Un circuit de conduits dédié pour chaque système: voilà l'installation à prioriser. Ainsi, si votre système de chauffage distribue la chaleur à l'air pulsé, nous vous conseillons d’ajouter un réseau de conduits spécifique pour le ventilateur récupérateur de chaleur (VRC). C’est évidemment plus simple à planifier lors d'une construction neuve: de toute façon le VRC est désormais obligatoire, autant concevoir deux réseaux distincts. Dans le cas d'une rénovation, il vous faudra tout de même réfléchir à la question: utiliser les conduits déjà en place est faisable (et chose courante), mais c'est loin d'être l'idéal. 

5 raisons pour installer un réseau des conduits spécifiques au VRC

Voici cinq raisons (excellentes) de Martin Holladay, expert en bâtiments et rédacteur pour GreenBuilding Advisor, de ne point adopter la solution simplifiée d'utiliser les conduits du système central pour le VRC:

  1. Les conduits utilisés dans les systèmes de chauffage et de refroidissement ont toujours des diamètres plus grands que nécessaires afin que la distribution de l’air soit optimale. Et alors qu’un système à air pulsé central peut déplacer de 900 à 1 200 p3 (cfm) par minute, un système de ventilation typique a déplacera plutôt 80 à 150. 
     
  2. Les conduits de chauffage et climatisation possèdent généralement des fuites. Alors que cela n’a pas d’incidence sur l’efficacité puisque l’air se perd dans la maison, ces fuites réduiront toutefois les chances que l’air pur atteigne sa destination. 
     
  3. Si vous prévoyez utiliser le ventilateur de la fournaise pour distribuer l’air en provenance du VRC, l’énergie utilisée augmentera considérablement. En effet, certains ventilateurs de fournaise consomment énormément d’énergie, parfois jusqu’à 800 watts, soit plus de 900 $ annuellement. Lui ajouter une charge pourrait élever les frais annuelles à un surplus de 200 $ !
     
  4. Utiliser les conduits existants signifiera que vous ne pourrez pas choisir les pièces desquels aspirer l’air vicié (généralement la cuisine, la salle de lavage et les salles de bains), ni celles dans lesquels vous voulez prioriser l’apport d’air frais (pièces de vie et chambres à coucher). 
     
  5. Si vos conduits sont partagés, l’installateur du VRC devra prévoir plusieurs modes de fonctionnement puisque différents ventilateurs seront possiblement en opération (ou non) en même temps. Et comme la performance du VRC dépend fortement des ventilateurs, le partage devra prendre en charge différents scénarios, ce qui rend difficile le mesurage et l’équilibrage des flux. 

    Il faudra normalement prévoir quatre mode à cet effet : 1. Aucun appel pour la ventilation ; 2. Appel de ventilation mais pas pour le système de chauffage/ventilation ; 3. Demande de ventilation et de chauffage/ventilation ; 4. Aucune ventilation ni chauffage/climatisation. Inutile de vous spécifier que peu d’installateurs prendront le temps de calibrer les systèmes et les registres d’équilibrage (sortes de clapets ajustables) selon les 4 modes. 

Bref, renoncer à utiliser les conduits en place vous évitera des surcoûts, courts-circuits et autres problèmes de fonctionnement!

Alors comment fonctionne un système simplifié?

Dans un système simplifié, on utilise les mêmes conduits pour les différents systèmes. Et c'est chose fréquente, surtout dans les petites habitations. Principal inconvénient: l'apport d’air frais dans les chambres à coucher n'y est pas assuré de manière optimale, alors que nous y passons près du tiers de notre journée!

© GreenBuilding Advisor, traduit par Écohabitation

 

© GreenBuilding Advisor, traduit par Écohabitation

Couper la poire en deux: une solution hybride

Si vous n’êtes toujours pas convaincus par nos propos, Holladay mentionne qu’il existe une alternative entre les systèmes séparés est ceux simplifiés. Les conduits d’évacuation de l’air viciés sont séparés, mais l’air frais est lui acheminé dans le système central plutôt que dans des bouches isolées.

Ici, quand la fournaise est en fonction, l’air frais est distribué. Par contre, si le VRC est en fonction mais non le système de chauffage central, la distribution se déséquilibre et l’air frais peut pénétrer dans la maison via les bouches de retour d’air du système central. Ce n’est pas dramatique, mais pas optimal non plus.

© GreenBuilding Advisor, traduit par Écohabitation

L’avantage de cette méthode, par rapport au système simplifié qui utilise les mêmes conduits, est qu’il n’est pas absolument nécessaire d’ajouter un élément de verrouillage électrique supplémentaire sur la fournaise. Le système consommera moins d’énergie, et le tout sera plus facile à calibrer (que dans un système simple). 
Certains experts recommandent tout de même de poser un élément de verrouillage sur le VRC de manière à fermer ce dernier lorsqu’il n’est pas utilisé. On évite ainsi les surchauffes potentielles. 

Reste qu’on vous suggère encore fortement de séparer vos systèmes... Dans tous les cas, n'oubliez pas de consulter les manuels d'installations de vos appareils!

Et si vous habitez dans un bâtiment ancien qui n'est pas équipé de système de ventilation, il est tout de même important de renouveler l'air... Ouvrir les fenêtres de temps en temps reste une solution simple pour optimiser la qualité de l'ai intérieure!

Conduits: autres considérations

  • Puisqu‘il aspire les graisses, le ventilateur d’extraction de la cuisine doit absolument avoir son propre conduit. C'est évident: il ne peut en aucun cas être raccordé à d’autres systèmes. Les bouches d’aspiration posées dans la cuisine doivent être aussi loin que possible de la cuisinière.
  • Idéalement, les conduits sont rigides et lisses, courts, avec un minimum de coudes et raccords, et les joints sont parfaitement scellés (pour éviter de réduire la pression et l'écoulement de l'air). Les seuls conduits flexibles acceptables sont les raccords qui relient le boîtier de l’appareil aux conduits rigides du réseau de distribution.
  • On évite de placer les bouches d’aération dans les chambres au-dessus des lits, pour une question de confort. 
  • On ne passe pas les conduits dans l’entretoit, car ils pourraient être soumis au gel. On les pose dans les murs intérieurs ou les planchers, mais pas dans un espace non chauffé. Si cela est impossible dans votre maison déjà construite, on peut toujours compenser en ajoutant une très grande quantité d’isolant autour des conduits posés dans l’entretoit, et il faudra s’assurer que les contours des bouches sont parfaitement scellés de manière à éviter toute fuite. 
  • Selon le Code National du bâtiment, les conduits d’extraction desservant les sécheuses ne doivent pas être raccordés aux autres conduits d’extraction
  • On installe la fournaise et le VRC (et autres systèmes de ventilation, chauffage et climatisation) à l’intérieur de l’enveloppe. Jamais dans l’entretoit, le grenier ou autre partie externe à l’enveloppe isolée. 

POUR EN SAVOIR PLUS