Sous-sol, mur parfait ou comment isoler les fondations ©Randy Pertiet, sous licence CC

Top 3 des meilleures pratiques pour un sous-sol en climat froid

Lorsqu’on pense au sous-sol, on se questionne généralement sur son utilité, la finition des planchers, le look de la salle de bain... Mais on oublie les défis incontournables auxquels il fait face : humidité, fluctuation des nappes phréatiques, chocs ther

Écohabitation 19 juin 2014 00:00
Mike Reynolds (Ecohome), traduit et adapté de l'anglais par Lydia Paradis-Bolduc

Les sous-sols sont généralement sous isolés ou pas isolés du tout et, lorsqu’ils le sont, ils ont presque toujours de l’humidité emprisonnée dans leurs murs. Cela conduit à de la condensation, puis à la croissance de moisissures. La matière organique présente dans les sous-sols (montants de bois et gypse, par exemple) finit plus souvent qu’autrement en décomposition.

Écohabitation vous présente ici trois assemblages muraux qui sont, selon nous, les mieux conçus et les plus durables. Ils limitent l’infiltration d’humidité tout en permettant à l’eau contenue dans les matériaux de construction de s’échapper, sans causer de dommages au bâtiment et ce, pour toute sa durée de vie. Mode d’emploi.

Top 3 des meilleures pratiques pour isoler en climat froid 

Isolation des fondations par l'intérieur
CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR L'AGRANDIR 
© Gergana Gatina et Roxane Duguépéroux, pour Écohabitation

1. ISOLER PAR L'INTÉRIEUR

La méthode : 

  • uréthane giclé sur toute la surface du mur (agit comme bris thermique et pare-vapeur)
  • Un mur de 2x4 avec des matelas de laine de roche insérés dans ses cavités
  • Une cloison sèche avec une finition de peinture au latex (agit comme frein à la vapeur)

L’isolation du sous-sol par l’intérieur constitue généralement l'option la moins chère et la plus courante. Cette méthode permet de traiter plus facilement les problèmes thermiques qui peuvent survenir à la jonction des murs, ainsi qu’à la jonction des semelles et des murs de fondation.

N.B. Pour cette méthode d’isolation, il est impératif d’avoir une protection extérieure adéquate contre l’humidité, sans quoi elle pourrait migrer vers l'intérieur. La laine de roche n'est pas sensible à l'humidité, mais la situation pourrait entrainer une demande en chauffage ou en climatisation supplémentaire. Un déshumidificateur peut aider à maintenir un niveau d'humidité adéquat, mais nous vous conseillons tout de même de consulter notre page sur la rénovation par l'extérieur des sous-sols existants

 

Isolation des fondations par l'extérieur
CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR L'AGRANDIR 
© Gergana Gatina et Roxane Duguépéroux, pour Écohabitation

2. ISOLER PAR L'EXTÉRIEUR

La méthode :

  • Des panneaux de fibrociment et du crépi au-dessus du sol
  • 4 pouces de polystyrène expansé*
  • Une membrane élastomère et/ou un tapis de drainage en plastique alvéolée.

Éviter l'utilisation seule d'un enduit goudronné car celui-ci n'est pas résistant aux mouvements. Si le béton craque ou bouge, une infiltration est possible.

L’isolation des murs de fondation par l’extérieur est moins fréquente, en raison de coûts plus élevés que cette méthode peut entraîner. Cependant, en isolant les murs de sous-sol par l’extérieur, il est possible de prévenir l'exposition des murs au cycle gel/dégel saisonnier, un « choc thermique » qui peut provoquer la fissuration des fondations. Cette pratique permet également de garder le béton au chaud, en été. Par exemple, si l’air ambiant est à 23ºC et que le béton n’est pas isolé, il peut atteindre un point de rosé, ce qui augmente les risques de condensation à sa surface. Finalement, cette pratique permet aussi de libérer de l’espace dans les pièces de vie. 

