Chauffage Climatisation Énergies

Acheter et installer un récupérateur de chaleur

Quelles caractéristiques doit-on considérer lors de l’achat d’un RCEG? Quelles sont les dimensions idéales pour un taux de récupération optimal ? Comment doit-on entretenir l’appareil ? Comment le raccorder à la canalisation ? Voici les réponses à ces questions.

La maison Now House®, en Ontario
Gracieuseté de la SCHL. La maison Now House®, en Ontario, est équipée de plusieurs systèmes pour la rendre éco-efficace, dont un récupérateur de chaleur des eaux usées. © SCHL

La longueur et le diamètre

Plus la surface de contact entre l’eau évacuée et l’eau d’alimentation est grande, plus le système sera efficace. C’est pourquoi il faut déterminer judicieusement la longueur et le diamètre de l’appareil qui correspond à vos besoins.

Dans le domaine résidentiel, les RCEG ont généralement des diamètres de 5 ou 7,6 cm (2 ou 3 pouces), parfois 10 cm (4 pouces). Pour la longueur, 1,5 m (60 pouces) est un minimum optimal mais elle peut varier entre 60 et 300 cm (24 et 120 pouces).

Choisissez le modèle selon :

  • votre budget.
  • l’espace disponible pour son installation. Mesurer cet espace vertical et soustrayez 13,3 cm (5,25 pouces) pour connaître la longueur maximale que vous pourrez choisir.
  • le nombre de douches qui seront prises quotidiennement. Un couple habitant dans une maison n’aura pas les mêmes besoins en eau chaude que dans le cas d’un immeuble à plusieurs logements. On peut, dans ce dernier cas, choisir un modèle de plus grande dimension offrant un taux de récupération de chaleur bien plus élevé. Attention tout de même aux taux un peu trop optimistes que peuvent fournir certains fabricants... Si possible, fiez-vous à une certification ou une évaluation par un tiers.

La pression

Pour ne pas compromettre votre confort, assurez-vous que le modèle choisi n’affectera pas la pression de l’eau à la sortie du pommeau de douche.

Les matériaux

Le matériau des conduits du récupérateur de chaleur joue un rôle primordial au niveau de l’efficacité. Ils sont généralement faits de cuivre, reconnu pour être un excellent conducteur thermique.

La configuration du raccordement du récupérateur à la tuyauterie

La tuyauterie peut être disposée de trois façons dans les habitations[1].

Le raccordement « à débits égaux »

Cette configuration consiste à installer le RCEG de façon à ce qu’il soit relié à la fois aux conduits d’alimentation en eau froide de la douche et à l’entrée d’eau froide du chauffe-eau. C’est le type de raccordement qui procure les meilleures économies d’énergie et donc d’argent. Par contre, il faudra prévoir des tuyaux d’eau froide indépendants pour l’évier de la cuisine ou qu’il soit raccordé en amont au RCEG, pour éviter que l’eau ne soit tiède s’il y a une demande en eau froide.

Raccordement « eau froide et chauffe-eau ou à débits égaux »
Raccordement « eau froide et chauffe-eau ou à débits égaux ». Source: Denis Boyer, Écohabitation, modification d’une image du Fonds en efficacité énergétique.

Le raccordement « eau chaude seulement »

Cette méthode est la plus répandue et consiste à connecter le RCEG au chauffe-eau seulement. Avec cette configuration, l’appareil n’est pas relié à l’alimentation en eau froide, ce qui comporte l’inconvénient de le rendre moins efficace que dans le cas d’un raccordement « à débits égaux ».

Raccordement « eau chaude seulement »
Raccordement « eau chaude seulement ». Source: Fonds en efficacité énergétique.

Le raccordement « eau froide seulement »

Dans ce cas-ci, le RCEG est relié à l’alimentation en eau froide de la douche seulement. On retrouve ce type de configuration dans des immeubles à plusieurs logements où la production d’eau chaude est centralisée. L’efficacité du système est grandement réduite (de l’ordre de 25% de moins de récupération de chaleur que la version « eau froide et chauffe-eau ») mais la grande quantité d’eau traitée permet d’économiser des sommes importantes malgré tout.

Raccordement « multi logements en eau froide seulement »
Raccordement « multi logements en eau froide seulement ». Source: Denis Boyer, Écohabitation, modification d’une image du Fonds en efficacité énergétique.

Que faut-il prévoir pour l’installation?

Le RCEG doit être installé à un niveau inférieur à la douche et de façon parfaitement verticale. S’il est placé dans une pièce où règne une température ambiante en dessous de 18 °C, comme dans une cave non chauffée, il faudra isoler l’appareil.

À moins que vous ne soyez un excellent bricoleur, il est recommandé de faire affaire à un plombier pour l’installation, qu’il effectuera en moins d’une heure.

Dans le cas d’une maison existante, il faudra parfois faire un trou dans le mur pour insérer le RCEG dans la tuyauterie. L’idéal est donc de l’installer lors de la construction de la maison ou au cours de rénovations majeures.

Existe-t-il des procédures pour l’entretien d’un RCEG?

Les RCEG sont des systèmes passifs, exempts de pièces mobiles et fabriqués à partir de matériaux durables. Ils ne demandent donc aucun entretien!

 

À LIRE AUSSI SUR LE MÊME THÈME

Évènements à suivre

Jeudi, 29 Septembre, 2016 - 08:00
Ne manquez pas l'ExpoHabitation d'Automne!
Jeudi, 20 Octobre, 2016 - 00:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.