Planchers

3. Poser un plancher tout neuf

Règle générale, on tente de trouver un matériau local, sain, durable et de provenance recyclée (ou de provenance FSC).

Fiche plancher sain : Poser un plancher tout neuf
DoctorCosmos, sous licence CC

Règle générale, si on souhaite installer un plancher neuf, on tente de trouver un matériau de source locale, saine, durable et de provenance recyclée (ou à tout le moins FSC). Dans une perspective écologique, un matériau qui combine les quatre caractéristiques est plutôt rare. Le matériau qui en combine au moins trois est un excellent choix.

  1. PROVENANCE RÉGIONALE. Il s’agit d’un matériau qui a été extrait, traité et fabriqué dans un rayon de moins de 800 km de l’habitation.
  2. SAIN. Un matériau sain ne contient ni urée-formaldéhyde, ni autres composés organiques volatiles.
  3. PROVENANCE RECYCLÉE OU FSC. Il s’agit d’un plancher constitué d’au minimum 40% de matériaux pré ou post-consommation ou encore, de bois certifié FSC (Forest Stewardship Council).
  4. DURABLE. Le plancher durable assurera sa fonction et survivra à une usure normale pendant plus de 25 ans.

LES CHOIX

A. BOIS D’INGÉNIERIE (CONTRECOLLÉ)

Le « bois d'ingénierie » est du bois composé : plusieurs couches de bois mince collées (contreplaqué) ou de fibre haute densité (HDF), assorties d'une mince couche de bois franc en surface. On l’utilise surtout dans les multi-logements, au-dessus de sous-planchers insonorisants. Il est facile à installer, solide, stable et résistant à l’humidité. On peut en trouver du régional, de provenance recyclée ou FSC, mais la version « saine » est plus difficile à trouver puisqu'elle contient des colles à base d’urée-formaldéhyde, en quantité plus importante dans le cas de sous-couches en fibre haute densité. Il faut se méfier des sous-couches, souvent un contreplaqué provenant de Chine ou de Russie, et opter pour un contreplaqué « plywood » domestique. Dans tous les cas, optez pour une version certifiée CARB Phase II, ou sans ajout d'urée-formaldéhyde (NAUF). Comme la couche de vrai bois franc est mince, le plancher ne survivra pas plusieurs ponçages dans le temps. Pour cette raison, on choisit les planchers d'ingénierie pré-huilés plutôt que pré-vernis. La plupart sont embouvetés pour être des planchers « flottants » fixés sans clous. 

Cote : 2/4
Coût : 2 à 12$ / pi2

 

B. BOIS MASSIF

© Écohabitation

Bois « embouveté » utilisé tel quel. Il est facile d’en trouver du régional et sain, certifié FSC. D’une grande beauté naturelle, le bois est confortable et très durable. Il se pose facilement et est facile d’entretien. Il est sensible à l’humidité et aux égratignures, mais il peut être revalorisé à répétition et durer des décennies. Le nec plus ultra est le plancher de bois massif récupéré, offert chez plusieurs fournisseurs. Plusieurs essences de bois franc locales magnifiques sont disponibles : chêne, érable, merisier, frêne, hêtre, noyer. Les essences résineuses telles que le pin blanc, le pin rouge, le mélèze et l’épinette sont moins résistantes aux égratignures, mais elles sont moins dispendieuses et le format 1x6 pouces embouveté se pose très rapidement. 

On préférera un fini à l’huile plutôt qu’un vernis. Il faut porter beaucoup d’attention au lieu de fabrication dans le cas du bois franc. Les essences locales sont souvent transformées en Chine, donc le bois fait un long aller-retour!

Le bois franc doit être livré au chantier et laissé à l’air libre plusieurs jours avant la pose afin de s’acclimater. Pour éviter le craquement dans le temps, il est préférable d'utiliser une colle 0 ou faible COV en plus des broches à plancher.

À éviter : les essences issues des forêts tropicales, telles que le merbau ou l’acajou.

Cote : 4/4
Coût : 3 à 12$ / pi2 - sablage et finition de 1 à 3 $ le p2.
 

PLANCHERS PRÉ-HUILÉS : Oui, ça existe! Et c'est une option qui va vous épargner du temps. 
 

 

 

Préférez le plancher huilé au plancher pré-verni, facile à entretenir aux endroits à fort passage grâce aux retouches localisées. Une couche d’huile appliquée avec une laine d’acier par endroits aux 2-3 ans évite d’avoir à tout vider, sabler et vernir à nouveau comme c’est le cas avec les planchers vernis. Si vous devez poncer vos planchers vernis, profitez de l’occasion pour faire le virage à l’huile. 

C. CÉRAMIQUE, CARRELAGE

Ardoise et pierre, © Céline Lecomte

Les carreaux (céramique, porcelaine, grès, ardoise, granite, travertin, limestone - pierre calcaire) sont naturels et sains. Très durables, polyvalents et résistants à l’usure, à l’humidité, à la moisissure, aux égratignures, aux taches et aux bosselures, les carreaux présentent aussi une bonne masse thermique. Toutefois, les carreaux de céramique exigent beaucoup d'énergie pour la cuisson, peuvent être froids pour les pieds et peuvent se démoder rapidement. Il est aussi très difficile d’en trouver composés de plus de 40 % de matières recyclées (voir Soft LookEcospecCeramics, Stone Tile - Laminam).