 

Isolation des fondations par l'extérieur et l'intérieur
CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR L'AGRANDIR 
© Gergana Gatina et Roxane Duguépéroux, pour Écohabitation

3. ISOLER PAR L'INTÉRIEUR ET L'EXTÉRIEUR : LA MEILLEURE PRATIQUE

La méthode : 

  • Des panneaux de fibrociment et du crépi au-dessus du sol
  • 3 pouces de polystyrène expansé*  (2" peuvent suffire, mais 3" est l'idéal)
  • Une membrane élastomère et/ou un tapis de drainage en plastique alvéolée. 
  • 2 pouces d’isolant en panneau - laine de roche ou polystyrène expansé* - posé contre le mur de béton intérieur
  • Un mur de 2x4 avec des matelas de laine de roche insérés dans ses cavités
  • Une cloison sèche avec une finition de peinture au latex

Éviter l'utilisation seule d'un enduit goudronné car celui-ci n'est pas résistant aux mouvements. Si le béton craque ou bouge, une infiltration est possible.

L’isolation des murs de fondation par l’intérieur et l’extérieur est une méthode peu répandue, compte tenu des coûts associés. Il s'agit toutefois de la meilleure pratique, et de loin. Elle permet d’obtenir des niveaux de performance et de durabilité optimaux, ce qui réduit les pertes de chaleur et les coûts associés. En augmentant la température du béton, ou de la surface de condensation, cette pratique contribue également à réduire les problèmes de moisissure.

L’image ci-dessous présente les variantes thermiques d'un sous-sol isolé sur ses deux côtés. La valeur R s’élève à R-40. Notez l’absence de ponts thermiques et la stabilité des températures, malgré une différence de 40 degrés entre l’intérieur et l’extérieur. L’investissement pour rester au chaud en vaut le coût!

© Ecohome

EXONÉRATION DE RESPONSABILITÉ

ÉCOHABITATION n’offre aucune garantie quant aux résultats des travaux entrepris par les propriétaires sur la base des informations contenues dans cet article. De plus, ÉCOHABITATION n’assume aucune responsabilité pour tout dommage, blessure ou perte subis à la suite de tentatives de reproduction d’une ou de plusieurs idées de construction ou rénovation résidentielles qui figurent ici. Avant d’entreprendre tout projet de rénovation résidentielle, il est de votre responsabilité de consulter des entrepreneurs qualifiés, des professionnels experts et les autorités compétentes, afin de vous assurer de la faisabilité du projet. Il est également de votre responsabilité de vous assurer que la réalisation des travaux est conforme aux règles de l’art, ainsi qu’à la législation et la réglementation en vigueur. 

Rétention de la chaleur plutôt que production

©  Zabelproject

À l’heure actuelle, il y a peu de consensus sur les modes de conception, les matériaux ou les niveaux de performance optimaux des sous-sols. Cela pourrait expliquer en partie le fait que nombreux sont ceux qui doutent de l’utilité d’un sous-sol durable et performant. Nous semblons nous être accoutumés, en climat nordique, aux sous-sols humides, moisis et insuffisamment isolés.

Écohabitation et son pendant anglophone Ecohome favorisent autant que possible une philosophie de rétention de la chaleur plutôt que de production. Malheureusement, les coûts supplémentaires liés à une isolation adéquate du sous-sol ne font généralement pas partie de l’équation lors du calcul des économies mensuelles, sans compter qu’un sous-sol bien conçu et bien isolé aura une durée de vie beaucoup plus longue et nécessitera moins de réparations.

Un des avantages les plus fréquemment négligé d'une bonne isolation, c'est la résilience. Ceux qui ont des maisons peu isolées l’ont bien vu en hiver extrême : le froid glacial a pénétré la maison et ne s’en est plus échappé pendant des mois, créant un inconfort constant… Sans parler de la facture d’Hydro-Québec très très élevée ! Les maisons qui conservent mieux la chaleur peuvent offrir un plus grand confort pour une plus longue période de temps dans de telles situations, même en cas de pannes de longues durée.

Quelques sujets de préoccupation pour tous les murs

Boudins et espaceurs, ©  floodsill.com

Boudins et entretoises «espaceurs». En insérant des boudins ou des morceaux de styromousse découpé sous la lisse d’assise du mur en bois, on peut ainsi la soulever. En cas d’inondation mineure, le bois suspendu ne touchera donc pas à la dalle et l’eau pourra passer sous les murs sans les abimer.

