Certification LEED

Maison bigénération LEED Platine: les détails qui comptent

Située en périphérie de Fleurimont, à Sherbrooke, la maison Arcand-Raymond est, sous tous ses angles, un modèle de maison écologique périurbaine.

© Yanni Milon pour Écohabitation

La maison de Sophie Arcand et Hugo Raymond n'est pas banale: elle recèle de nombreux atouts durables qui ont fait la différence lors de l'attribution de la certification LEED®. Le niveau Platine a été atteint grâce à des détails qui comptent pour beaucoup. Outre une enveloppe haute performance avec des fenêtres de triple vitrage, un choix judicieux de matériaux locaux et des mesures pour réduire drastiquement la consommation d’eau, la maison a été conçue pour permettre un mode de vie plus durable.

Une maison évolutive densément occupée

Première caractéristique marquante: la maison est composée de deux unités distinctes, pensée pour être flexible et répondre aux besoins de ses propriétaires. Ceux-ci logent au rez-de-chaussée et occupent les combles de la résidence, et louent le logement de deux chambres à coucher au demi-sous-sol. « Avec notre logement, qui est présentement une source de revenu, on a le côté évolutif. Il pourrait éventuellement être utilisé par nos parents qui auraient besoin de se rapprocher ou par nous lorsque l'espace que nous utilisons présentement deviendra trop grand pour nos besoins lorsque les enfants seront grands » commente Hugo Raymond. « Bref, on espère optimiser dans le temps l'utilisation de tous nos pieds carrés. ».

Intégrer un logement avec deux chambres à coucher a présenté un grand défi dans la conception de l’habitation. « Puisqu'on voyait à long termes, on souhaitait que le logement soit à accès universel, facilement adaptable pour une personne à mobilité réduite. On voulait donc que la surface habitable soit absolument tout sur le même niveau sans escalier, sur un seul et même plancher. Une fois ce gros morceau placé, tout le reste a bien suivi », commente le propriétaire, qui ajoute avec satisfaction : « Il faut dire que Belvedair, notre entrepreneur, avait beaucoup d’expérience dans la conception de maisons écologiques ce qui simplifiait l’intégration de tous nos autres besoins. Cela faisait partie de leur routine de travail ».

Et loin de l’idée qu’on se fait d’un demi sous-sol sombre et peu confortable, le deuxième logement a été aménagé « comme si c’était pour nous » affirme le propriétaire, « On se voit très bien dans plusieurs années y habiter, c'est l'endroit le plus confortable et agréable de toute la maison! »

La densité d’occupation est payante

De plus, la distribution des pièces sur les 2 500 pieds carrés de plancher permet l'aménagement de 6 chambres à coucher; une belle densité d’occupation! En fait, le ratio surface/nombre de chambres à coucher nous a donné un crédit de 9,5 points en partant. Grâce à cette conception, durabilité et confort vont de pair. Lorsque l’on interroge le couple sur la qualité de vie dans la maison, ils répondent avec enthousiasme : « en fait, on est 7 à vivre agréablement et confortablement dans seulement 2 500 pieds carré incluant le demi-sous-sol, le rez-de-chaussée et les combles. Chacun peut posséder son propre espace! ».

Le concept de deux unités de logement, avec un revenu de location additionnel, a fait la différence lors de la planification de la construction: « ce choix nous a permis de financer cette maison de qualité ».

Aménagement paysager et jardin productifs

Le jardin vivrier et l'aménagement paysager soigné offrent de bonnes conditions pour l'autoproduction alimentaire... tout en ayant une consommation d'eau intelligente! Les 2 citernes enfouies de 1000 litres chacune recueillent assez d'eau de pluie, provenant de la moitié de la superficie du toit pour les besoins maraîchers. « C'est amplement suffisant puisqu'il suffit de moins de 30 mm de pluies pour les remplir. On utilise cette eau pour arroser manuellement nos différentes petites parcelles, et pour alimenter une pompe avec une minuterie programmable qui active notre système d'irrigation goutte à goutte dans notre jardin durant la nuit. »

Plus facile d’arroser à l’eau de pluie quand les besoins sont réduits à la source! Voilà pourquoi les végétaux ont été sélectionnés soigneusement : « le trèfle blanc pour la pelouse: ça fonctionne très bien! Il prend vite sa place et devient très dense pour minimiser la pousse de d'autres espèces. Il a aussi l'avantage de se réveiller le premier à la fin de l’hiver, de résister à la maladie, à la sécheresse et surtout de ne pas poussez plus de 20 cm de hauteur. Il fait le bonheur des pollinisateurs qui sont nombreux à butiner leurs fleurs blanches. Il y a aussi notre jardin de plus de 400 pieds carrés et la plantation d'arbres et d’arbustes fruitiers. »

« L'aménagement paysager nous a fait gagner 12,5 sur 22 points possiblement alloués à l'Aménagement écologique des sites » souligne fièrement Hugo Raymond.

Système d'arroage automatique © Écohabitation

Économiser de l'eau sur tous les tableaux

À l’intérieur de la maison, le couple a opté pour des toilettes à faible débit; des aérateurs haute efficacité pour les robinets et la douche. « On pensait avoir de la difficulté à s’adapter à une douche avec 6 litres par minutes et à des robinets de salles de bain avec un débit de 2 litres par minutes, mais ça été tout le contraire, c'est vraiment amplement suffisant comme débit et ça fonctionne très bien. » affirme Hugo. Et tant qu'à faire, ce sont les aérateurs les plus efficaces sur le marché qui ont été choisis: alors que les appareils et robinets à très haute efficacité que prône LEED pour les habitations fixe la barre à 5,6 litres par minute (LPM), ceux de la famille Raymond-Arcand affichent un beau 1,8 LPM!

