La corde à linge. Tellement gagnante ! © Jason Briscoe, Unsplash

Cordes à linge, sécheuses et autres idées pertinentes pour sécher son linge

Écohabitation 18 juin 2018 14:26
Lydia Paradis Bolduc

Du linge qui sèche au soleil, ça sent tellement bon! Étrangement, ce n’est pas légal partout. On vous en parle, et on traite aussi des alternatives pour vos vêtements.

100 % d’économies d’énergies, détérioration des fibres moins rapide et en plus, ça sent bon ! L’été, étendre son linge à l’extérieur permet également d’éviter de chauffer inutilement la maison (la sécheuse dégage beaucoup de chaleur). Gagnant, même si ça prend un peu plus de temps de manutention.

 

Étrangement, la classique corde à linge n’est pas la bienvenue partout. Certaines copropriétés, tours à condos, quartiers et municipalités l’interdisent. Certains lieux prohibent même les sèche-linges sur pieds sur le balcon! Les raisons? C’est disgracieux, ça réduit la valeur de la propriété, ou encore si on accepte le séchage sur les balcons on devra accepter n’importe quoi… Bref toutes « d’excellentes » raison (non !).

 

© Erik-Jan Leusink , Unsplash

Que peut-on faire ?

 

Premièrement, les municipalités, et même la province, devraient s’en mêler. Comme l’a fait l’Ontario il y a plus de dix ans en adoptant une loi qui empêchait de bannir les cordes à linge. Aux Etats-Unis, le mouvement Right-to-Dry a poussé de nombreux États à adopter des lois interdisant… l’interdiction !

En Oregon, une loi de 1979 stipule même que toute restriction au rayonnement solaire comme source énergétique est inapplicable. Une avenue intéressante non ?

Une autre voie réside dans les entités privées. Chaque association est la mieux placée pour prendre ces décisions, les conseils sont par ailleurs élus pour servir les meilleurs intérêts de la communauté dans son ensemble. Faites valoir votre point ! Si un grand pourcentage des copropriétaires veut faire changer un règlement, il pourra sans doute y arriver. Il suffit de bien encadrer la réglementation. Par exemple, une législation pourrait stipuler que les cordes à linge ne doivent pas interférer avec l’entretien des biens, ou être posées à l’avant, par exemple.

Vous êtes chanceux et pouvez en poser une? Elle vous coûtera entre 500 et 2 000 $ pour l’installation, selon l’étage et le matériau choisit pour le poteau. Ceci dit, une sécheuse vous coûtera à l’achat entre 650 et 1 500$, et de l’énergie chaque année (environ 50 $ annuellement). C’est donc encore gagnant.

Impossible pour vous ? Pas de panique, votre linge peut sécher autrement.

 

LES SÉCHOIRS À PLAT

Si vous avez un taux d’humidité plutôt bas dans la maison, sous la barre des 35-40 %, faire sécher votre linge sur un support à l’intérieur est une excellente idée. Par contre, c’est déconseillé dans une pièce où l’humidité est trop élevée (on veut éviter le développement des moisissures à tout prix). On peut également poser ces séchoirs à l’extérieur, été comme hiver (si vous n’êtes pas aux prises avec un règlement qui vous en empêche, bien entendu).  

LES ARMOIRES SÈCHE-LINGE

Elles sont surtout utilisées dans les maisons en autonomie énergétique, mais également dans des municipalités où les lois empêchent les cordes à linge. Le principe est simple, on place les vêtements dans une penderie munie d’un ventilateur qui les sèche, puis l’air, humide, est évacué vers l’extérieur.

Ces armoires à air chaud qui circule permettent le séchage des vêtements en trois à quatre heures. Au Canada, ces armoires ne sont pas commercialement disponibles. Elles sont construites sur mesure, mais sont de plus en plus populaires.

Mais restez à l’affût ! Il se pourrait qu’elles fassent leur entrée au Canada dans l’année à venir (2018-2019)!

 

LA SÉCHEUSE CLASSIQUE

C’est l’électroménager qui consomme le plus dans la maison. Environ 900 kWh/an, soit 34 % de la consommation énergétique totale des électroménagers (cuisinière 20 % et frigo 17 %, même s’il fonctionne en continu).  

Notez toutefois que de l’utiliser hors des pointes de consommation, soit n’importe quand en dehors des heures de repas et des périodes de grands froids hivernales, a très peu d’impact environnemental, comme la source est hydro-électrique.