Isoler adéquatement la dalle. Une grande partie de la chaleur de la maison est perdue via un sous-sol mal isolé, notamment sous le plancher de la dalle. Les niveaux d'isolation optimaux sous la dalle varient selon la région et le climat, mais aussi selon les conditions de chantier et des sols. Afin d’économiser de l'argent et de l'énergie, nous recommandons un minimum de R-20 sous la dalle (pour un climat canadien près des zones frontières). Des niveaux accrus sont recommandés pour les régions plus au nord.

 
Laine de roche ou polystyrène expansé
à l'extérieur ©  Roxul

À l’extérieur, optez pour la laine de roche ou le polystyrène expansé*. Ces isolants ne sont pas affectés par l’humidité. Posés sur les murs extérieurs, ils peuvent être maintenus en place par le remblais et fixés au sol grâce à des panneaux de fibrociment accrochés aux murs de fondations.

Avec ou sans isolation extérieure, le béton intérieur pourrait transférer son humidité aux composantes murales, soit en séchant ou lors de condensation sur le béton froid. La fibre de roche n’étant pas affectée par l'humidité, l'eau s'écoulera au travers et elle conservera tout de même sa valeur R initiale.

© Ecohome

Favoriser un bon drainage. Peu importe l'endroit, ou le type d'isolation, les murs de fondation doivent être bien protégés des eaux souterraines. Un bon drainage assurera la durabilité des matériaux et limitera les risques de moisissure dans votre sous-sol. Un drain français (de dispersion ou périmétrique) à la base de la semelle de fondation est donc nécessaire. En les recouvrant de gravier ou de granulat, cela permettra de drainer adéquatement l’eau. Une membrane géotextile posée sur le granulat empêchera finalement le passage des sédiments. Un plus : prévoir un regard de nettoyage pour un entretien facilité à long terme. Pour en savoir plus sur le drainage de l’eau autour des fondations, c'est ici

Un drain de surface est une mesure de protection efficace, surtout si vous avez une toiture métallique. Ne possédant pas de gouttière, ces toitures déversent l’eau de pluie et de la fonte des neiges autour de la maison, directement au niveau des fondations.  

 
Connexion bois/béton à éviter
©  Ecohome

Éviter toute connexion bois/béton. Il faut près de cinq ans à des fondations de béton pour qu’elles sèchent complètement et ce, seulement si elles sont complètement isolées de l'humidité et de l’eau présents dans le sol. Si la connexion entre le béton, poreux, et les éléments extérieurs n’est pas rompue, les murs ne sècheront jamais et continueront d’absorber l’humidité. Lorsqu’on doit encadrer les fenêtres et les portes, la pratique courante est d’incorporer le bois directement au béton. Cette méthode rend par contre le bois à risque de pourriture. Même si votre sous-sol est totalement étanche, le bois agira comme une éponge et absorbera toute l’humidité disponible dans le béton. 

Isoler les solives de rive. C'est un endroit très difficile à isoler et à étanchéiser. Vaporiser de la mousse de polyuréthane à ces jonctions problématiques est l'une des solutions les plus communes et appréciées. Même si cela permet d’assurer que les ponts thermiques sont coupés, il reste que l’uréthane giclée n’est pas un produit très écolo

Heureusement, il existe une autre façon de procéder, tout aussi efficace. Lors de la construction, il faut construire la plateforme légèrement en retrait. Ceci permet de poser un isolant rigide à l’extérieur de la solive de rive (ne pas oublier de faire un bon travail d’étanchéité à l’air du côté externe du mur). 

Capillarité ©  Delta
N.B. La bonne pratique est de faire
descendre la membrane jusqu’en
bas et la faire terminer au dessus
du drain. 

Mettre en place des coupures capillaires. Le bas des semelles n’est généralement pas protégé de l'humidité. L'inclusion d'une coupure capillaire entre les semelles et les fondations empêchera l'humidité de pénétrer par capillarité dans le béton. Il existe des membranes dédiées à cette fonction précise, mais une feuille de polyéthylène de 6 mil (millièmes de pouces) fait très bien l’affaire, à moindre coût. (La capillarité est un phénomène physique par lequel un liquide tend à passer à travers un corps poreux). 

