Santé Entretien et Qualité de l'air

Recommandations pour l’installation d’un VRC

C’est connu: la majorité des VRC sont trop souvent mal installés ce qui empêche leur pleine performance. Il est fortement conseillé de faire appel à un entrepreneur pour l’installation et à un tiers pour la vérification. Sachez que les points suivants doivent absolument être respectés.

Recommandations pour l’installation d’un VRC
© SCHL

L’installation doit toujours se faire selon les directives du fabricant. Les conseils suivants ne les remplacent pas. Elles sont plutôt un bref résumé de ces consignes et des exigences du Code de construction du Québec. Elles doivent être perçues comme des normes minimales.

Emplacement  et accessibilité de l’appareil

Le VRC sera installé dans un endroit où il restera accessible pour qu’il soit facile de l’utiliser, l’inspecter, le nettoyer, de changer les filtres et de le réparer en cas de besoin. Cet endroit doit être chauffé pour réduire les risques de givre.

Mais il ne doit pas se situer dans un garage car les contaminants qu’on y retrouve se propageraient alors dans toute la maison. On le place donc généralement dans un sous-sol ou une pièce servant à l’entreposage, le plus loin possible des aires de repos afin de minimiser les risques de perturber la quiétude des occupants.

Les conduits

Les conduits rigides et lisses sont plus chers mais plus faciles à nettoyer que les conduits souples (en « accordéon »). Ils allouent une meilleure efficacité énergétique du système car ils opposent moins de résistance au passage de l'air et en bonus, vous n'entendrez pas le sifflement de l'air dans la canalisation.

Les seuls conduits flexibles acceptables sont les raccords qui relient le boîtier de l’appareil aux conduits rigides du réseau de distribution.

Si le système est relié au système de chauffage central à air pulsé (générateur de chaleur), la jonction se fera à au moins trois mètres du générateur d’air chaud et à un mètre des conduits qui distribuent l’air extérieur, tel qu’indiqué sur la figure ci-dessous.

VRC Installation raccordement
© RBQ, CMMTQ

Tous les conduits qui contiennent de l’air froid devront être isolés pour éviter la formation de condensation et de moisissures. La Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec exige une résistance thermique d’au moins RSI = 0,7 (R4)[1].

Bouches d’évacuation et d’extraction

La prise d’air et la bouche d’extraction doivent être à une hauteur minimale de 457 mm (18 po)  par rapport au sol et à une distance minimale de 1 830 mm (72 po) l’une de l’autre. Plus elles seront hautes, moins elles seront sales ou obstruées. Elles seront par ailleurs situées sur la même façade de sorte que la pression due au vent soit égale dans les deux cas.

Des grilles à l’entrée de chacune bloquent les infiltrations de pluie, de feuilles, de petits animaux ou d’insectes, de poils, etc.

Pour les bouches d’extraction d’air à l’intérieur de la maison, des filtres empêchent la poussière d’entrer à travers le réseau d’évacuation. Ce point est souvent négligé dans les salles de bain.

Support de l’appareil

Suspendre l’appareil à l’aide de sangles réduira les vibrations et le bruit lorsqu’il sera en fonction.

Les conséquences d’une mauvaise installation

Dans le cas particulier où le VRC est branché à un système de chauffage à air pulsé avec recirculation, les bouches d’évacuation sans filtre seront responsables d’une infiltration de contaminants dans les conduits, détériorant la qualité de l’air intérieur. Pour les propriétaires qui entretiennent leur système de ventilation régulièrement (et ils sont peu nombreux à le faire…), il serait donc avantageux dans ce cas d’installer des filtres aux bouches d’extraction afin de limiter la contamination de l’apport d’air neuf.

De la condensation apparaîtra autour des conduits mal isolés entre le VRC et la prise d’air. Les conduits souples sont difficiles à nettoyer sur toute leur longueur. Si vous optez pour ce type de tuyaux, vous aurez de la difficulté à enlever la poussière, la saleté et les moisissures s’il y en a.

Combien coûte l’installation par un entrepreneur ?

Les entrepreneurs demandent entre 3 000$ et 6 000$ pour l’installation seulement. Si, malgré nos recommandations, vous décidez de poser des conduits souples, vous payerez beaucoup moins cher. Si vous vous risquez à le poser vous-même et que le travail est mal fait, les conséquences pourraient être plus coûteuses. Faites donc appel aux services d’un installateur agréé par l'Institut canadien du chauffage, de la climatisation et de la réfrigération (ICCCR) et faites faire le calibrage des débits par un tiers tel que recommandé par LEED Habitations. Il s’assurera qu’il y ait une légère surpression dans la maison.

Sachez qu’il est possible d’inclure l’achat et l’installation du VRC (environ 5000$ au total) dans les coûts de votre maison.

Installation d’un VRC : ce qu’il faut retenir

Les systèmes de ventilation mécanique sont souvent mal installés et nuisent au confort des occupants. Comme vous devriez le faire fonctionner en continu, assurez-vous que l’entrepreneur pose l’appareil correctement et que tous les éléments décrits plus haut soient respectés. Exigez un entrepreneur certifié Novoclimat !

N’oubliez pas que votre système sera plus efficace s’il est bien dimensionné : assez gros pour répondre à la demande en continu, avec un mode de surpuissance pour évacuer les surplus de contaminants et d’humidité sporadiques (lors de la cuisson, prise de douche, réception, etc.), mais assez petit pour fournir le débit journalier requis pour la maisonnée au débit le plus faible possible, plutôt que de s’arrêter régulièrement. Le ventilateur sera plus efficace ainsi.

Pour de plus amples informations sur le système VRC et son installation, rendez-vous sur le site de Novoclimat et effectuez une visite de la maison virtuelle Novoclimat.

 

Évènements à suivre

Jeudi, 29 Septembre, 2016 - 08:00
Ne manquez pas l'ExpoHabitation d'Automne!
Jeudi, 20 Octobre, 2016 - 00:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.