Rénover son vide sanitaire ou son sous-sol inachevé, où on ne va jamais, à quoi ça sert ? C’est utile, visiblement.

Sur la Ruche, notre service d’assistance, Simon nous raconte ses déboires : « Un rapport de qualité de l'air rapporte que l'air est fortement contaminé. La maison est évidemment très froide en hiver et extrêmement humide en été. Il y des odeurs de moisissures dont on ne peut se débarrasser... ». Les vides sanitaires mal isolés peuvent en effet être à l’origine de graves problèmes d’humidité. Les myco-toxines libérées par les moisissures peuvent par exemple déclencher des crises d’asthmes chez les enfants.

Alors comment savoir s’il est grand temps d’y penser ?

Pascal Morel et Alec Derghazarian, les responsables de La Ruche, vous donnent quelques pistes :

  1. « Repérez les signes visibles d’un trop grand taux d’humidité, comme la buée permanente ou/et les moisissures au bas des vitres.
  2. Si l’humidité n’est pas visible, achetez un hygromètre à la quincaillerie pour évaluer le degré d’humidité chez vous. En hiver, ce taux doit se situer entre 40 et 50 à 55%. S’il est supérieur, alors il y a lieu d’agir.
  3. Inquiétez vous si vous observez chez des membres de votre famille une irritation récurrente des yeux, des voies respiratoires ; des allergies et des asthmes ; des maux de tête et des nausées.
  4. Dans le vide sanitaire lui-même, voyez si des gouttes et des flaques se forment fréquemment. »

Pour tout savoir sur l’isolation du vide sanitaire, voici la réponse détaillée de La Ruche à Simon, rédigée par l’éco-conseillère Liliane Nicolas

Vous pouvez également consulter notre Zone thématique Fondations et sous-sol, remplie d'informations techniques et de conseils.