Toitures

Une toiture durable, efficace, et respectueuse de l'environnement

Fuyez les bardeaux d'asphalte, issus du pétrole, polluants, et d'une durée de vie très limitée. En plus, ils contribuent aux îlots de chaleur... Voici les alternatives, nombreuses et accessibles!

Toit en tôle
Toit en tôle avec panneaux solaire © Creative Commons
Pour connaître le rapport durabilité / prix des différents matériaux de revêtement de toit, commencez par abandonner l’idée des bardeaux d’asphalte, et suivez le guide.

1. Toit en métal (acier peint ou galvanisé)

Toit de métal.
Toit métallique. © Écohabitation

Pour : Matériau 100% reyclable en fin de vie. Bon rapport qualité/prix. Aucun entretien.

Contre : Forte énergie grise (soit l’énergie dépensée notamment pendant la fabrication). Peut demander l’installation d’un dispositif empêchant les chutes de neige. Peut être bruyant (pluie, grêle)

Durée de vie et coût : Supérieure à 50 ans ! Coûte de de 4$ à 15$ / pi2 (installation comprise).

 

2. Toit en bardeaux d’asphalte

Pour : Euh.... Est-ce qu’on parle de maison écologique ?

Contre : Forte énergie grise. Les bardeaux ne sont pas ou peu recyclés. Sensibles aux rayons UV. Ils émettent des solvants dans l’air lorsqu’exposés au soleil. Noirs, ils contribuent aux ilôts de chaleur, c’est à dire à l’augmentation des températures en zone urbaine. Si cependant vous devez en arracher, veillez à ce qu'ils soient recyclés et non enfouis !

Durée de vie et coût : De 15 à 20 ans selon la qualité et les intempéries. Ce type de toit coûte de 2,50$ à 3$ / pi2, installation comprise.

 

3. Toit en bois (bardeaux de cèdre, de mélèze)

Toit en bois (bardeaux de cèdre, de mélèze).
Bardeaux de cèdre : Beau, solide mais long à installer. © Écohabitation

Pour : Très résistant à l’humidité, imputrescible. Peu sensible aux vents. Faible énergie grise. Beau et authentique.

Contre : Fendillement possible en cas de grêle. Longue installation. Application de teinture tous les 5 à 15 ans selon le type de fini. En raison des risques d’incendie, ce type de toit n’est pas autorisé dans toutes les régions. Se renseigner.

Durée de vie et coût : Plus de 30 ans en général. Les garanties varient de 25 à 50 ans. Il coûte de 9 à 25$ / pi2, installation comprise.

 

4. Toit composite

Toit composite.
Toit composite. © Céline Lecomte

Pour : Valorisation de pneus usés ou autres matières (pour les toits à contenu recyclé). Imputrescible. Résiste aux intempéries et aux insectes. Pas d’entretien !

Contre : Installation relativement longue. Difficilement recyclable. Coût du matériel élevé. Peu d’installateurs spécialisés.

Durée de vie et coût : Les toitures fabriquées à partir de pneus recyclés sont souvent garanties 50 ans et coûtent environ 8$/pi2, installation comprise.

 

5. EPDM

Pour : Idéal pour toits plats, ésistantes, ces toitures sont disponibles en blanc, ce qui contribue à réduire les îlots de chaleur urbains. Elles sont imputrescibles et résistent aux intempéries et aux insectes, et ne nécessitent pas d’entretien. Elles ont des joints collés avec de l'adhésif. Parmi les toitures issues du pétrole (en caoutchouc synthétique), elles sont considérées comme moins polluantes et plus durables.

Contre : Une toiture à couche unique (monocouche), donc pas l'idéale pour les toitures accessibles. Elles sont donc... issues du pétrole, qui n’est pas un matériau inépuisable. Elles nécessitent d’être posées par un spécialiste.

Durée de vie et coût : De 25 à 35 ans. A partir de 8 $ le pied carré (installation comprise).

 

6. Toit en membrane élastomère ou bitume modifié

Toit avec membrane élastomère
Toit avec membrane élastomère © Céline Lecomte

Pour : Le revêtement classique des toits plats au Canada car on peut le poser presque par tous les temps! Bi-couche, donc plus résistant pour les toits accessibles et l'idéale comme étanchéité sous un toit vert. 

