Santé Entretien et Qualité de l'air

Recommandations pour l’achat d’un VRC

Dimensions, performances, bruit... Voici quelques consignes pour un choix adapté à votre maison.

Recommandations pour l’achat d’un VRC
© WBUR, CC.

Le choix du VRC se fait selon quatre critères:

  • Le dimensionnement selon le volume d’air de la maison qui devra être remplacé à chaque heure (capacité de ventilation)
  • La performance au niveau du taux de récupération de chaleur (surtout au Québec!)
  • Le bruit de fonctionnement de l’appareil
  • La performance du moteur

Voici un mode d’emploi en six points.

1. Quelle est sa capacité de ventilation ?

Capacité ventilation
Capacité de ventilation selon la norme CSA-F326. © Conseil national de recherches Canada

La capacité de ventilation est la quantité d’air qui sera remplacé selon un temps déterminé. Au Québec, il faudra que le système renouvèle le volume d’air total de la maison en 3 heures ou moins. Deux méthodes sont utilisées pour déterminer la capacité de votre ventilateur récupérateur de chaleur.

  • Le Code national du bâtiment se base sur la norme F326 de la CSA (Canadian Standards Association) pour déterminer la capacité de renouvellement d’air. Le dimensionnement du VRC se fait en fonction du nombre et du type de pièces de la maison. C’est le taux minimal qui est désormais obligatoire.

Pour un logement qui comprend une cuisine, une salle de séjour, une salle de bains et une chambre principale et une autre chambre, votre système de ventilation devra avoir une capacité minimale de 30 L/s.

  • Pour obtenir des points LEED, vous devrez en plus satisfaire les taux de ventilation continue de la norme 62.2 de l’ASHRAE (l’organisation internationale définissant les standards du même nom dans les domaines du chauffage, la ventilation, l’air climatisé et la production de froid). Le dimensionnement se fera selon la superficie de l’habitation et le nombre de chambres.
Norme ASHRAE 62.2
Norme ASHRAE 62.2: débit d’air minimum des systèmes de ventilation continue en pieds cubes par minute.
© LEED Canada pour les habitations

Norme ASHRAE 62.2
Norme ASHRAE 62.2: Débit d’air minimum des systèmes de ventilation continue en mètres cubes par minute.
© LEED Canada pour les habitations

2. VRC et bruit

Aucune règle n’existe concernant la limite sonore d’une ventilation mécanique continue dans le Code national du bâtiment. Novoclimat recommande toutefois que des mesures soient prises si l’appareil produit un bruit de plus de 40 dBA dans les pièces de repos et de détente.

Les « décibels pondérés A (dBA)  »

Contrairement aux décibels (dB), les dBA[1] tiennent comptent du niveau tonal et du niveau d’intensité du son perçu par l’oreille et le cerveau.

3. Le taux de récupération de chaleur

Un modèle efficace récupère de 60 à 80% de la chaleur à une température extérieur de -25o. Ce critère est primordial pour diminuer les factures de chauffage! Lorsque vous comparez différents modèles, fiez-vous aux taux de récupération de chaleur sensible plutôt qu’aux taux de récupération de chaleur apparente.

4. La performance du moteur

Cela ne vaudra pas la peine de se procurer un VRC pour économiser sur les frais de chauffage, si son moteur demande une trop grande puissance.

Les moteurs à commutation électronique (ECM) sont les plus performants pour l’usage de systèmes de ventilation continue. L’avantage de ces moteurs à haut rendement est qu’ils peuvent fonctionner à basse vitesse de façon peu bruyante et en consommant peu d’électricité. Ils assurent une meilleure distribution de l’air et un meilleur confort. Une étude du Centre canadien des technologies résidentielles a démontré la pertinence de leur utilisation pour le chauffage et la climatisation de maisons éco-énergétiques. Selon les résultats dans différentes maisons à travers le Canada, les épargnes vont de 14$ à 180$ et seront plus élevées si l’étanchéité est de qualité supérieure.

Les spécifications indiquent si le moteur pourra passer en mode dégivrage. Lorsque l’air extérieur est trop froid, environ –5°C, de la condensation se transforme en givre sur les parois de l’échangeur de chaleur et nuit à la circulation de l’air dans les conduits. Soit le circuit extrayant l’air extérieur est bloqué et l’air chaud de la maison dégivre l’échangeur de chaleur, soit un radiateur réchauffe l’air à l’entrée de l’air frais pour ne pas que cet air n’engendre du givre. Ce mode consomme plus d’énergie mais n’est en fonction que six minutes par heure pour la plupart des modèles.

Le Home Ventilating Institute, un organisme américain, a publié une liste de VRC certifiés à laquelle vous pouvez vous référez.

5. Comment lire la liste des spécifications des VRC du HVI ?

Liste des spécifications des VRC du HVI

6. Combien ça coûte ?

L’appareil seulement coûte entre 1000$ et 3000$. La durée de vie de l’appareil se situe entre 9 et 12 ans. C’est une somme élevée mais qui vous fera faire de grosses économies d’énergie.

Renseignez-vous sur les aides financières disponibles. Le programme Rénoclimat offre 300$ si le modèle choisi est homologué par le Home Ventilating Institute.

7. Ce qu’il faut retenir

Des études démontrent que les systèmes de ventilation mécanique sont la plupart du temps mal installés et nuisent au confort des occupants. Comme vous devriez le faire fonctionner en continu, assurez-vous que l’entrepreneur pose l’appareil correctement et que tous les éléments décrits plus haut soient respectés.

 

Évènements à suivre

Jeudi, 29 Septembre, 2016 - 08:00
Ne manquez pas l'ExpoHabitation d'Automne!
Jeudi, 20 Octobre, 2016 - 00:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.