3RV

Déchets : adopter les bons gestes à la maison

Planifiez vos installations de tri et de compostage. Sachez quoi faire avec les matières spéciales comme les restants de peinture ou les ampoules fluocompactes...

© Kaitlin Hoffman sous licence Creative Commons

Pour faciliter le recyclage à la maison, pensez aux installations que vous mettrez en place en fonction des services de collecte offerts dans votre municipalité (type de matières recyclées, fréquence des collectes). Prévoyez à l'avance le type de contenants dont vous aurez besoin et surtout l’espace que vous leur attribuerez (car généralement les contenants en tant que tels sont fournis par la municipalité). Trouvez-leur une place facile d’accès et si possible à l’abri des intempéries. Aussi, votre nouvelle maison sera-t-elle l’occasion pour vous de commencer à composter?

Planifier ses installations de tri et de compostage

Pour vous faciliter la vie, essayez de planifier à l’avance la façon dont vous placerez vos bacs de tri ou de compostage. Certaines compagnies de conception de cuisines proposent des îlots de tri intégrés au comptoir de la cuisine, vous pouvez aussi opter pour un design « fait maison » et convertir un espace vacant dans la cuisine en îlot de collecte des déchets. L’important, c’est de prévoir suffisamment d’espace pour entreposer vos matériaux. La certification Rénovation Écohabitation donne des compléments d’information à ce sujet.

Les matières particulières : que faire avec?

Solvants, pesticides, huiles à moteur, filtres à l’huile, pneus, batteries d’automobiles, bonbonnes de propane, médicaments périmés, piles domestiques, peintures, colles, produits de calfeutrage, mastic, lampes fluorescentes, et autres produits chimiques (corrosifs, toxiques, explosifs, inflammables )… Le service de recyclage de la ville ne les prend pas en charge et elles ne sont pas compostables. Ces matériaux contiennent souvent des produits toxiques et il ne faut ABSOLUMENT PAS les jeter à la poubelle. Apportez-les plutôt à votre écocentre : eux sauront quoi faire avec pour en disposer sans contaminer l’environnement. Certaines municipalités organisent aussi des collectes de résidus domestiques dangereux (RDD): renseignez-vous!

Que faire avec vos piles usagées?

Selon Recyc-Québec, 0,165 kg de piles sont éliminées par personne chaque année (étude basée sur une caractérisation de 2006 à 2009). Cela équivaut à 1 236 tonnes de piles rejetées par l’ensemble de la population du Québec en 2008. Les piles sont d’apparence inoffensive, mais les composants de certaines d’entre elles sont considérés comme des résidus domestiques dangereux (RDD). En effet, les métaux lourds utilisés sont réactifs et corrosifs, et donc contaminants lorsqu’ils sont enfouis. Considérant le faible taux de récupération des piles, cette contamination est non négligeable. Au Québec, il existe différents points de collectes pour ramener ses piles usagées :

L’écocentre de votre quartier les prendra, certains écoquartiers ou organismes environnementaux aussi.

Certains détaillants collectent aussi les piles de leur clientèle. Parmi eux : Batteries Expert, Bell Mobilité, Bureau en Gros, Canadian Tire, FIDO, Home Dépôt, Centre du Rasoir, La Source, RONA, Sears, Sony Style, TELUS mobilité, IKEA et Zellers. Cette liste est non exhaustive et sujette à changement.

Pour les piles rechargeables, le programme Recycle de la Société de recyclage des piles rechargeables (RBRC) propose la récupération par retour à un point de vente ou à un point de dépôt municipal affilié. Un fureteur électronique permettant de retracer le point de dépôt le plus près au moyen du code postal a été mis au point par RBRC. Cette société reprend aussi les cellulaires et offre une boîte préaffranchie  afin qu’on lui expédie les piles rechargeables et les cellulaires dont on veut se défaire.

Pour en savoir plus sur la gestion des piles usagées, lisez la fiche technique produite par Recyc-Québec et téléchargeable sur leur site Internet.

Que faire avec vos vieux pots de peintures, teintures et vernis?

