Voici quelques conseils utiles des experts d’Écohabitation et d’Hydro-Québec pour économiser gros sans faire de gros travaux.

Sceller et calfeutrer pour éliminer les fuites d'air

Une bonne étanchéité à l’air est fondamentale pour assurer l’efficacité énergétique d’un bâtiment. Saviez-vous que les fuites d’air peuvent représenter jusqu’à 25 % des pertes de chaleur d’une maison ? Pour peu qu’elle ne soit pas rénovée, les pertes peuvent se chiffrer annuellement à plusieurs milliers de kilowattheures, soit des centaines de dollars gaspillés. Améliorer l’étanchéité de sa maison est donc déterminant pour enrayer le gaspillage d’énergie. Les coûts des travaux proposés peuvent être amortis après un période variant entre 6 mois et 4 ans, selon le cas.

Repérer les sources de fuites d’air

Avant de sceller et de calfeutrer, il faut déterminer les points faibles de l’enveloppe. Comment s’y prendre ? Il existe une méthode assez simple : si votre maison est minimalement étanche, mettez en marche tous les appareils qui évacuent de l'air vers l'extérieur au maximum de leur capacité : ventilateur de salle de bain, hotte de cuisine, sèche-linge (sécheuse), aspirateur central, etc. La maison ainsi dépressurisée laisse entrer l'air extérieur par ses interstices. Ce test est moins efficace dans les plus anciennes maisons ; en effet, lorsque les infiltrations proviennent de trop nombreuses sources, le débit d’air créé n’est pas suffisant pour qu’on puisse sentir les courants d’air.

Après avoir allumé les appareils d’extraction, et préférablement lorsqu’il fait froid, passez votre main, une bougie ou une mince feuille de papier aux endroits critiques, souvent sources de fuites d’air :

  • au niveau des prises de courant ;
  • au niveau des boiseries ;
  • au niveau des cadres de fenêtres ;
  • au niveau du foyer ou de la cheminée ;
  • au niveau des trappes d’accès ;
  • au plafond (autour des lampes encastrées) ;
  • à la jonction des murs et des planchers ainsi qu’à la jonction des murs et du plafond.
Calfeutrer à l'intérieur pour éviter les fuites d'air

Calfeutrer les zones critiques

  • Avant tout, retirez le scellant existant, s’il y en a, et nettoyez les surfaces pour optimiser l’adhérence du scellant appliqué. Consulter l’emballage  pour connaître le produit de nettoyage approprié.
  • Calfeutrez à l’intérieur avec un scellant à base de latex acrylique pour empêcher les infiltrations d'air aux endroits stratégiques. Le latex acrylique s'étend mieux que la silicone et ne dégage pas de mauvaises odeurs. Choisissez un scellant de bonne qualité ; les matériaux bon marché sont souvent difficiles à appliquer ou peu durables.
  • Posez des coupe-froids ou des rubans isolants à l’intérieur, au niveau de l’encadrement des portes et des fenêtres. Ils existent en mousse en uréthane à cellule ouverte et en gaine en polyéthylène, en caoutchouc et en PVC, en polypropylène… Ces produits doivent être posés en complément au calfeutrant en pate, car ils sont fragiles, peu efficaces à long terme et déconseillés pour la porte d’entrée principale.

Ces petits travaux amélioreront notablement l’étanchéité de la maison. Pour réduire encore plus vos factures d’électricité, il sera nécessaire de faire réaliser un test d’infiltrométrie par un professionnel. Ce test est le seul moyen fiable de détecter les fuites d’air, de les quantifier et de choisir l’intervention appropriée. Le programme RénoclimatMD de l’organisme gouvernemental Transition énergétique Québec (TEQ) peut vous offrir de l’aide pour la réalisation de vos travaux plus importants et vous permettre de maximiser vos économies.

Testez vos connaissances !

Chauffage : miser sur un confort à la carte

Saviez-vous qu’au Québec le chauffage compte en moyenne pour 50 % de la consommation annuelle d’énergie d'une maison ?

Maîtriser sa consommation avec des petits gestes

Pour s’assurer d’une bonne utilisation de l’énergie, il est conseillé d’adopter de bonnes habitudes de vie. Maîtriser sa consommation d'énergie, c'est aussi adapter son comportement. Voici quelques petites astuces pour économiser de l’énergie sans s’en rendre compte (ou presque) :

  • Réglez la température intérieure à 21°C ou 22°C. C’est généralement suffisant pour assurer un bon confort thermique. Diminuez la température de consigne de seulement un degré Celsius et vous pourriez réduire de 5 à 7 % vos coûts de chauffage.
  • Préférez un vêtement chaud à l’augmentation systématique de la température du chauffage.
  • Ne tentez pas de régler le thermostat à une température supérieure pour accélérer le réchauffement de la pièce. Ça ne fonctionne pas !
  • Abaissez la température de 2 °C la nuit et en sortant de chez vous. Vous pouvez faire de même pour les pièces inoccupées ; si la porte de la pièce reste fermée, cela permettra de réduire les coûts de chauffage sans nuire au confort.

Le choix incontournable : les thermostats électroniques programmables

Vous chauffez à l’électricité ? Les thermostats électroniques programmables sont incontournables pour optimiser le confort thermique tout en réalisant de belles économies d’énergie.

Votre thermostat est un modèle à molette (ou bimétallique) ? Il est conseillé de le remplacer par un modèle électronique, plus précis et plus efficace. Selon Hydro-Québec, on parle d’économies supplémentaires pouvant aller jusqu'à 150 $ par an ou 10 % des coûts de chauffage pour une maison de taille moyenne chauffée à l’électricité. Renseignez-vous sur le site Web d’Hydro-Québec pour pouvoir en profiter. Selon le thermostat choisi et l’emplacement de la maison, le prix de l’appareil peut être amorti en moins de deux ans.

