuisine ou votre salle de bain, alors évitez les meubles en aggloméré (comme la mélamine) qui émettent des COV ! À moins d’une mention contraire, ils libèrent notamment du formaldéhyde, d'autant plus lorsqu’ils sont exposés à des variations d’humidité et de température, deux conditions souvent réunies dans ces pièces. Optez de préférence pour le bois massif. 

Schéma
Schéma consommation d'eau © Écohabitation

1. Salle de bain écologique : économisez l’eau ! 

Les toilettes

Les toilettes classiques dépensent 14 « litres par chasse d’eau » (LPC) en moyenne. C’est énorme ! Les toilettes à faible volume peuvent ne délivrer que 3 LPC. À cinq chasses d’eau par jour, vous économisez 18 250 litres par an. D’autant plus intéressant que ces toilettes ne coûtent pas plus cher.

La pomme de douche

14 litres par minute (LPM) en moyenne pour une pomme de douche standard. 6 LPM pour une pomme de douche haute efficacité (et on se lave tout aussi bien !). D’accord, il vous en coûtera 15 dollars de plus pour l’acheter. Mais à huit litres d’écart, ça vaut le coup…

Les robinets

Vaste palette de possibilités. Si on peut se le permettre, le robinet mitigeur thermostatique évite le gaspillage de l’eau chaude pendant la douche, mais coûte 100$ de plus qu’une installation classique. Au même prix que le robinet conventionnel, on peut acquérir un robinet à faible débit, qui fait passer le nombre de litres par minute de 16 à 5,7. Pas pire. Si on ne veut pas changer de robinetterie, on peut installer sur un robinet existant des réducteurs de débit (15$) ou des aérateurs ; ces derniers permettent d’atteindre la faible quantité de 5,7 LPM (5$). Il existe aussi des disques de contrôle d’écoulement qui s’installent dans la tuyauterie et agissent sur la pression (5$), installables avec un robinet classique.

Salle de bains
Salle de bain écologique © Céline Lecomte

La laveuse

Certes, acheter une laveuse ENERGY STAR coûte 200$ de plus en moyenne. Mais si on ajoute qu’elle permet de 35 à 50% d’économie d’eau et 50% d’économies d’énergie… Alors cette dépense est justifiée.

Le ventilateur

On peut installer une ventilation reliée à un système de « ventilateur récupérateur de chaleur » (VRC). La chaleur évacuée est récupérée, le ventilateur ne fait aucun bruit lorsqu’il est bien installé, et votre santé est davantage préservée avec ce type d’appareil !

La baignoire

Les jolis « bains sur pied » qu’on peut trouver dans les brocantes peuvent être rénovés puis réutilisés grâce à la peinture à l’époxy. Mais attention, celle-ci est toxique : l’application doit se faire à l’extérieur et avec un masque !

2. Cuisine écologique : stop au gaspillage d’eau et d’électricité !
Cuisine : stop au gaspillage d’eau et d’électricité !
Cuisine écologique © Photo : Céline Lecomte. Montage : Julia Chartier.

La vaisselle

C’est certain : faire la vaisselle à la main, avec un évier de rinçage, sans laisser couler l’eau tout le temps… est plus économe en eau. Néanmoins, à partir de 3 ou 4 personnes par foyer, on peut avoir envie d’économiser du temps pour vivre de bons moments en famille après le souper ! Choisissez un lave-vaisselle ENERGY STAR. S’il est neuf ou récent, vous ne devriez pas avoir besoin de rincer les assiettes et les plats avant de les poser dans la machine (il faut juste enlever le maximum de résidus alimentaires).

Comme dans la salle de bains, vous pouvez installer un robinet à faible débit ou des aérateurs. Cela ne nuit en rien à l’efficacité du lavage à la main.

Le réfrigérateur et le congélateur

Ce sont les seuls appareils électroménagers qui fonctionnent en continu ! Il faut donc prêter doublement attention à leur consommation d’électricité, en évitant de surcharger les étagères pour que l’air circule bien, et en plaçant ces appareils le plus loin possible des sources de chaleur (cuisinière, radiateur, lave-vaisselle) ; sinon le moteur consomme beaucoup d’énergie pour maintenir sa température intérieure… La température du frigo doit être de 4° au plus bas, cela suffit largement et évite le gaspillage d’électricité ; -18° pour le congélateur. Enfin, pensez au programme Recyc-frigo pour troquer votre vieil appareil fatigué contre un frigo plus économique. Dépêchez-vous, il se termine en décembre 2014 ! 

La cuisinière

Puisque nous sommes au Québec, où l’hydroélectricité génère moins de dégats environnementaux que les centrales à charbon ou nucléaires, optez pour la cuisinière électrique, elle même moins polluante que la cuisinière à gaz.

Si c’est possible, achetez des cuisinières à plaques vitrocéramiques ou à induction, qui consomment vraiment moins que les plaques à spirales.
Enfin, quelques astuces : ne pas trop ouvrir la porte du four pendant la cuisson, et couvrir les casseroles pour obtenir l’ébullition plus rapidement. Sachez également que la bouilloire électrique reste le moyen le plus économe pour faire bouillir l’eau du thé. 
 
Quant à la hotte, ne la choisissez pas « à filtre » sans évacuation à l’extérieur, elle est inefficace. 

Et aussi...

Soyez attentifs à la ventilation

Stratégique dans une cuisine ! Voir le même item dans le chapitre « salle de bains ». Pensez à composter vos déchets organiques (plus facile quand on a une cour, mais possible sans !). Enfin, préférez les aliments locaux et bio, surtout pendant la période d’été !
 

Meubles "sans formaldéhyde", info ou intox? Certains fabricants affirment que leurs produits classés "E1" sont sans formaldéhyde. C’est le classement des produits dérivés du bois, et pour lesquels les émissions de formaldéhyde sont inférieures à 123 µg/m3. Cependant, en France, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES), anciennement Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (AFSSET) recommande une émission maximum de 10 µg/m3. Par conséquent, les produits classés E1 ne respectent pas forcément les valeurs sanitaires citées et ils ne sont pas forcément des produits sans formaldéhyde! 

Merci à Aurélien Semach, étudiant en master de Risques santé en environnement bâti (RISEB) à l'Institut supérieur de la santé et des bioproduits d'Angers (ISSBA, France).

Évènements à suivre

Jeudi, 29 Septembre, 2016 - 08:00
Ne manquez pas l'ExpoHabitation d'Automne!
Jeudi, 20 Octobre, 2016 - 00:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.