En milieu urbain, la végétalisation présente de nombreux avantages. En plus des aspects esthétiques et fonctionnels indéniables, elle permet d’améliorer la qualité de l’air en produisant de l’oxygène et en captant davantage de CO2, de mieux contrôler l’érosion et de produire des effets bénéfiques sur la santé de la population (protection contre les rayons UV, réduction du stress, etc.). Voici les détails : 

Avantages écologiques des toîts végétaux

  • Filtration des particules volatiles de l'air : un toit de 1000 p2 (93 m2) peut retirer de l'air plus de 40 lbs de polluants par année, soit l’équivalent des émissions de 15 voitures pendant un an, en plus de produire de l’oxygène.
  • Production d’oxygène et régulation des mouvements thermiques de l’air grâce aux capacités des plantes à absorber le dioxyde de carbone.
  • Réduction des émissions de gaz à effet de serre.
  • Réduction du phénomène des îlots de chaleur : diminution de la température de l’air près de la surface, jusqu’à 16,4 degrés en moyenne.
  • Réduction du ruissellement au sol, des risques de reflux d'égouts, d'inondation, d'érosion et de contamination de l'eau potable. Les toits végétaux captent et retiennent entre 50 et 100% des eaux de pluies.
  • Possibilité de recycler les eaux usées d'un immeuble en les acheminant au toit.

Avantage économiques des toîts végétaux

  • Valeur ajoutée pour l'immeuble
  • Augmentation de la durée de vie de la toiture et de la membrane, par le blocage des rayons UV
  • Génération d’une nouvelle activité économique
  • Augmentation de l'isolation du toit (atténuation des gains et pertes de chaleur) entraînant une baisse des coûts énergétiques (besoins en chauffage de 38% inférieures à ceux d’une toiture conventionnelle, température maximale réduite du quart (27%), réduction des besoins de climatisation entre 90 et 100%)

En considérant le cycle de vie des matériaux, les toits verts coûtent plus cher à l’installation, mais sont plus rentables à long terme.

Avantages sociologiques des toîts végétalisés

  • Génération d’une meilleure qualité de vie : espaces verdoyants accessibles et agréables pour les occupants, vues de la ville, etc.
  • Augmentation du niveau d’insonorisation : le substrat bloque les basses fréquences alors que les plantes bloquent les hautes fréquences. Par exemple, un substrat de 5 pouces peut atténuer des bruits de 40 dB. 

Autres avantages des toîts verts

Protection contre le feu: Les toits végétalisés peuvent retarder la propagation d’un incendie de l’immeuble au toit et vice versa.

Pour la certification Leed: Un toit vert permet d’acquérir des points dans différentes catégories : gestion des eaux du toit, durabilité, îlots de chaleur…

Les inconvénients

  • L'investissement monétaire peut représenter un frein important. Les coûts varient beaucoup en fonction du projet. Ils peuvent commencer assez bas, environ 10$ du pied carré si on le fait soi-même, mais s’élever jusqu’à plus de 120$ du pied carré quand on fait appel à un expert.
  • L'assureur peut parfois demander une certification provenant d'un architecte ou d'un ingénieur.
  • Un accès au toit doit être aménagé.
  • La membrane imperméable n’est pas éternelle. Il faudra la changer après 30 ou 50 ans d’usage et donc, retirer l’ensemble du toit végétal.  

Tout sur les toît végétaux

Différents types de toîts végétalisés

Toit végétal étape par étape
 

Sources:

EPA- Environmental protection agency

SCHL-Sociétéd'hypothèque et du logement