Les ingrédients chimiques du plastique se retrouvent partout — bouteilles et plats de plastique, papier cellophane, cannes, batteries de cuisine, tapis, linge, divan et sofas, appareils électroniques, literie, bref.... partout. Les plastiques ont des impacts et peuvent être dangereux pour la santé ; ils peuvent causer des troubles reproductifs, neurologiques, ainsi que des troubles de comportement et de développement. 

Il est conseillé :

  • D’éviter les plastiques, tout particulièrement ceux qui sont accompagnés des symboles triangulaires 3, 6 et 7
  • De jeter les plastiques usés — ils génèrent plus de perturbateurs endocriniens.

 PVC

Les "polychlorures de vinyle", ou "polyvinyles" sont des polymères thermoplastiques de grande consommation, très résistants. On reconnaît les plastiques en PVC par le code d’identification "3" ou "PVC". Les polyvinyles contribuent aux pluies acides, au rejet de dioxines et aux cancers. Ils produisent également des phtalates, du plomb et du cadmium, produits hautement néfastes sur les systèmes nerveux, respiratoires, de reproduction et sur les reins.

Afin d’éviter les contacts avec le PVC, il serait préférable d’éviter les plastiques avec le sigle "3". Le gouvernement canadien a produit une liste de quelques marques sans PVC à privilégier pour les boîtes en plastique des lunches: Glad, Rubbermaid (ils utilisent tout de même des polycarbonates dans certains de leurs produits), Saran Wrap.

 Phtalates

Cette famille de composés chimiques a vu le jour en France en 1836. Les phtalates sont utilisés afin de rendre les plastiques plus malléables, ils lient les différents composés ensemble et sont de bons véhicules de fragrances. Ils se retrouvent dans les sacs de plastique, les cadres de fenêtres, les planchers en vinyle, le rembourrage, le papier peint, les rideaux de douche, les shampoings et conditionneurs, les vaporiseurs et purificateur d’air, les parfums, les vernis, les savons, les flacons médicaux et les gants chirurgicaux, les colles et adhésifs, les bottes, les imperméables et les vêtements en imitation de cuir, les lotions après-rasage, les cosmétiques, les insecticides et les emballages alimentaires. Certains attribuent aux phtalates de nombreux problèmes de santé, comme le déficit d'attention, l'hyperactivité, divers troubles du développement, et dans le système de reproduction masculin, et problèmes pendant la grossesse.

Comme ils sont partout, il est difficile de s'en débarasser. On peut néanmoins éviter le plastique autant qu'on peut, et avoir recours à des shampooings, parfums, conditionneurs labellisés Ecocert par exemple.

 BPA (Bisphénol-A)

Découvert en 1928 en Russie, il fut tout d’abord utilisé comme un substituant aux oestrogènes. Lorsque les scientifiques ont découvert ses nombreuses qualités de plastifiant, sa fabrication commerciale a explosé. Résistant à la chaleur, ce polycarbonate est transparent, pratiquement incassable et est utilisé dans la résine d’époxy. Le BPA se retrouve dans les bouteilles, les biberons, les contenants réutilisables, les cannes, les cruches d’eau, les jouets, les plombages « blancs », les lentilles optiques, les disques compacts, l’équipement électronique et les emballages alimentaires. Selon des études réalisées par The Center for Disese Control and Prevention, 93 % des gens seraient intoxiqués au BPA! On lui attribue de graves problèmes de santé: cancers, atteinte au développement du fœtus (cerveau, comportement), dysfonctions sexuelles...

 Polyéthylènes

Le polyéthylène (PE) est un des polymères les plus simples et les moins dispendieux. En 2003, sa production annuelle atteignait 40 millions de tonnes. Les utilisations les plus courantes de PE sont les sacs de plastique, les flacons, les bouteilles, les tupperwares et les récipients souples (pour la crème hydratante, par exemple). On les reconnaît par les sigles "2" et "4". Il ne semble présenter, à ce jour, aucune toxicité particulière. C'est donc possible!

Les contenants en métal en alternative au plastique
Les contenants en métals sont une bonne alternatives au contenants de plastique pour la nourriture                     photo Unsplash Sandra Harris

Alternatives:

  • Préférer l'acier inoxydable et le verre au plastique
  • Éviter tous les plastiques avec le chiffre "7" — ou "PC"
  • Éloigner les plastiques des sources de chaleur
  • Jeter les contenants dont vous savez qu'ils contiennent des BPA.

Le BPA a été déclaré toxique par le gouvernement fédéral canadien en octobre 2010. Depuis, de nombreux fabricants ont retiré cet inrédients de leur contenants en plastique. Comme les Bpa ne sont pas les seuls agents problématiques dns les plastques, la mention sans Bpa ne suffit pas en en faire un produit tout à fait sécuritaire pour la santé.