Électricité Éclairage Électroménager

S'éclairer et produire son électricité

© Céline Lecomte

1. Eclairer sans gaspiller

Une idée toute simple d’aménagement pour limiter le gaspillage d’électricité : installer systématiquement des éclairages au-dessus des lieux d’activité pour éviter l’usage démesuré des plafonniers. Une lampe au-dessus du plan de travail de la cuisine, sur le bureau, un luminaire planté à côté du sofa... L’ambiance en sera d’autant plus intime et agréable.

2. Choisir ses ampoules !

Ampoules à incandescence

  • Ampoules à incandescence
    Ampoules à incandescence.
    © Céline Lecomte

    Coût : $
  • Pour : C’est l’ampoule classique, celle qui va finir par disparaître des magasins. Elle a cependant deux avantages : c’est une source de chaleur (et oui !), utile l’hiver, et elle ne contient pas de métaux lourds.
  • Contre : Sa performance énergétique est faible, et sa durée de vie réduite : mille heures en moyenne. Elle encombre donc les centres d’enfouissement des déchets.

Ampoules halogènes

  • Ampoules halogènes
    Ampoules halogènes.
    © Céline Lecomte

    Coût : $
  • Pour : Ces ampoules peuvent consommer jusqu’à 15% moins d’électricité qu’une ampoule à incandescence ordinaire.
  • Contre : Leur performance énergétique est faible. Et la chaleur de l’ampoule est telle qu’il y a un risque de brûlure. Attention, elles doivent impérativement contenir une glace de protection, sinon le rayonnement ultra-violet (UV) est intense et dangereux.

Lampes fluo-compactes

  • Lampes fluo-compactes
    Lampes fluo-compactes.
    © Céline Lecomte

    Coût : $$
  • Pour : On les appelle aussi LFC, ou LBC (lampe basse consommation). On les reconnaît à leur look ludique en forme de ressort. Elles consomment quatre fois moins d’électricité qu’une ampoule à incandescence ! Et leur durée de vie est bien supérieure.
  • Contre : Ecologiques, les LFC ? Par la durée de vie et la faible consommation d’électricité, d’accord. Mais elles contiennent du mercure (5 mg en moyenne), ainsi que du plomb et des composants électriques. Elles sont donc considérées comme des déchets dangereux et doivent être rapportées en fin de vie dans des endroits adaptés comme une quincaillerie ou un éco-centre.

Autres inconvénients : elles sont sensibles au froid et à l’humidité et ne doivent pas être installées dehors ; elles émettent des ondes basse fréquence qui peuvent affecter les personnes électro-sensibles ; elles émettent sans doute des rayons d’ultra-violet, et supportent mal d’être fréquemment éteintes et rallumées. Bref, on attend avec impatience la prochaine génération de lampes « vertes » (voir ci-dessous) !

Lampes LEDs ou DELs

  • Lampes LEDs ou DELs
    Lampes LEDs ou DELs.
    © Écohabitation

    Coût : $$-$$$
  • Pour : Elles ont une durée de vie... cent fois plus importante que les lampes à incandescence ! Elles résistent aux chocs et aux vibrations, sont compactes et légères, et consomment quatre fois moins d’électricité que les fluo-compactes, soit seize fois moins que les ampoules à incandescence. Pas pire.
  • Contre : La technologie DEL coûte plus cher et l'éclairage n'est pas chaleureux. Nous vous conseillons vivement d’acheter ces ampoules dans des magasins spécialisés : celles vendues chez les détaillants généralistes ne sont pas nécessairement performantes. 

3. Produire son électricité

Vivre au Québec où l’hydro-électricité coule à flots pour pas cher n’encourage pas à produire sa propre énergie. Mais si vous appréciez l’idée d’autonomie énergétique, cela peut être une bonne idée... Quelques pistes. 

 

L’énergie solaire photovoltaïque
L’énergie solaire photovoltaïque. © Écohabitation

L’énergie solaire photovoltaïque

C’est quoi ? L’énergie solaire se concentre vers des cellules photovoltaïques installées sur un panneau, qui la transforment en électricité.

A quoi ça sert ? En général, ce que vous produirez servira à l’éclairage de votre maison et aux appareils ménagers, mais pas au chauffage ni à l’eau chaude.

C’est intéressant ? A moins d’habiter loin de tout, vous serez relié au réseau d’Hydro-Québec. Et contrairement à ce qui a été mis en place en Ontario ou en France, Hydro n’achète pas l’électricité que vous produisez, mais crédite simplement votre compte en kWh, et sur deux années seulement. Ce qui ne vous permet pas de rentabiliser le coût de l’installation, soit 10 000 $ au minimum! L’énergie solaire photovoltaïque coûte au Québec cinq fois plus cher que l’électricité. Du coup, les Québécois qui ont recours au photovoltaïque sont ceux qui s’installent très loin du réseau : douze poteaux électriques à planter pour se relier au réseau reviennent certainement plus cher qu’une installation solaire.

 

L’énergie éolienne
L’énergie éolienne. © Céline Lecomte

L’énergie éolienne

C’est quoi ? L'énergie éolienne est produite par la force que le vent exerce sur les pales d'une éolienne, les faisant tourner entre 10 et 20 tours par minute. Ces pales sont reliées à un alternateur qui transforme l'énergie mécanique en énergie électrique. Vous pouvez consulter (en anglais) ce site canadien consacré au sujet.

A quoi ça sert ? On peut (en partie !) utiliser une éolienne domestique pour se chauffer ou faire fonctionner des appareils électriques de faible capacité. Mais le vent peur être absent plusieurs jours, ce qui nécessite souvent l’installation d’un système d’énergie solaire photovoltaïque en complément.

C’est intéressant ? Toujours pareil : le bas coût de l’électricité au Québec rend les éoliennes domestiques, même les plus petites (3000 $), peu rentables. On les installe donc par conviction environnementale (quand on considère que l’hydro-électricité n’est pas une énergie renouvelable et abîme les espaces naturels), ou parce que c’est moins coûteux que de se relier au réseau d’Hydro quand on en est loin (ce que nous ne conseillons pas nécessairement, voir « Vivre écolo à la campagne »). Mais surtout, on les couple avec d’autres énergies.

 

La micro-hydroélectricité
La micro-hydroélectricité. © Nature Construction

La micro-hydroélectricité

C’est quoi ? L’énergie d'une chute d'eau est transformée en énergie mécanique grâce à une turbine, puis en énergie électrique grâce à une génératrice.

A quoi ça sert ? A autonomiser en partie l’habitation en termes d’électricité.

C’est intéressant ? Seulement pour ceux qui vivent loin des réseaux ! L’installation d’une micro-turbine est complexe, et « le débit du cours d'eau peut grandement varier au cours d'une année, et parfois être pratiquement nul l'été », explique l’expert Jean-Pierre Desjardins sur le forum de La Ruche. A réfléchir mûrement, donc, d'autant que l'installation peut porter atteinte à l'écosystème de la rivière.

Découvrez ici notre fiche technique complète sur l’éclairage!


Mosaïque toutes sortes d’ampoules écologique

Éclairage de la maison

Moins de watts, plus d’ambiance! Comment choisir la bonne ampoule, le bon luminaire, au bon endroit, et en économisant l’énergie?

 

Évènements à suivre

Jeudi, 29 Septembre, 2016 - 08:00
Ne manquez pas l'ExpoHabitation d'Automne!
Jeudi, 20 Octobre, 2016 - 00:00

Pour poser une question technique, adressez-vous à nos experts.