Les ponts thermiques sont des zones de déperditions de chaleur aux travers de matériaux exposés à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du bâtiment. Ces éléments peuvent créer une issue directe à la chaleur. Ce phénomène est généralement dû à une conception déficiente, un manque d’isolation, ou un isolant mal posé. Pour éviter les importantes pertes énergétiques (et financières) provoquées par les ponts thermiques par temps froids, ou de se retrouver avec des problèmes de condensation dans les structures, il est essentiel d’assurer la continuité de l’enveloppe thermique du bâtiment, limitant du même coup les sources possibles de condensation, d’humidité et de moisissure… Mais ce n’est pas toujours évident.

Alors que de nombreux ponts thermiques peuvent être évités grâce à une bonne conception et une exécution adéquate, certains peuvent être plus difficiles à gérer, à cause de leur fonction structurelle, par exemple, comme dans le cas d’une charge imposée trop importante pour l’isolant. À ces endroits, les pertes par pont thermique peuvent être excessives.

Isolant FOAMGLAS® PERINSUL, conçu pour couper les ponts thermiques et résister à de lourdes charges © batiproduits

Le FOAMGLAS® PERINSUL offre une solution à cette problématique, grâce à sa capacité portante élevée. La résistance à la compression, la durabilité et la stabilité dimensionnelle du produit lui permettent d'être installé dans les zones porteuses structurelles d'un bâtiment (sur les fondations, sous les portes et rebords de fenêtres, sous les parapets des toitures plates) sans craindre qu'il ne bouge ou ne fléchisse. De fait, il peut supporter des charges très lourdes (deux étages au-dessus). Ainsi, le produit est particulièrement bien adapté à la construction en maçonnerie ou à l’ossature bois.

Cet isolant en verre cellulaire incorporé à la maçonnerie agit comme un rupteur thermique au niveau des détails de jonction en maintenant la continuité de l'isolation tout en freinant les remontées par capillarité (protégeant les structures en bois contre la pourriture ou les composantes métalliques contre la corrosion). Il conserve sa forme, ne vieillit pas, bloque la pénétration du radon, est résistant aux rongeurs et n'absorbe pas l'eau. Le tout, en permettant un confort accru dans la maison.

Pont thermique créé entre
la brique et la fondation

Son coût est d'environ 20-25 $ du pied linéaire, selon la taille. Ce n'est donc pas donné, mais pour Emmanuel Cosgrove, directeur d'Écohabitation, c'est un produit révolutionnaire si on l'utilise avec la maçonnerie, et le coût en vaut totalement la peine:

« La brique doit toujours reposer sur quelque chose, comme du béton ou une cornière d'acier, ce qui demande des coûts supplémentaires importants. Mais surtout, beaucoup de froid est ainsi transféré vers le mur de fondation. Même s'ils sont isolés parfaitement (voir image à droite). Le bloc permet aussi d'éviter de construire une double fondation pour supporter la maçonnerie. Il permet donc d'utiliser la maçonnerie, sans compromis. Alors que les constructions en ville exigent généralement de poser des revêtements massifs qui résistent au feu, le PERINSUL est révolutionnaire ».

Salvator Ciarlo, directeur national chez Owens Corning Canada, le fabricant du FOAMGLASS, abonde dans le même sens: « Ceux qui veulent faire de la maçonnerie doivent toujours faire face à la problématique posée par le premier rang. Selon moi, les coûts en chauffage que le PERINSUL permet de sauver rentabilisent le coût d'achat, même s'il est élevé. Et ce, sans parler des problèmes potentiels de condensation qui sont alors évités. Surtout qu'on ne l'utilise pas partout, seulement aux endroits où l'isolation est problématique due aux problèmes de poids. »

À gauche, un pont thermique à éviter. Au centre en rouge, le FOAMGLAS PERINSUL qui coupe le pont thermique. À droite, vue en caméra thermique de l'absence de pont thermique qui en résulte. © FOAMGLAS, montage Écohabitation

Composition des produits FOAMGLAS®

Il ne faut pas se méprendre par le nom ; les produits FOAMGLAS® sont exempts de toute matière pétrolière et agent de gonflement. Il sont composés uniquement de verre recyclé (+ 60 %) et de matériaux bruts naturels (sable, dolomite, calcaire…). Totalement inorganiques (et donc insensibles à l’humidité), ces isolants ne contiennent ni retardateurs de flammes, ni agents de liaisons, ni COV, ni substance toxique. De même, ils ne dégagent aucune émission toxique en cas d’incendie.

Deux résistances, 90 dimensions modulaires

Disponibles en version S (Standard, en mauve) et HL (High Load, en vert), les blocs peuvent prendre 90 dimensions modulaires différentes : épaisseur de 5 à 15 cm, largeur de 7 à 36,5 cm, longueur standard de 45 cm (la hauteur dépend de la largeur, ne pouvant la dépasser).

FOAMGLAS® PERINSUL S (en mauve) et FOAMGLAS® PERINSUL HL (en vert)

Le FOAMGLAS® PERINSUL au banc d'essai

Écohabitation, avec Groupe TRÉMÄ et Owens Corning, a lancé le projet Mode de vie branché, qui vise à tester des maisons hyperperformantes couplées avec des voitures électriques. Les maisons prêtes pour le net zéro sont présentement en construction, et l’isolant FOAMGLAS® PERINSUL a été posé au-dessus des fondations, sous les murs de brique.

Les résultats, à venir, devraient être concluants, mais notons que le produit a tout de même été vérifié par l'évaluation technique européenne (ETA) et qu’il est par conséquent marqué CE.

Se le procurer

Le produit étant fabriqué en Europe, il faut prévoir entre 4 et 6 semaines pour la livraison, selon Tony Methot, représentant chez Crossroads Montréal. Ces derniers peuvent stocker le matériel sur commande, mais il sera plutôt difficile au particulier de se le procurer. Selon M. Methot, il faut en commander en grande quantité, et le FOAMGLASS PERINSUL est donc généralement utilisé au niveau commercial, ou pour des entrepreneurs qui construisent plusieurs bâtiments dans un même projet.