Voir le PDF de la liste non-exhaustive, mais très pertinente, des céramiques à contenu recyclé sur le marché québécois mise sur pied par Melanie Busby, participante au projet pilote de notre Programme Rénovation Écohabitation (dernière mise à jour : août 2013 - certains produits ne sont peut-être plus disponibles). Notre actualité sur le sujet est ici

La pierre naturelle ne requiert pas d’énergie pour la cuisson, donc le bilan énergie grise est souvent plus favorable que la céramique. Par contre, l’ardoise et le travertin, par exemple, nécessitent la pose d’un scellant en plusieurs couches et l’utilisation de scies à eau pour la coupe, ce qui augmente le prix de la pose de façon importante.

Préférez les produits provenant d’un fabricant régional, tel que l’ardoise du Bas-St-Laurent ou du Vermont, et utilisez du ciment-colle en mortier enrichi et du coulis à faible teneur en COV.

Cote : 3/4
Coût : 0,50 à 25$ / pi2
 

Nous déconseillons le marbre. Si ce matériau est beau et sain, il n'est cependant pas régional, ni fabriqué de matières recyclées. Il existe des choix locaux plus intéressants et moins chers. 

D. LIÈGE

© DURO-DESIGN

Les planchers de liège sont fabriqués grâce aux déchets de la production des bouchons du même nom. Naturel, à croissance rapide et souvent fait de matière recyclée, le liège est confortable pour les pieds, isolant, insonorisant, résistant aux chocs, aux taches, facile d’entretien, hypoallergénique, ignifuge, imputrescible et facile à poser. Toutefois, il n’est pas régional (provient d’Europe). Il faut rechercher un matériau sain, sans COV. Il faut donc rechercher les revêtements de liège faits de liants naturels (éviter ceux à base de PVC ou d'urée-formaldéhyde), et s’assurer que le liège choisi provient bien de l’écorce d’un chêne-liège (et qu'il n’est pas un substitut à base de plastique). 

Attention, le plancher de liège est souvent vendu sous forme de plancher flottant avec endos en panneaux de fibre haute densité (HDF) qui contient des COV.

Le liège peut être traité avec une huile, par exemple l'huile dure Kreidezeit offerte chez Tockay, ou encore l'huile dure pour le liège Albanto de la compagnie Livos. Pour un fini plastifié, optez pour le liège pré-verni avec un vernis à base d’eau et faites une dernière couche pour boucher les craques entre les tuiles avec un vernis à base d’eau de qualité, ceux de marque Finitec ou Bona par exemple. 

Cote : 3/4
Coût : 2,50 à 10$ / pi2

 

E. BAMBOU

© Céline Lecomte

Très résistant à l’humidité, dense, durable et facile d’entretien, le bambou est très renouvelable; sa croissance rapide lui permet d'être récolté tous les trois ou cinq ans. Par contre, il n’est jamais régional (provenance : Asie). Recherchez un bambou sans urée-formaldéhyde et certifié FSC.

Cote : 3/4
Coût : 3 à 7$ /pi2

 

F. MARMOLEUM (ANCIENNEMENT CONNU SOUS LE NOM DE LINOLÉUM) 

© Forbo Floring Systems

Anciennement connu sous le nom de linoléum, le marmoléum est fait d'une toile de jute imperméabilisée à l’huile de lin, à la poudre de bois ou au liège, qui se fixe au sol grâce à une colle. À croissance rapide et souvent fait de matières recyclées, le marmoléum, naturel, résiste aux chocs, aux bosselures et à la moisissure. Il est facile d’entretien et facile à poser (en format tuiles), anti-allergène et antibactérien. Par contre, il n’est jamais régional, est vulnérable à l’humidité, nécessite une couche de protection et sa pose en rouleaux demande l’installation par un spécialiste. Privilégiez un matériau sain sans COV. 

À ne pas confondre avec les tuiles de vinyle ou le prélart, en PVC.   

Cote : 3/4 si sain
Coût : de 4 à 12$/pi2

 

G. BÉTON

© Céline Lecomte

On peut en trouver facilement du régional, sain (inerte, le béton n’émet pas d’émanations toxiques) et à provenance recyclée. Polyvalent, le béton fourni une bonne masse thermique très résistante qui ne nécessite pas de revêtement. Facile d’entretien et recyclable, il peut être poli ou teint de toutes les couleurs et prendre l’apparence de la pierre, des carreaux et même du cuir! Attention, les teintures peuvent contenir des substances chimiques; optez pour celles à base d'acide qui se neutralisent au contact avec le sol (ex : Kemiko). Par contre, le béton produit de la poussière en continu. Il faut donc le protéger avec un bouche-pores non-toxique à base d’eau. On choisit des durcisseurs à béton de nouvelle génération, tel que Liquihard de W.R. Meadows, avant de poser le scellant afin d'avoir un fini permanent. Aussi, le ciment Portland utilise beaucoup d’énergie, est coûteux, l’installation mécanique nécessite des outils spécialisés, la surface est dure pour les pieds et un scellant doit être posé. Faites un pas de plus et optez pour du béton plus écologique (béton ternaire) dans lequel des rebuts post-industriels remplacent environ 30 % du ciment.

Le béton peut être utilisé en construction neuve ou en rénovation en coulant 1,5 pouce sur le sous-plancher, en autant que des calculs de charge supplémentaire ont été effectués préalablement par un ingénieur en structure.

Cote : 3/4
Coût :
  • Installation d’une nouvelle dalle lissée à la truelle : 3 à 5 $ le p2
  • Location d’une pompe à béton : de 100 à 125 $ de l’heure
  • Restauration d’une vieille dalle (nivelage et polissage) : 6 à 10 $ le p2
  • Teinture : 1 à 2 $ le p2

Évènements à suivre

Jeudi, 29 Septembre, 2016 - 08:00
Ne manquez pas l'ExpoHabitation d'Automne!
Jeudi, 20 Octobre, 2016 - 00:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.