Isoler les murs d’ossature avec un isolant en matelas. Encore une fois, nous vous recommandons la laine de roche; pour sa plus valeur R légèrement supérieure, son contenu recyclé et surtout, sa haute résistance à l’affaissement lors d’exposition à l'eau. Toutefois, puisque les risques de moisissure sont plus faible près du mur d’ossature que près du mur de béton, un matelas en fibre de verre est une alternative acceptée.

Installer un pare-air et un pare-vapeur. Afin de protéger les maisons contre l'infiltration de radon, le pare-vapeur sous la dalle doit être manipulé avec soin et bien scellé (avec un scellant acoustique). Porter une attention particulière aux divers points de pénétration et le long de la base du mur de fondation.

Éviter le pare-vapeur à l’intérieur. Bien que ce soit une pratique courante (voir Code de Construction du Québec, section 9.25.4), la pose d'un polyuréthane derrière le gypse sur les murs de fondation est déconseillée. C’est une solution intéressante au-dessus du niveau du sol, puisqu’elle permet aux murs de sécher vers l’extérieur, mais cela est impossible au sous-sol. Si vous ouvrez un mur de sous-sol, vous verrez et constaterez généralement de nombreux problèmes liés au fait que l'humidité a été emprisonnée. La peinture au latex (ou un pare-vapeur primaire) est donc plutôt recommandée à ce stade (et satisfait au Code). 

Faire une analyse du type de sol. Aux extrêmes on retrouve, d'un côté, la sol de gravier très rocailleux, et de l'autre, le sol argileux. Plus le sol a des caractéristiques argileuses, plus les différentes étapes d'isolation et de drainage à l'extérieur des fondations sont importantes. Pour une maison construite sur un sol en de gravier bien tassé, il sera moins important de poser la membrane élastomère, par exemple. 

© Esther Westerveld et photonate.com sous licence CC. Montage Écohabitation. 

*Polystyrène expansé et non extrudé. Connu sous le nom de « styromousse rigide », « mousse bleue », ou « isolant rose ». le bilan écologique du polystyrène extrudé est mauvais. À proscrire!

Commentaires (13)

pierre-luc 6 juillet 2014 08:31

Pas de pare vapeur a l interieur ????? si je ne m abuse, l humidité relative, arrêté part le pare vapeur avant le point de rosé,ne peux alterer les materiaux puisqu' elle reste du coté chaud de l enveloppe .
Pour ma par l automne passé j ai isolé comme vous le mentionné, meme un peut plus ( 1" d isolant rigide R5 (scellé tant entre les feuilles que pour l encrage), 5" 1/2 de laine de rocheR27 en natte entre les 2x4 installé au 24" c@c, gypse 1/2. RESULTAT: j enleve mon gypse cet été pour mettre un pare vapeur en arriere du gypse. J ai eu de la condensation sur tout mon isolant rigide .

Écohabitation 8 juillet 2014 09:10

Poser un pare-vapeur à l'intérieur équivaut à créer un piège à humidité. Les murs hors-sol peuvent évacuer la vapeur à l'extérieur, ce qui n'est pas le cas des fondations. Rappelez-vous également que le béton peut prendre jusqu'à 5 ans à sécher, ce qui peut expliquer votre condensation. Si vous posez un pare-vapeur, cette humidité provenant du béton restera emprisonnée dans vos murs.
L'important ici est de couper tout mouvement, toute fuite d'air. Boucher, calfeutrer toute les fuites d'air dans votre mur devrait régler le problème car une mini fuite entraînera avec elle beaucoup d'humidité, qui pourra alors condenser. Une fois le mur bien calfeutré, vous pouvez toujours appliquer une peinture pare-vapeur directement sur le gypse si vous le désirez.

mathieu lacoursiere 30 août 2014 20:56

Bonjour,

Ma question est en lien avec le point 3. ISOLER PAR L'INTÉRIEUR ET L'EXTÉRIEUR : LA MEILLEURE PRATIQUE

J'aimerais que vous développiez un peu plus au niveau de l'explication.
1)Quelles sont les avantages à isoler par l'intérieur ET l'extérieur comparativement à l'isolation extérieure seulement?
Est-ce que l'isolation extérieure seulement offre des niveaux de performance et de durabilité comparable à l'isolation extérieure ET intérieure?
2)Si l'isolation extérieure ET intérieur est la meilleure option, quel est le rapport optimal entre les valeurs d'isolation (R) extérieure et intérieure (R15-R10? rapport 1.5?)?
3)J'aimerais aussi savoir quel est le niveau d'isolation requis pour le sous-sol car ci-haut vous écrivez R20 pour l'isolation extérieur et R25 pour l'isolation Intérieur et extérieur.

