En période de froid, les toits végétaux contribuent à garder les immeubles au chaud alors qu’en temps chaud, ils contribuent à les garder au frais. 

Il existe trois catégories de toits végétaux : intensif, semi-extensif ou extensif. On détermine le type en fonction du toit lui-même (résistance, pente, accès), de la capacité structurelle du bâtiment et du budget alloué au projet. Il faut aussi déterminer ses propres besoins. Les systèmes intensifs permettent de cultiver tous types de plantes (ornementales, potagères, voire même des arbres), tandis que les systèmes extensifs sont réservés à de la végétation basse qui demande peu d’entretien (mousses, lichens, etc.). Les semi-extensifs se situent entre les deux.

L’Association des maîtres couvreurs du Québec (AMCQ) différencie les toits végétaux ainsi :
  • Toits végétalisés intensifs : l’épaisseur du substrat de croissance dépasse généralement les 300 mm (12 pouces)
  • Toits végétalisés semi-intensifs : l’épaisseur du substrat de croissance varie entre 150 mm et 300 mm (6 à 12 pouces)
  • Toits végétalisés extensifs : l’épaisseur du substrat de croissance est de 150 mm ou moins (6 pouces)

TOIT VERTS EXTENSIFS

Plantes requérant peu d'entretien et tolérantes à la sécheresse :
L'aster, l'astragalus (milk vetch), la campanule, le galium boréal, le petalostemum (purple prairie clover), la solidago (goldenrod), la baptisia australis (false indigo), l'asclepias tuberosa (butterfly weed), l'onagre, la potentille, la rudbeckie goldstrum (black-eyed Susan), la silphium perfoliatum (cup plant).

TOIT VERTS INTENSIFS

Un substrat de 20 cm (8 po) avec une épaisse couche de végétation a une valeur isolante RSI de 0,14 (R20). La température d’un substrat de 30 cm (12 po) ne glisse pas sous le point de congélation même si la température extérieure atteint -20°C (CMHC). 

TABLEAU COMPARATIF

 

EXTENSIF

INTENSIF

TECHNIQUE

   

Épaisseur du substrat

2 à 8 pouces

8 à 15 pouces et plus

Pentes

Jusqu’à 45 degrés

Convient aux toits plats

Poids (charge morte seulement)

Léger, entre 18 et 45 lb/p2

45 lb/p2 et plus 

Poids saturé d’eau

-

Entre 60 et 200 lb/p2

Substrat

Peu de matière organique

Quantité de matière organique variable

Végétaux

Faible diversité de choix : sédums, mousses, graminées et vivaces

(ne supportent pas le

piétinement)

Grande diversité de choix, jusqu’à certains arbres si la structure le permets

INVESTISSEMENT

   

Ingénierie

Pas de renforcement de structure nécessaire

Renforcement de la structure parfois nécessaire. Il est conseillé de faire appel à un ingénieur en structure

Coût (matériaux et pose) – varie en fonction de la végétation

De 10 à 17 $/p2

≥ 10$/p2 et plus

Entretien

Peu exigeant : permet la végétation spontanée

Élevé : identique à un jardin - nécessite des systèmes d’irrigation et de drainage supérieurs

Irrigation

Non

Oui 

Mise en œuvre

Simple

Plus complexe

CARACTERISTIQUES

   

Rétention des eaux de pluie

Moyenne 

Supérieure

Efficacité énergétique

  • Réduction de l’énergie liée à la climatisation (été)

  • Réduction de l’énergie liée au chauffage (hiver)

91%


27%

99%


38%

Impact sur le cycle de l’eau

Appréciable

Important

Impact sur la qualité de l’air

Appréciable

Important

Isolation acoustique

Moyenne

Très performante

Praticable

Non, sauf si aménagé en fonction

Oui, si aménagé pour (jardinage, terrasse…)

Sources :
Association des Maîtres Couvreurs du Québec, Guide pour la réalisation de systèmes végétalisés sur couvertures garanties par l’AMQ, 2012
SCHL, Peck et Kuhn, Lignes directrices de conception de toits verts, 2001
Hardy, Les Toits verts au Québec, pour une urbanisation équilibrée, 2014
Source : Sarah Lacombe, Société Québécoise de Phytotechnologie, 2014

En résumé

  • Un système extensif est mince et léger, demande peu d’entretien et peut s’installer sur tous les types de toits.
  • Un système intensif est plus lourd et demande plus d’entretien, mais il permet d’utiliser le toit à des fins récréatives (potager, aménagement paysager, etc.).