© Ecohabitation

La choisir: Regardez l’étiquette ÉNERGUIDE et optez pour un modèle qui consomme moins (avec la cote la plus faible). Les modèles avec capteur qui arrête l’appareil lorsque les vêtements sont secs est toujours très gagnant. Évitez les modèles compacts et verticaux laveuse/sécheuse. Ils sont moins durables.

L’entretenir: Nettoyez le filtre à charpie à chaque brassée et dégagez la sortie extérieure régulièrement. Il est important de ne pas lésiner sur la qualité du clapet. Un clapet métallique bien étanche et isolé évitera que l’air et l’eau n’entrent dans le conduit.

La réparer plutôt que la changer: Comme nulle ne possède l’étiquette ENERGY STAR, il ne sert à rien de la changer. Il sera plus écologique de la faire réparer, si possible. Vous êtes un peu manuel ? J’ai réparé la mienne grâce à Youtube… et ainsi sauvé bien des sous !

Bon à savoir: Si on veut vivre en autonomie, on oublie le sèche-linge. Il consomme trop et les modèles au gaz sont vraiment trop dispendieux.

 

Des questions qu’on nous pose souvent

Est-ce que je peux combiner le conduit d’évacuation à une autre sortie existante?

Non. Pour être conforme au code du bâtiment, le conduit d'extraction de la sécheuse doit être indépendant des autres systèmes. Aussi, on ne pose jamais la sortie dans les soffites. On la fait sortir par le plus court chemin, en évitant les coudes, dans un mur extérieur.

Est-ce que la chaleur peut être récupérée par le VRC?

Non plus. Surtout pour des raisons de sécurité, liées entre autres aux résidus mousseaux des vêtements qui pourraient créer des incendies et compliquer l’entretien des VRC.  

Pourquoi ne pas évacuer l’air chaud de la sécheuse à l’intérieur, l’hiver?

D'abord, parce que l'air de la sécheuse renferme une importante quantité de poussières et qu'il n'est pas souhaitable de voir ces dernières se retrouver à l'intérieur. Ensuite, parce que le risque de faire grimper le taux d'humidité relative dans la maison (entraînant des problèmes de condensation et de moisissure) est bien réel. En effet, pas moins d'un gallon d'eau est en moyenne retiré de chaque brassée de lessive. Les problèmes engendrés par un mauvais contrôle de l'humidité n'en valent pas la chandelle !

FINALEMENT, LA SÉCHEUSE THERMOPOMPE

Elle est encore peu connue ici, mais de plus en plus de modèles font leur entrée en Amérique. Sans pour autant détrôner la bonne vieille corde à linge, la sécheuse thermopompe réserve beaucoup de bonnes surprises.

La première est l’efficacité énergétique. Grâce à la pompe à chaleur, cette sécheuse arrive à une consommation d’environ 20 à 60 % de moins que la sécheuse classique. La deuxième est la possibilité de se passer du fameux conduit de sécheuse, qui représente des problèmes constants de durabilité de l’enveloppe et aussi de pertes énergétiques.

Embout de la sécheuse à condensation, à insérer dans le drain
© Ecohabitation

 

Fonctionnement

Au lieu d’expulser dehors l’air chargé en humidité, la sécheuse thermopompe le refroidit avec un échangeur de chaleur jusqu’à faire condenser la vapeur d’eau. On évacue alors cette vapeur sous forme liquide, par la plomberie. L’air ainsi délesté de son humidité est (re)circulé dans la sécheuse pour un autre cycle, jusqu’à ce que le linge soit sec. Ça permet de réduire les besoins d’électricité pour le chauffage de l’air dans la sécheuse et éviter d’envoyer l’air chaud à l’extérieur (ce qui représente de vraies pertes en hiver !).

Le prix actuel de cet appareil est par contre très élevé (environ 2 000 $). Même si les économies d’énergie par rapport aux sécheuses conventionnelles sont importantes, le surcoût à l’achat l’est également. Le temps de retour sur investissement actuel est ainsi de plusieurs dizaines d’années.

 

La sécheuse à condensation utilise la température de la pièce pour condenser la vapeur. Ça prend du temps, le linge sort toujours un peu humide, mais l’option est tout de même globalement plus efficace que la sécheuse classique. Aussi, elles abiment moins le linge.

Plus efficace, la sécheuse thermopompe utilise les principes de la sécheuse à condensation, mais en lui ajoutant un élément thermopompe additionnel, ce qui optimise le cycle de condensation et de séchage.

 

Pour en savoir plus sur la sécheuse à condensation et la sécheuse thermopompe, voir l’excellent article de mon collègue Benjamin Zizi, ou encore cet article.

Commentaires (0)

Rechercher...