Toît végétal extensif sur un toît existant (entretoît isolé ou non)

  • Nettoyer la surface de la toiture.
  • Poser un matelas pré-planté sur une membrane géotextile anti-racines (les feuilles doivent recouvrir les rebords du toit et se chevaucher correctement).
  • Ajouter un système de drainage : matelas de drainage ou de rétention d’humidité posé entre la membrane et le matelas pré-planté (selon le type de toit végétal).
  • Protéger les décharges, garde-fous, bordures, solins et fenêtres de toit avec des bandes de graviers et parfois même un drain.
  • Poser du substrat, généralement composé d’agrégats minéraux comme du sable, du gravier, de l’argile, de la tourbe, de la roche volcanique, des matières organiques, du schiste expansé…
  • Planter des végétaux de faible hauteur, indigènes, rustiques, au système racinaire peu profond et très résistantes à la chaleur, au vent et à la sécheresse. 

Il existe des terreaux ultralégers contenant peu de minéraux, mais très absorbants, parfaits pour les végétaux tolérant moins le stress hydrique.

ATTENTION!

Ne pas utiliser de membrane en polyéthylène (6-mil). Elle se dégradera assez rapidement au contact des racines. Il faut opter pour minimalement du 20 mils, parfois du 30 mils ou du 40 mils.

COÛTS :

  • Membrane anti-racines : 10 à 15$ du p2
  • Toit vert (drainage, tissu filtrant et substrat) : 5 à 20$ du p2
  • Plantes : 1 à 3$ du p2
  • Système d’irrigation : 2 à 4$ le p2
  • Main d’œuvre : 3 à 8$ le p2

Sources : CMCH et CEBQ

Pour une pente de toit supérieure à 20 degrés, l’installateur devra s’assurer que la couche de gazon ou de plantes ne glisse ou ne s’enfonce pas. 

couche de toits végétaux © dcgreenworks.org

Toît végétal intensif sur un toît existant (entretoît isolé ou non)

  • Vérifier que la structure peut supporter l’ensemble des éléments. Pour un toit extensif, il faut calculer environ 50 lbs/p2 supplémentaires aux charges en vigueur exigées par la municipalité. Il est conseillé de consulter un ingénieur en structure.
  • Retirer le revêtement existant en vue d'installer la nouvelle membrane d'étanchéité et les éléments du système, d'une épaisseur totale d'environ 5 pouces, incluant le substrat.
  • S’assurer que la structure du toit est bien isolée.
  • Installer la membrane d'étanchéité de bitume élastomère, la faisant remonter le long du parapet. La membrane doit contenir un agent anti-racines. Cette opération doit être faite par un maître couvreur accrédité. (Pour recevoir la végétation, un dégagement minimum de 4 pouces est nécessaire entre le substrat et le dessus du parapet. La plupart des parapets de toiture sont assez élevés, mais si vous choisissez des plantes exigeant une épaisseur de substrat de plus de 3 pouces, vous devrez peut-être surélever le parapet. Ceci permettra la retenue du substrat et l'évacuation adéquate du surplus d'eau jusqu'au drain.)
  • Un système irrigué permettra un choix plus vaste de plantes, mais exigera l'installation d'un système d'alimentation en eau.
  • Poser les panneaux de drainage gaufrés. Ils ont pour rôle d'emmagasiner l'eau nécessaire à la croissance des végétaux tout en drainant l'excédent.
  • Poser un filtre en géotextile sur les panneaux de drainage. Ce dernier empêche l'infiltration des particules fines du substrat, pour éviter qu'elles n'obstruent le système de drainage. Le filtre peut aussi contenir les racines tout en laissant passer l’eau.
  • Déposer le substrat mélangé - composé d'éléments minéraux comme l'argile ou le schiste expansé et d'éléments organiques comme le terreau - dans une proportion qui assurera la croissance optimale des types de plantes choisies. Il est important de le choisir en fonction des conditions climatiques et des plantes sélectionnées.
  • Disposer les plantes rustiques, adaptées aux conditions du milieu et ne nécessitant que peu de matière organique. 

Les décharges, garde-fous, bordures, solins et fenêtres de toit doivent être protégés avec des bandes de graviers, parfois même un drain.

COÛTS :

  • Membrane anti-racines : 10 à 15$ du p2
  • Toit vert (drainage, tissu filtrant et substrat): 15 à 30$ du p2
  • Plantes : 5 à 200$ du p2
  • Système d’irrigation : 2 à 4$ le p2
  • Garde-fou, clôture : 20 à 40$ le pied linéaire
  • Main d’œuvre : 8 à 18$ le p2

Sources : CMHC et CEBQ

L'installation du toît végétal
L'installation du toît végétal                                           photo Céline Lecomte

La planification, la clé du succès de l'installation d'un toît vert

Avant d'entreprendre les travaux, un certain niveau de planification est nécessaire. Il est important de : 

  1. Considérer la condition du toit, la capacité portante de la structure et l’accès au toit
  2. Déterminer le poids du jardin et son coût
  3. Planifier la conception du système de toiture végétale, l’irrigation, le drainage
  4. Sélectionner les plantes et la composition du sol ou les bacs, puis planifier l'entretien
  5. S’assurer que le structure réponde aux exigences du Code
  6. Obtenir les permis auprès de votre municipalité

Finalement, il est bien d'être conscient qu’il existe plusieurs fournisseurs de matériaux de toits verts et que chacun possède ses propres caractéristiques et matériaux. Il existe donc une multitude de plans, de coupes et d’informations techniques. Pendant la préparation de votre projet de toit vert, vous pouvez, à l'aide de votre architecte, préparer un devis avec le choix des produits qui conviennent le mieux à votre projet. Évidemment, optez pour un architecte qui connait les différents produits de toit vert. Si vous soumettez votre devis à un processus d’appel d’offres, il est toujours possible de mentionner que vous souhaitez certains produits précisément, ou des produits reconnus équivalents.    

Tout sur les toît végétaux

Différents types de toîts végétalisés

Toit végétal étape par étape