Chauffage Climatisation Énergies

Systèmes de distribution de chaleur à eau chaude : isoler les tuyaux

Isoler les canalisations réduit les pertes et améliore le système.

Systèmes de distribution de chaleur à eau chaude : isoler les tuyaux
© Marc Falardeau, CC

Les systèmes d’alimentation en eau chaude sont constitués de tuyaux en cuivre ou en acier galvanisé. Le prix du cuivre s’étant envolé ces dernières années, les nouvelles installations privilégieront l’emploi de l’acier.

L’isolation de la canalisation d’eau chaude qui se trouve dans les sous-sols, les lieux d’entreposage et les vides sanitaires non chauffés permet de réduire les pertes inutiles dans le système de distribution de chaleur, tout en améliorant l’efficacité de la distribution et le temps de réponse du système.

Le texte qui suit est extrait du règlement sur l’économie d’énergie dans les nouveaux bâtiments, lequel est disponible en entier en cliquant ici.

« Toute canalisation servant au chauffage ou au refroidissement d'un bâtiment où circule un fluide dont la température est inférieure à 13 ºC ou supérieure à 50 ºC doit être munie d'un calorifuge conforme aux spécifications du tableau qui suit, lorsque le défaut de calorifugeage pourrait occasionner une perte ou un gain thermique qui serait de nature à accroître les besoins en énergie du bâtiment.

Toutefois, le premier alinéa ne s'applique pas aux canalisations installées dans les espaces chauffés à l'intérieur d'un logement à condition qu'elles ne desservent que ce logement, ni aux canalisations faisant partie intégrante d'une unité de chauffage et de refroidissement.

Épaisseur de calorifuge* en mm

Température du fluide en °C

Diamètre nominal des canalisations

2,5 cm et -

3,2 à 5 cm

6,3 à 10,2 cm

12,7 à 15,2 cm

20,3 cm et +

1 po et -

1¼ à 2 po

2½ à 4 po

5 et 6 po

8 po et +

151 - 240

64

64

76

89

89

121 - 150

51

64

64

76

76

96 - 120

38

38

51

51

51

50 -  95

25

25

38

38

38

5 -  13

13

19

25

25

25

Inférieure à 5

25

38

38

38

38

 
Exemple de tuyauterie non isolée dans un vide sanitaire
Figure 8: exemple de tuyauterie non isolée dans un vide sanitaire [7]

*Ce tableau a été établi en fonction d'un calorifuge ayant une résistivité thermique située entre 28 et 32 m ºC/W, résistivité déterminée d'après la conductivité thermique mesurée à une température moyenne de 24 ºC conformément à la norme ASTM-C177-85, Standard Test Method for Steady State Heat Flux Measurements and Thermal Transmission Properties by Means of the Guarded Hot Plate Apparatus. Dans le cas d'un calorifuge ayant une résistivité thermique inférieure à 28 m ºC/W, l'épaisseur requise se détermine en multipliant l'épaisseur donnée au tableau par 28/R où R est la résistivité thermique réelle de l'isolant. Dans le cas d'un calorifuge ayant une résistivité thermique supérieure à 32 m ºC/W, l'épaisseur requise se détermine en multipliant l'épaisseur donnée au tableau par 32/R où R est la résistivité thermique réelle de l'isolant. »

Choix des matériaux isolants 

Les enjeux de la distribution de la chaleur dans les bâtiments sont très largement sous-estimés. La chaleur se propage en effet la plupart du temps à travers un réseau dont l’efficacité dépend de sa nature mais aussi de son niveau d’isolation. Ce sont ainsi 20% de la consommation totale en énergie de la maison qui peuvent être inutilement dissipés dans les vides sanitaires, les sous-sols non chauffés, etc.

Pour isoler les tuyaux de chauffage, on privilégiera les isolants de caoutchouc. L’isolant en tube est fendu et peut ainsi aisément s’enrouler autour de la tuyauterie. Pour les parties plus délicates à isoler comme par exemple les valves, les robinets ou les coudes, il est possible d’utiliser de la bande d’étanchéité adhésive.

Guide d’isolation pour tuyauteries
 
Guide d’isolation pour tuyauteries
Figure 9: guide d’isolation pour tuyauteries [8]

Comment éviter les bruits de canalisation ?

La  plupart du temps, les bruits de canalisation résultent d’un mauvais dimensionnement de la tuyauterie. Les canalisations doivent être installées suivant des pentes comprises entre 2 et 6 cm par mètre, en évitant les angles droits à petits rayons. Des diamètres trop faibles favorisent les « bouchons hydrauliques », qui créent des dépressions entraînant des bruits de succion.

Pour distribuer la chaleur dans tout le bâtiment, il est nécessaire de traverser le plancher, des cloisons, des murs, etc. Pour traverser les parois, il est indispensable de désolidariser les canalisations en interposant un manchon. Le manchon évitera notamment que les vibrations des canalisations ne se propagent dans les parois.

Par ailleurs, pour éviter les vibrations où les sifflements, il est indispensable de limiter la vitesse de circulation à :

  • 2 m/s en sous-sol et dans les vides sanitaires
  • 1,5 m/s en colonne montante
  • 1 m/s dans les pièces habitées

La pression ne doit par ailleurs par excéder les 3 ou 4 bars (43 à 60 psi) (1 bar est égal à la pression atmosphérique). Un réseau surpressurisé peut entraîner un phénomène de « marteau d’eau » (cf. fiche technique, « les systèmes à vapeur »).

Purge des radiateurs
Figure 10: purge des radiateurs [10]

Entretenir son système de distribution de chaleur à eau chaude

  • Deux fois par an, lubrifier la pompe circulatrice et vérifier l’absence de fuites d’eau [9]
  • Afin d’éliminer l’air emprisonné dans les tuyaux, purger les radiateurs à l’aide de la soupape prévue à cet effet, placée en haut des radiateurs. La purge est terminée lorsqu’il n’en sort que de l’eau.

 

À LIRE AUSSI SUR LE MÊME THÈME

Évènements à suivre

Jeudi, 29 Septembre, 2016 - 08:00
Ne manquez pas l'ExpoHabitation d'Automne!
Jeudi, 20 Octobre, 2016 - 00:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.