La plupart des quincailleries Rona, des magasins COOP et Matériaux à bas prix, reprennent les résidus de peinture, teinture, laque et vernis. L'organisme Éco-peinture gère le système de récupération et de mise en valeur des contenants de peinture et des peintures mis au rebut. La presque totalité des résidus de peinture récupérés au Québec sont mis en valeur par Peintures récupérées du Québec. L’entreprise trie, traite et conditionne la peinture récupérée et remet sur le marché des produits finis de qualité dans plusieurs couleurs, autant pour la peinture extérieure qu'intérieure. Il existe plus de 760 points de dépôts, dont 420 municipaux (pas tous permanents). Consultez le site Internet d’Éco-peinture pour connaître le point de dépôt le plus près de chez vous. Assurez-vous de l'étanchéité des contenants avant de les transporter aux points de collecte. Il est recommandé de ne pas mélanger les différents produits entre eux. Par ailleurs, les contenants vides de toute peinture et ouverts (sans couvercles) sont acceptés dans la collecte sélective. De plus, les aérosols de peinture sont récupérés par les collectes municipales de RDD et envoyés à Peintures récupérées du Québec. Pour en savoir plus sur la gestion des peintures usagées, lisez la fiche produite par RECYC-QUÉBEC à ce sujet.

Que faire avec vos ampoules fluocompactes en fin de vie?

Ces ampoules contiennent du mercure et doivent être envoyées vers des entreprises de traitement adaptées en fin de vie. L'utilisation des lampes fluocompactes commence à se généraliser au Québec. La Fédération québécoise des municipalités (FQM) et Laurentide Re/Sources ont décidé d'être proactives en mettant sur pied un circuit de récupération couvrant l'ensemble du territoire du Québec et en en faisant la promotion. Déjà, plusieurs municipalités ont adhéré au programme RecycFluo. Trouvez les points de collecte les plus proches de chez vous en navigant sur le site de Recyc Fluo.

Que faire en cas de bris d’une ampoule fluocompacte? Vous devez faire attention en les manipulant, car si elles cassent, vous vous exposez au mercure. En cas de bris, Santé Canada recommande de porter des gants de caoutchouc et de ramasser les débris à l'aide d'un papier rigide ou d'un carton, puis de mettre le tout dans un sac de plastique. Essuyer aussi la surface contaminée avec un essuie-tout humide dont vous disposerez en le mettant dans le sac de plastique. Il importe ensuite de se défaire du sac de plastique de façon sécuritaire conformément aux options d'élimination offertes dans votre localité pour la peinture et les produits chimiques domestiques.

Que faire de vos appareils électroniques désuets?

Vieux ordinateurs, appareils qui ne fonctionnent plus, télévision, etc. Il existe plusieurs récupérateurs qui valorisent ce type d’équipements en récupérant certains de leurs composants. Consultez le Répertoire québécois des récupérateurs, recycleurs et valorisateurs pour savoir comment en disposer.

Pour en savoir plus sur la gestion des résidus domestiques dangereux, consultez la fiche publiée par Recyc-Québec sur le sujet. Consultez aussi le répertoire québécois des récupérateurs, recycleurs et valorisateurs sur le site de Recyc Québec (http://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/client/fr/repertoires/rep-recuperateurs.asp )ou Liste issue de l’annuaire?

Composter : trucs et astuces, comment faire et pourquoi.

Composter est relativement simple et nécessite peu d’investissement. Cette nouvelle habitude de vie vous permettra de réduire votre poubelle de près de la moitié, car les matières compostables représentent 44 % des résidus générés par les ménages québécois. Pour que votre compost se porte bien, il vous faudra surtout veiller à ce que les résidus entrant dans sa composition soient variés et bien dosés : fruits et légumes (riches en azote et en eau) doivent être équilibrés avec les matériaux plus secs comme les feuilles mortes, les feuilles de journaux, le carton et le bois, plus riches en carbone. L’humidité et l’oxygène sont également des paramètres essentiels au processus de compostage. À noter : mieux vaut éviter d’introduire des résidus de viande et des produits laitiers dans le compost, car ils risquent de produire des odeurs fortes et d’attirer des animaux. Au bout d’un an de compostage, vous devriez obtenir un compost utilisable pour votre jardin. La vitesse de décomposition dépendra de ce que vous aurez à composter, de la température et des taux d’humidité et d’oxygène.

Ressources pour faire du compostage

À LIRE AUSSI SUR LE MÊME THÈME

Évènements à suivre

Jeudi, 29 Septembre, 2016 - 08:00
Ne manquez pas l'ExpoHabitation d'Automne!
Jeudi, 20 Octobre, 2016 - 00:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.