merci

Écohabitation 2 septembre 2014 15:56

Bonjour Mathieu,
Pour des questions plus techniques sur les sujets abordés dans nos actualités, veuillez vous référer à notre service d'assistance La Ruche : http://www.ecohabitation.com/assistance/
Vous pourrez reposer votre question à la fin septembre; le service La Ruche devrait avoir repris.
Cordialement,
Laurence C. Desrosiers, Écohabitation

le gars qui est ecoeurer 6 novembre 2014 22:55

Tout le monde baratine n'importe quoi
Polyethylene (pare vapeur ) sur les murs interieur du sous-sol de fois oui ,defois non.
Polyhurethane gilcler a cellule fermer ces bon pas ecologique et sa dure en moyenne 30ans apres degage de l' amoniac tout le monde va crever .
Panneau de styromousse extruder defois cest bon, defois cest pas bon, a lexterieur des fondations parce que sa peux creer de moisissure
Tabarnaque y a t'il quelqu'un qui si connait vraiment.

Écohabitation 11 novembre 2014 11:55

Bonjour,
Nous comprenons votre frustration. En effet, il arrive d'être confronté à des avis contradictoires. Nous pensons humblement nous y connaître. Notre conseil : vous suggérer de vous inscrire à notre formation Rénovation écologique, donnée ce samedi 15 novembre 2014 à Montréal. Toutes les infos : http://www.ecohabitation.com/formations/cours/renovation-ecologique
Cordialement,
Laurence C. Desrosiers, pour Écohabitation

Annie-Pierre 7 janvier 2015 23:58

Bonsoir,

On entend partout qu'il faut mettre un pare-vapeur entre l'isolant et le gypse. CAA écrit "Doit toujours être recouvert d’un pare-vapeur du côté chaud de la surface isolée" (référence : https://www.caaquebec.com/fr/a-la-maison/conseils/capsules-conseils/conseil/show/sujet/isoler-les-fondations-en-beton-par-linterieur-du-sous-sol/). Ici, vous ne le mentionnez pas dans la section 1 et vous expliquez pourquoi dans la section 3 (je vous proposerais de laisser votre explication dans la section 1, votre omission serait plus facile à comprendre). Donc, vous le déconseillez vivement en mentionnant que "Les études sont concluantes à ce sujet : un pare-vapeur à l’intérieur des murs au niveau d’un sous-sol empêchera les matériaux de sécher. À éviter à tout prix !" C'est vraiment dommage que vous ne citiez pas lesquelles... ou au moins la plus pertinente! Comme en juger si nous n'avons pas vos références?

De plus, il est connu que la laine minérale absorbe l'humidité et qu'on devrait éviter de la coller sur le béton ou alors installer un pare-eau (différent du pare-vapeur) sur le béton (recommandation de l'Agence de l'efficacité énergétique du Québec : http://www.efficaciteenergetique.gouv.qc.ca/fileadmin/medias/pdf/isolation_fondations.pdf). C'est pourtant ce qui est proposé ici pour l'isolation par l'intérieur (point 1). Je ne comprends plus rien! Une telle construction n'est-elle pas promise à la condensation sur le béton et à son absorption par la laine minérale résultant en humidité dans le sous-sol et moisissures avec le temps?

De fait, vos recommandations ne me convainquent pas à la lumière de mes démarches actuelles.

