Isolation Insonorisation Étanchéité

Étanchéité : comment se produisent les fuites d’air ?

Les fuites d’air, on connaît. Mais les notions de déplacement de l’air, d’effet-cheminée, de dépressurisation… beaucoup moins ! Maîtriser le sujet, c’est savoir mieux se protéger.

Une future enveloppe déjà trouée
Une future enveloppe déjà trouée... © Écohabitation

Les fuites d’air se produisent lorsqu’un trou, un orifice ou un parcours de fuite d’air traverse l’enveloppe et que celle-ci est soumise à une différence de pression d’air. Trois phénomènes expliquent la différence de pression qui entraîne des fuites d’air. Il s’agit de l’effet de tirage, du vent, et de la dépressurisation (aspiration) causée par le système de ventilation.

 3 effets
© Office de l’Efficacité Énergétique

  • Le vent est, scientifiquement parlant, une différence de pression (qu’on mesure généralement en kilopascal lorsqu’il est question de la pression atmosphérique). Par conséquent, lorsqu’il vente, il y a une pression qui se crée sur les murs extérieurs ; la pression augmente lorsque le vent souffle contre le mur, et elle diminue lorsque le vent souffle dans la direction opposée. L’air se déplace de la pression la plus élevée vers la pression la plus basse. Selon la direction dans laquelle le vent souffle, l’air peut donc s’infiltrer ou s’échapper de la maison.

  • Effet cheminée
    Effet cheminée, grâce à la différence de température et de pression l’air s’élève, entrainant une aspiration en bas d’air frais. Les jauges représentent la pression, les flèches les mouvements d’air. © Écohabitation

    L’effet de tirage est aussi appelé effet cheminée. Il est causé par la plus faible densité (poids) de l’air chaud; en période de chauffage, lorsque l’air est chauffé, il devient plus léger et s’élève dans le bâtiment. Comme de l’air doit venir combler le vide causé par le mouvement de l’air vers le haut, cela crée une faible pression aux étages inférieurs (on dit aussi « pression négative » ou dépression), et des infiltrations d’air. Aux étages supérieurs, l’apport d’air chaud supplémentaire cause une augmentation de pression, ce qui mène à des fuites d’air vers l’extérieur. L’effet-cheminée est problématique lorsque le bâtiment compte plusieurs étages (tour d’habitation ou de bureaux), mais il existe aussi à plus faible échelle dans une maison unifamiliale.

 

La troisième source principale de fuite d’air est la dépressurisation occasionnée par le système de ventilation ou des appareils à combustion (foyer, etc) qui nécessitent de grandes quantités d’air neuf. Lorsqu’un extracteur d’air (un « exhaust ») retire de l’air vicié de la cuisine ou la salle de bain, de l’air extérieur s’infiltre pour rééquilibrer la pression et par là-même assurer l’hygiène de l’air dans le logement. Cet effet peut être encore plus important lorsqu’un ventilateur récupérateur de chaleur (VRC) est utilisé, puisque de l’air vicié est expulsé vers l’extérieur en continu pendant que de l’air frais est amené vers l’intérieur. Un VRC bien installé aura un débit d’air entrant égal au débit d’air sortant, pour maintenir une pression équilibrée. Cependant, des études prouvent que les VRC sont rarement parfaitement installés. Puisque les normes actuelles requièrent l’installation d’un VRC dans toute maison neuve, le déséquilibre des systèmes de ventilation est une source importance des problèmes d’étanchéité.

Évènements à suivre

Jeudi, 29 Septembre, 2016 - 08:00
Ne manquez pas l'ExpoHabitation d'Automne!
Jeudi, 20 Octobre, 2016 - 00:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.