Contre : Risque d’incendie pendant l’installation, à cause l'utilisation de torches. L'élastomère peut être recyclable, mais n'est pas recyclé au Québec. Vient de l'asphalte... 

Durée de vie et coût : De 25-35  ans. Autour de 11$ le pied carré.

 

7. Toit en bitume multicouche

Toit en membranes d’asphalte multicouche.
Toit en membranes d’asphalte multicouche. © Céline Lecomte

Pour : Si le bitume est recouvert de concassé blanc, cette toiture est un élément de lutte contre les îlots de chaleur.

Contre : Ces toitures sont fragilisées par les UV et les fuites d’eau. Elles nécessitent au moins une inspection visuelle par an. Énergie grise élevée dû au grand volume de matériel qui de plus n'est pas recyclable

Durée de vie et coût : De 15 à 30 ans en fonction de la qualité de l’installation. A partir de 6$/pi2, installation comprise.

 

8. Toit en TPO

Toit en PVC (type Firestone).
Toit en PVC (type Firestone). © Céline Lecomte

Pour : Ce matériau à base de pétrole (thermoplastique polyoléfine) peut contenir de la matière recyclée, Il est efficace contre les ilôts de chaleur s’il est de couleur blanche, et résiste bien à la moisissure. Les joints sont soudés à l'air chaud (thermosoudés) créant une excellente liaison entre les plis. Bon choix pour les toits plats, ce qui explique sa dominance sur le marché de nos voisins du sud. 

Contre : Une toiture à couche unique (monocouche), donc pas l'idéale pour les toitures accessibles, et à fort impact environnemental lors de sa production malgré le faible volume de matériel.

Durée de vie et coût : De 25 à 35 ans. A partir de 8$/pi2, installation comprise.

 

9. Toit végétal extensif (sans culture)

Toit végétal extensif (sans culture).
Toit végétal extensif (sans culture). © Céline Lecomte

Pour : Le toit végétal bloque les UV ce qui protège votre toiture et augmenhte sa durée de vie. Il est efficace contre les îlots de chaleur, c’est un bon isolant acoustique et thermique, et il est facile à installer (matelas pré-planté).

Contre : Il est lourd et son installation peut nécessiter un renforcement de structure. Ces toits végétaux extensifs ne permettent pas la culture potagère, ne sont pas utilisables en terrasse, mais demandent beaucoup moins d’entretien.

Durée de vie et coût : De 10 à 25$/pi2 selon le type de projet. Ne pas oublier que l’installation comprend la pose d’une membrane, d’un système de drainage et de rétention d’humidité, de terreau, et l’achat de végétaux. La durée de vie d'un toit végétal varie en fonction du type choisi et de l'entretien apporté.

 

10. Toit végétal intensif (avec jardin potager ou jardin-terrasse)

Toit végétal intensif (avec jardin potager ou jardin-terrasse).
Toit végétal intensif (avec jardin potager ou jardin-terrasse). © Céline Lecomte

Pour : Il bloque les UV, lutte contre les îlots de chaleur, c’est un bon isolant acoustique et thermique. Cet espace accessible et cultivé est une belle valeur ajoutée pour la maison. Et l’épaisseur du terreau permet une bonne absorption de l’eau de pluie.

Contre : Un potager demande évidemment beaucoup d’entretien. Ces potagers sur toit ont besoin d’un système d’irrigation. L’accès au toit pour profiter de l’espace peut être coûteux. Le poids nécessitera un renforcement de structure.

Durée de vie et coût : De 10 à 40$/pi2 selon le type de projet. Ne pas oublier que l’installation comprend la pose d’une membrane, d’un système de drainage et de rétention d’humidité, de terreau, et l’achat de végétaux. La durée de vie d'un toit végétal varie en fonction du type choisi et de l'entretien apporté.

En savoir plus

Renseignez-vous ici sur l'importance grandissante des tois blancs, un moyen tout simple de lutter contre le réchauffement climatique.

 

Évènements à suivre

Jeudi, 29 Septembre, 2016 - 08:00
Ne manquez pas l'ExpoHabitation d'Automne!
Jeudi, 20 Octobre, 2016 - 00:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.