Écohabitation 20 janvier 2015 17:39

Bonjour,

Les connaissances en matière de bâtiments évoluent rapidement. Nos sources proviennent en partie d'institutions américaines qui sont à l'avant-garde de cette science complexe, par exemple BuildingGreen et greenbuildingadvisor, pour ne nommer que les plus connues. Plus près de nous, le Code de Construction du Québec (de la RBQ, Code sur lequel doit se baser toute nouvelle construction) agit comme référence pour la base de tout ce que nous publions. Ceci dit, il mentionne effectivement la pose d'un pare-vapeur dans les murs, planchers et plafonds (voir la section 9.25.24 du nouveau Code). Notez que de notre côté, pour la rénovation du sous-sol par l’intérieur, nous proposons de gicler de l’uréthane sur toute la surface. L’uréthane giclé EST un pare-vapeur! L’important ici est qu’il sépare alors le bois et l’isolant du béton. Et c’est la clé! En effet, il faut faire attention de ne pas emprisonner l'eau sur les matériaux organiques, tels que des planches, poutres ou fourrures de bois, par exemple. En ce cas, l'important sera de permettre à l'eau de sécher, ce qui ne sera pas le cas si vous posez un pare-vapeur du côté chaud. Par contre, vous pouvez très bien poser une membrane pare-eau ou pare-vapeur directement contre le béton (en remplacement de l’uréthane giclé), puis les fourrures de bois, puis l'isolant. Le béton n'est pas sensible à l'humidité ou à l'eau, il pourra résister. L'idéal est, bien entendu, de protéger ce dit béton via l'extérieur, si vous y avez accès.

Au final, si vous tenez à poser un pare-vapeur le plus près du côté chaud possible afin de satisfaire au code (dans le cas d’une nouvelle construction) notre recommandation est d’utiliser une peinture pare-vapeur. Cela respectera tout de même le code.

Pour ce qui est de votre questionnement sur la laine minérale, faites attention de ne pas confondre la fibre de verre et la laine de roche. La première est sensible à l'eau alors que la seconde ne l'est pas. En fait, la laine de roche est particulièrement résistante à l'eau et l'humidité ce qui la rend très intéressante au sous-sol.

Pour ce qui est de citer nos sources, vous avez absolument raison. Il s'agit ici d'un article traduit pratiquement textuellement de notre petit frère anglophone EcoHome et nous avons omis de citer les sources de ce dernier. Nous tâcherons d'y voir à l'avenir.

Merci de votre intérêt et bons travaux !

André 3 mars 2015 10:15

Je dois refaire mon sous-sol suite à une contamination à la moisissure. Un drain français, une membrane élastomère et un isolant rigide de 2'' à l'extérieur ont été installés ainsi qu'un puits de captation et une pompe à l'intérieur. J'ai un système de chauffage avec des radiateurs à l'eau chaude que je tente de garder. La tuyauterie vient du plancher de l'étage, descend le long du mur de fondation intérieur pour rejoindre les radiateurs. Lors de la reconstruction des murs intérieurs, selon la méthode proposée, quel est la distance à respecter entre le radiateur et la laine de roche? Les conduits d'eau chaude peuvent t'ils passer dans le murs?

Merci

Écohabitation 3 mars 2015 11:14

Bonjour,
Merci de poser vos questions techniques à notre service d'assistance La Ruche : http://www.ecohabitation.com/assistance/
Bonne journée!

JosMet 8 mars 2015 18:19

Bonjour, Je viens d'acheter un duplex à l'automne dernier et la structure semblait en parfait état lors de l'achat. Cet hiver, le gel est descendu sous la semelle et a soulevé une partie du bâtiment ce qui a lézardé la brique à deux endroits rendant l'ouverture de la porte difficile. Après avoir fait faire un creusage exploratoire, j'ai donné un contrat pour faire installer un drain à l'extérieur(actuellement il n'y en a pas)étanchéiser la fondation par membrane giclée et installer des margelles sous les fenêtres avec drain. Je compte également isoler la fondation de l'intérieur. De plus, en creusant, nous avons constaté que le bâtiment était sur de la glaise vive. Voici mes questions: Devrais-je isoler la semelle pour éviter tout autre soulèvement? Dois-je isoler la fondation sous la margelle puisque le gel risque de descendre encore plus bas à cet endroit? Devrais-je faire enlever la glaise et la remplacer par du sable? Quel serait la solution acceptable et efficace sans y laisser toutes mes économies?

Écohabitation 9 mars 2015 09:38

Bonjour,
Merci de poser vos questions techniques à notre service d'assistance La Ruche : http://www.ecohabitation.com/assistance/
Nos experts se feront un plaisir de vous répondre.
Bonne journée!

Pierre-Andre Mcinnis 9 mai 2018 09:31

Est-ce qu'une meilleure technique est connue à ce jour?

Rechercher...