La maison que vous convoitez est bien située, a une grande cuisine ensoleillée et de grands « walk-in ». Mais peut-être vous coûtera-t-elle une fortune en chauffage? À Portland, en Oregon, les vendeurs de maisons unifamiliales sont tenus depuis 2018 d’obtenir et de divulguer un rapport sur l’énergie domestique estimant l’utilisation énergétique, les coûts associés et des solutions rentables pour améliorer l’efficacité énergétique et le confort de la maison.

Le Home Energy Score fournit ainsi aux propriétaires, locataires et acheteurs des informations sur la consommation d’énergie des maisons, qu’ils peuvent ensuite comparer entre elles facilement. Pour recevoir une cote, un propriétaire doit faire appel à un évaluateur agréé indépendant. Celui-ci réalise un audit énergétique puis note la maison sur une échelle de 1 à 10. Le Home Energy Score s’accompagne également d’un rapport qui inclut les recommandations les plus rentables pour économiser... et ainsi diminuer votre facture d'énergie!

Par exemple, malgré une chaudière à haut rendement et de nouvelles fenêtres, une propriété ayant obtenu un score de 3, a pu obtenir un score de 7 après l'amélioration de l’isolation et en remplacement de son chauffe-eau. Le tout, pour une somme modique de moins de 10 000 $.

Un outil cartographique permet également de trouver les scores des maisons. Il suffit d’entrer une adresse existante dans la barre de recherche. Un bon moyen d’encourager positivement les gens à avoir de « l’herbe plus verte » que le voisin !

Portland fût la première ville nord américaine à exiger que le score énergétique soit divulgué dans l’annonce de la vente. Un an seulement après la mise en place des nouvelles exigences, plus de 8 700 foyers avaient reçu un score d’efficacité énergétique. Depuis, diverses villes des États-Unis ont emboité le pas. Car c'est prouvé, une étiquette énergétique, ça fonctionne.

C’est prouvé. Une étiquette, ça fonctionne!

Des étiquettes similaires existent pour les véhicules, et ont démontré depuis longtemps leur efficacité à aider les acheteurs à faire des choix éclairés, et à réduire drastiquement leur consommation de carburant. Une étude réalisée à cet effet par l’ACEEE a démontré que les acheteurs de véhicules considèrent maintenant l’efficacité de ceux-ci tout aussi importante que le prix, la fiabilité ou la sécurité!

On peut donc s’attendre à ce que, grâce à ces étiquettes-énergie, le marché de l’immobilier puisse assurer une plus grande transparence, ainsi qu’une sensibilisation à l’importance de l’efficacité énergétique dans les bâtiments. En fait, des recherches européennes ont démontrées que des cotes énergétiques plus élevées entraînaient des prix de vente plus élevés. Des recherches menées à Chicago ont pour leur part démontré que les maisons présentant leur consommation énergétique se vendaient plus rapidement. 

Le Québec pourrait-il suivre?

Une cote pour le Québec?

La province pourrait aisément imposer une cote énergétique pour les habitations. Quoi de plus logique? Personne n’a envie de se ruiner en travaux d’isolation après avoir signé pour une hypothèque de 25 ans. Ce qui est répandu en Europe (en France, le « diagnostic de performance énergétique » est obligatoire depuis 2006, autant pour les acheteurs que pour les locataires) devrait l’être aussi chez nous. 

Surtout que nous possédons déjà des outils similaires mais non obligatoires!

L'outil d'estimation de la consommation d'Hydro-Québec

Hydro-Québec met à disposition des consommateurs plusieurs conseils et outils leur permettant de contrôler et de réduire leur consommation électrique: portrait de consommation, portail de conseils les Bons réflexes, etc. Mais rien de vraiment comparable à une cote. Citons tout de même l'outil en ligne d'estimation de la consommation, très pratique pour les futurs acheteurs: il permet d'avoir une idée des factures d'électricité d'une habitation précise, à n'importe quelle adresse. Les informations obtenues en 2 clics (c'est instantané!) sont limitées. En effet, si l'habitation n'est pas principalement chauffée à l'électricité, la somme mensuelle indiquée et la consommation en kWh n'est que partiellement parlante. La fonctionnalité reste tout de même un bon plus pour vérifier les informations de consommation données par les vendeurs.