Celui-ci est d’ailleurs bien conscient qu’économiser de l’eau lui permettra de faire des économies significatives en électricité, « autant pour le chauffage de l'eau, que pour l'électricité et l’usage de la pompe du puits artésien et de la fausse sceptique », précise-t-il, « et le champ d'épuration pourra ainsi avoir une plus grande vie utile ». L’économie est aussi au rendez-vous grâce aux besoins réduits de sels pour l’adoucisseur d’eau.

Ces mesures additionnées ont porté le score LEED® à 3 points sur 15 dans la catégorie Gestion efficace de l’eau.

Pommeau de douche et robinet très efficace: comme si de rien n'était! © Écohabitation

Acheter local: une priorité et un plaisir

Le couple a porté une attention toute particulière notamment aux achats locaux pour l’aménagement intérieur:

  • les bains et douches sont fabriqués à Sherbrooke, dans la ville même où est construite la maison, par la compagnie Sherlic;
  • les stores sont fabriqués à Montréal par le Marché du Store;
  • les propriétaires ont participé à la fabrication artisanale de leurs céramiques avec la potière Diane Demers, de Tour à Tour;
  • le système de VRC et des hottes des deux cuisines sont de marque Venmar, fabriqués au Québec.

Grâce à ces choix, entre autres, le projet récolte 13 points sur 16 dans la catégorie Matériaux et Ressources

2 voitures électriques

Si la maison est située en périphérie de Sherbrooke, les bornes de chargement pour les deux voitures électriques ouvrent de nouveaux horizons aux propriétaires et aux locataires: ils se sont libérés du pétrole pour leurs déplacements quotidiens.

LEs compteurs électriques des deux unités de logement, une prise pour automobile électrique et le dispositif Prêt pour le solaire photovoltaïque. © Écohabitation

Hugo Raymond (HR) a livré ses commentaires à Jean-François Méthé de Évaluations Écohabitation (ÉÉ) au sujet de leur maison, de la conception au produit fini.

ÉÉ  Quels ont été vos bons coups?

HR − Il y a plusieurs points qui ont fait de notre projet un succès méritant d’être soulignés.

Le 1er est le trio « fenestration-isolation-étanchéité » de la maison qui donne, peu importe la température extérieure, un confort toujours agréable. On peut dire fini aux courants d'airs et aux baisses soudaines de la température de la maison par temps très froid.

Le 2e: la disposition polyvalente des aires de vie. On voulait que les pièces communes (cuisine, salle à manger et salon) soient disposées afin qu'elles puissent être utilisées en toute circonstance sans contrainte d'espace. La disposition en "L" offre cette flexibilité et permet d'adapter l'environnement selon le nombre de personnes et la vocation désirée. L'éclairage naturel et le plafond de 9 pieds étaient aussi prioritaires afin que l'atmosphère soit agréable. Cela offre une impression de grandeur et une atmosphère détendue. On a aussi allongé la hauteur des portes intérieures à 8 pieds, ce qui nous permet de profiter d'un rangement supplémentaire plus facilement accessible.

Le 3e : l'aménagement des combles pour rendre cette surface habitable. Elle est présentement utilisée comme salle de jeu pour nos trois garçons mais au besoin, on pourra facilement fermer une section pour faire une 4e chambre.

© Belvedair

© Belvedair

ÉÉ − Avez-vous rencontré des difficultés?

HR − L'insonorisation et l'acoustique ont posé un problème. Étant situé dans un milieu rural, l’environnement est très silencieux. Il n'y a donc pas de bruit extérieur pour venir contrebalancer certains bruits plus désagréables dans la maison. La problématique a été résolue entre les deux logements par l'ajout d’une membrane acoustique et des panneaux OSB afin d'ajouter de la masse au plancher du rez-de-chaussée.

ÉÉ − Pourquoi avoir choisi la certification LEED®

HR − La certification LEED® est celle qui a le plus de notoriété au Québec, mais aussi mondialement. En choisissant la certification LEED®, on obtient automatiquement une valeur ajoutée à la maison qui se reflète dans une meilleure valeur et plus grande facilité de revente.

Une autre bonne raison derrière la certification LEED® est la garantie de la qualité de la fabrication. Il est presque impossible de tricher puisque tout doit être inspecté et mesuré à chaque étape de la construction. Par exemple, lors de l’inspection finale, ils ont détecté très rapidement que la calibration de l'échangeur d'air n'avait pas été faite. Le correctif a immédiatement été apporté mais cet oubli aurait pu passer sous le radar si on n'avait pas opté pour les certifications LEED® et Novoclimat 2.0.

Et lorsque l'on interroge le couple sur la cause de son choix pour une habitation durable, la réponse coule de source: « L’investissement d’une maison est souvent celui d’une vie. C’est donc pour cette raison qu’on voulait une maison durable et économique c'est-à-dire une maison de qualité dont les coûts d'utilisation seraient à la fois réduits et stables dans le temps. L'aspect écologique et sain de la construction était plutôt un luxe qu'une nécessité. Nous voulions faire le maximum avec le budget dont on disposait pour minimiser notre empreinte environnementale autant durant la construction qu’après mais aussi pour avoir un environnement de vie plus sain. »

© Belvedair

À LIRE AUSSI SUR LE MÊME THÈME

Évènements à suivre

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.