Les modèles programmables permettent de régler automatiquement la température en fonction du moment de la journée (température plus basse la nuit) et du taux d’occupation (température plus basse en milieu de journée). Avant d’acheter un thermostat, assurez-vous qu’il sera compatible avec vos plinthes en vérifiant auprès du fabricant.

Les thermostats électroniques programmables sont incontournables pour optimiser le confort thermique tout en réalisant de belles économies d’énergie

Le choix techno : les thermostats intelligents

Vous êtes plus techno ? Les thermostats intelligents, connectés au Wi-Fi, seront un bon allié pour optimiser votre consommation d’énergie, pour un simple investissement variant entre 150 à 250 $. Parmi leurs fonctionnalités, les thermostats intelligents permettent   :

  • de suivre sa consommation en temps réel ;
  • de prendre conscience de ses habitudes ;
  • d’optimiser les réglages de la température.

Certains systèmes d’exploitation communiquent avec votre détecteur de CO et envoient une alerte à la détection d’une fuite de monoxyde de carbone, de fumée, de problèmes dans les systèmes ou appareils de chauffage, etc.

Le choix futuriste : les moniteurs intelligents

La technologie a été encore plus loin avec les moniteurs plateformes et autres thermostats innovants. En plus de faire un suivi de la consommation en temps réel, ceux-ci délivrent des conseils ciblés :

  • soutien à la détermination des budgets et des objectifs mensuels ;
  • repérage des appareils les plus énergivores et importance des charges fantômes ;
  • évaluation de l’empreinte carbone.

Mieux, ils permettent de réduire à son minimum la consommation lors des pointes et proposent même des défis hebdomadaires. Les moniteurs contribuent encore plus aux économies totales s’ils sont couplés avec des thermostats intelligents. C'est en visant cette opportunité qu'd’Hydro-Québec a lancé la filiale Hilo, un service de maison intelligente clé en main.

L’efficacité des moniteurs intelligents a été démontrée par des études, qui indiquent que les économies d'énergie (et donc financières) peuvent aller jusqu’à 30 %, rien qu’en adoptant de meilleures pratiques par suite des données transmises. Un bon moyen de rentabiliser l’investissement de 250 à 600 $, selon les options choisies. Consultez les douze modèles disponibles au Canada que nous avons répertoriés.

Testez vos connaissances !

Électricité : chasser les charges fantômes

Ce n’est pas parce qu’ils sont éteints que les appareils électriques ne consomment pas ! La plupart de ces appareils vous coûtent de l’argent même si vous ne les utilisez pas : c’est ce qu’on appelle les « charges fantômes ». Par exemple, lorsque le four à micro-ondes est inactif, ce sont environ 3 W qui sont consommés en continu.

Comment cela est-il possible ? Être éteint ne signifie pas être hors tension. C’est le mode veille qui est en cause : le voyant lumineux des appareils électroniques en est le témoin. Télévision, cafetière, mélangeur, console de jeux… Une habitation compte en moyenne de 20 à 40 appareils qui génèrent des charges fantômes.

Trucs pour éviter les charges fantômes. Ce n’est pas parce qu’ils sont éteints que les appareils électriques ne consomment pas !

La dépense occasionnée n’est pas négligeable : ces charges représentent en moyenne de 5 à 10 % de la facture d’électricité. Une consommation inutile dont on se passerait bien ! Voici quelques trucs pour limiter ces charges :

  • Privilégiez les équipements homologués ENERGY STAR. Cette certification assure des économies d’énergie jusqu’à 50 % en mode veille sans compromis sur le plan du rendement. Notez aussi que certains types d’appareils, comme les téléviseurs et les produits  compacts, sont désormais réglementés et ne consomment pas plus de 0,5 W lorsqu’ils sont éteints.
  • Débranchez vos appareils après utilisation et rebranchez au besoin les petits équipements comme la cafetière, le micro-ondes, le rasoir électrique, la brosse à dents électrique, le lecteur DVD, la console de jeux, etc.
  • Débranchez également vos chargeurs, celui du téléphone cellulaire, par exemple ! C’est plus pratique, car ils peuvent consommer de 1 à 3 W en continu, même si rien n'y est connecté.
  • Branchez vos appareils sur des multiprises, qui permettent de débrancher plusieurs équipements d’un coup. Autre bonne option : les barres d’alimentation munies d’un interrupteur à actionner à chaque fin d’utilisation.
  • Choisissez le mode économie d’énergie, qui est disponible pour certains produits comme les fours et les micro-ondes. Ce mode désactive des affichages inutiles.
  • Ajustez l’utilisation de votre ordinateur : choisissez les options d’alimentation optimales et utilisez le mode veille prolongée ou l’arrêt lorsque l’appareil est inactif, même la nuit.

Il y a beaucoup d’avantages à opter pour les consommations d’énergie en mode veille. En plus des économies d’énergie, cela permet de ralentir la perte d’autonomie des batteries, de réduire l’usure des appareils et d’éviter que les équipements ne soient endommagés lors d’une surtension importante du réseau. Renseignez-vous sur la consommation en mode veille sur le site Web d’Hydro-Québec.

Testez vos connaissances!

Testez vos connaissances pour économiser de l'énergie cet hiver

Découvrez les conseils d’Hydro-Québec pour Mieux consommer!