La cote Energuide 

La cote ÉnerGuide est une note de 0 à 100 qui reflète l’efficacité énergétique d’une habitation. Après une visite à domicile, un conseiller en efficacité énergétique vous achemine un rapport d’évaluation qui comprend tous les aspects qui ont trait à l’efficacité énergétique: isolation, étanchéité à l’air, performance des systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation, ainsi que les habitudes de consommation d'électricité des occupants. Elle offre aussi une bonne référence pour comparer l'efficacité énergétique des habitations entre elles.

Tout comme le fait le Home Energy Score, le rapport indique la cote que votre habitation pourrait atteindre suivant la réalisation des travaux de rénovations recommandés et permet de comparer les résidences entre elles. La cote Energuide, répandue à grandeur du Canada, est l'outil de référence utilisé par Rénoclimat, le célèbre programme coordonné par Transition Énergétique Québec (TEQ). Mais tout comme ce programme de subvention pour améliorer l'efficacité énergétique de son habitation, la cote Energuide est optionnelle. De plus, les informations données ne sont pas publiques et donc difficilement accessibles par un acheteur intéressé.

© Ressources naturelles Canada

La cote ISP

On peut aussi se pencher du côté de l'Indice Solaire Passif, un système de reconnaissance des bâtiments créé par Écohabitation qui reconnaît la performance mesurée et les prévisions de consommation. Grâce aux factures d’énergie, aux plans du bâtiment, aux détails techniques du système de chauffage et de ventilation, il nous est possible de déterminer la demande de chauffage annuelle, puis de déterminer la cote. 

Résultats de recherche d'images pour « isp écohabitation »

Cotation énergétique obligatoire (finalement) en vue au Québec

Feuille de route pour la mise en application de la cote

Le Québec prévoit tout de même de se mettre au goût du jour: dans son Plan directeur en transition, innovation et efficacité énergétiques du Québec 2018-2023, TEQ commence à déployer le processus pour un système de cotation énergétique obligatoire pour les nouvelles constructions et lors de la revente de maisons unifamiliales. En 2021-2022, un ville québécoise au moins réalisera une phase de test: un projet pilote de cotation obligatoire permettra de vérifier le bon fonctionnement administratif et technique de la procédure. Selon le Plan directeur, la cotation énergétique devrait se généraliser dans tout le Québec et être obligatoire pour les maisons unifamiliales (neuves ou reventes) en 2023-2028, soit environ 10 ans après l'inisitation du projet.

Cotation énergétique obligatoire: la vision d'Écohabitation

En juin 2018, Écohabitation publiait dans son Manifeste pour un mouvement vers l'habitation durable son souhait qu'au Québec soit instaurée une cotation énergétique simple et obligatoire, dès la mise en vente ou location d'une habitation. Le but est vraiment d'éclairer les acheteurs et les locataires pour qu'ils puissent faire un choix éclairé.

Certaines modalités seraient à privilégier pour rendre l'outil vraiment pertinent:  

  • Privilégier la simplicité. La cote devrait être calculée en ligne avec les données du bâtiment, l’occupation et la facture énergétique sur un an, avec une auto-déclaration signée par un courtier immobilier ou un évaluateur certifié, ou vérifiée par la régie du logement dans le cas d’une location.
  • Transparence et sensibilisation: la cote devrait paraître sur le bail.
  • Assurer la fiabilité de la cote en prévoyant des amendes. Une fausse déclaration entraînerait une amende sévère (dans le cas du bail), une fausse déclaration étant contre le code civil dans le cas d’une vente.

Apportez votre appui à cette vision, signez le Manifeste d'Écohabitation.