Cela va de soi, nous avons tous avantage à encourager les producteurs et les commerçants locaux: vigueur de l'économie et création d'emplois, souveraineté alimentaire, résilience, réduction des émissions de gaz à effet de serre… La liste des bonnes raisons d'investir dans notre propre agriculture est longue. Le mouvement ne date pas d'hier, les réseaux courts développés par la distribution de paniers bio, comme celui des fermiers de famille, datent de 25 ans. Les opportunités économiques, sociales et environnementales offertes par l'argiculture urbaine ont été saisies depuis presque 30 ans. Mais il aura fallu attendre la crise du coronavirus, ou Covid-19, pour voir se déployer un engouement de masse pour l’achat local au Québec. Le projet Le Panier Bleu, une plateforme répertoriant tous les détaillants québécois, a d'ores et déjà beaucoup fait parler d'elle.

L'actualité explique sans doute également l’engouement pour les serres et l'autoproduction (ultralocale, pourrait-on dire!) de légumes, fruit, fines herbes et autres aliments. Mais comment obtenir des fruits et légumes de saison frais, locaux, tout au long de l'année dans un climat comme le nôtre?

L’auteure de ce guide, Hillary Hosta, est tombée par hasard sur le blog Ceres Greenhouse Solutions, et a immédiatement été séduite. réunies en un seul endroit, des connaissances complètes sur ce sujet. Lindsey Schiller l’auteur initiale pour Ceres Greenhouse Solutions, a accepté que Hosta republie certains de leurs enseignements ici. Vous découvrirez donc ici une introduction sur les serres qui profitent de l’énergie solaire passive à l'année.

Un grand merci à Lindsey et Ceres de partager leurs connaissances avec nous. Il sera de plus en plus facile de produire des produits frais, ultralocaux, carbone positif, toute l'année. Vive la révolution alimentaire!

7 principes clés pour des cultures sous serre toute l'année

1) Orienter la serre au sud

Choisir un endroit qui reçoit suffisamment de lumière avec une orientation sud. Cette première étape est essentielle pour avoir une serre super-abondante. Le côté nord peut être utilisé comme hangar de stockage/empotage ou encore pour un poulailler.

Des serres bien orientées au sud pour profiter au maximum des rayons du soleil © Ceres Greenhouse Solutions

2) Isoler les murs

Isolez le mur nord et certains des murs est et ouest pour réduire les pertes de chaleur et permettre une bonne croissance toute l'année. Quelle est la bonne isolation? Cela dépend de votre climat et de ce que vous aimeriez cultiver.

3) Isoler les fondations

Le sol est une grande source de froid ; pour cette raison, il est extrêmement important d'isoler autour du périmètre de la serre. Vous pouvez le faire en isolant autour de votre fondation, ou simplement en installant une isolation périphérique sous terre, comme on le ferait pour isoler une dalle sur sol! Cela relie également la serre à la masse thermique présente naturellement dans le sol, que vous pourrez utiliser pour chauffer et refroidir la serre via un système de transfert de chaleur sol-air.

 Bien isoler les fondations de la serre pour éviter les pertes de chaleur © Bang On Photography

4 et 5) Choisir le bon vitrage

4) Pour garder votre serre suffisamment chaude en hiver et obtenir suffisamment de lumière pour une croissance toute l'année, vous voulez maximiser la lumière et la chaleur pendant les mois plus frais. Vous pouvez le faire en choisissant un matériau de vitrage à haute transmission lumineuse, comme le verre transparent, sur les faces sud verticales. Pour des performances maximales, vous pouvez également incliner le vitrage orienté vers le sud pour augmenter la transmission de la lumière en hiver.

 Des fenêtres bien choisies et bien orientées et un ventilateur pour faire circuler l'air © Ceres Greenhouse Solution

5) En été, vous pouvez contribuer à garder votre serre plus fraîche en utilisant un matériau avec une transmission lumineuse plus faible sur le toit. Nous recommandons un plastique polycarbonate résistant à la grêle avec au moins 2 poches d'air pour l'isolation.

6) Utiliser la masse thermique

Une partie extrêmement importante de la conception d'une serre solaire consiste à planifier une masse thermique suffisante, soit par l'eau, la maçonnerie ou le sol. Cela peut être aussi simple que l'ajout de barils d'eau ou vous pouvez mettre à niveau en incorporant un système de transfert de chaleur sol-air (GAHT). Même une petite serre recueille jusqu'à 62 millions de BTU d'énergie solaire toute l'année... L'équivalent de 1 634 $ de propane. Un système GAHT vous permet de stocker cette énergie sous terre et de l'utiliser pour chauffer la serre.

7) Maximiser la ventilation naturelle

Les serres ont besoin d'une ventilation toute l'année, même en hiver. Vous pouvez fournir ceci tout en restant efficace sur le plan énergétique en utilisant des évents bien placés: les prises d'air plus bas et les évents d'évacuation plus haut permettent de profiter pleinement du fait que l’air chaud monte, alors que le froid descend.

Nous recommandons d'installer des ventilateurs de circulation pour garder l'air en mouvement les jours froids, lorsque la ventilation est limitée. Cela aide à réduire les problèmes de ravageurs et garantit des plantes plus fortes et plus saines. Au-delà de cela, assurez-vous de fournir un sol sain à vos plantations, que ce soit dans le sol de la serre, ou dans des bacs surélevés.

Un projet récent de © Ceres Greenhouse Solution

Serres artisanales: inspirations québécoises 

La serre souterraine de Bécancour

À Fortierville, Félix Grimard et Paméla Guay-Tremblay font pousser des fruits et des légumes frais à l’année. Leur technique? Une serre souterraine vraiment efficace: 25 variétés de légumes et fruits (même des citrons, oranges et ananas!), récoltés environ 3 fois par année tellement la pousse est rapide. La cavité, isolée grâce à des pneus récupérés du garage familial, n’a pas besoin d’être chauffée. Pour éviter les infiltrations d’eau, le fond du creux est à deux pieds de la nappe phréatique. Une porte, ouverte en permanence permet une ventilation naturelle et aux abeilles de polliniser le tout. Ce genre de serre n’est pas permise partout. Le couple a du démontrer la pertinence auprès de sa municipalité et d’Environnement Canada. Un investissement total de 8 000 $, mais sans compter les nombreuses heures bénévoles de leur entourage. Le retour sur l’investissement est évalué à 5 ans, puisqu’ils sont maintenant autonomes à 70 % pour leurs fruits et légumes!

Une serre sous terre très productive au Québec 

La serre dôme géodésique de Mauricie

La famille Lavoie possède et exploite une serre en forme de dôme à Sainte-Ursule. Au coût de 12 000 $, l’investissement sera récupéré rapidement puisque la serre, passive (qui capte et retient les rayons grâce à sa forme particulière), fournit plus de 80 % de la consommation de légumes à la famille. L’hiver, c’est si efficace que la température se maintient au-dessus des 20 degrés C.

Des serres performantes en forme de dôme pour bien utiliser l'énergie du soleil © Growing Spaces

Consultez cet article pour d’autres exemples inspirants de serres productives en climat froid. Nous vous invitons également à en apprendre plus sur les enjeux reliés aux serres reliées à la maison, une option qu'Écohabitation ne conseille pas!

Merci encore à Lindsey et Ceres pour ces informations très instructives. Vous êtes intrigué et vous voulez en savoir plus? N'oubliez pas de consulter leur blog. Vous avez de l'expérience avec une serre toute l'année? Nous aimerions en entendre parler dans les commentaires ci-dessous.