OPTION 1 : Réemployer un plancher

Faites du neuf avec du vieux! Avant d’arracher les lames du plancher, évaluez combien cela coûterait d’en poser de nouvelles. Elles pourraient être poncées et revernies. De même, il est possible de donner une deuxième vie à un plancher de béton. Suffit de polir la dalle et de la recouvrir d’un scellant.

Rafraîchir et revaloriser un plancher est le choix le plus écolo qui vous permettra d’obtenir les points. Une autre solution verte est d’acheter un plancher récupéré et de l’adapter à votre espace. Ils sont disponibles dans les magasins qui vendent des matériaux de construction recyclés et chez les marchands spécialisés en récupération architecturale. Vous pouvez même en trouver dans les petites annonces de particuliers.

Si vous devez appliquer des joints, scellants ou autres pour des carreaux, pierres, béton, bois, etc., il est encore aujourd'hui bien difficile de trouver des produits exempts de composés organiques volatils (COV). Optez pour des produits qui contiennent très peu (moins de 1 %) de COV (voir liste détaillée plus bas).

 

OPTION 2 : Poser un plancher neuf

Il est également possible de poser un plancher tout neuf. La surface doit toutefois répondre à certaines exigences écologiques afin que son impact soit limité.

Le matériau choisi pour le plancher doit idéalement être de provenance régionale (extrait, traité et fabriqué dans un rayon de moins de 800 km de l’habitation), sain (sans urée-formaldéhyde ni autre composé organique volatil (COV), de provenance recyclée (min de 50% pré ou post-consommation) ou certifié "Forest Stewardship Council" (FSC) et durables (assurera sa fonction et survivra à une usure normale pendant plus de 25 ans).

Pour la salle de bain et la cuisine, un plancher idéal présentera ces avantages:

  • Une bonne résistance à l’humidité et à l’eau
  • Une surface antidérapante
  • Une surface facile à nettoyer et facile d’entretien
  • Un plancher durable

Au sous-sol, un plancher idéal présentera ces avantages:

  • Une bonne résistance à l’humidité et à l’eau (risques d’inondation, forte présence d’humidité).
  • Un plancher durable
  • Sans matières organiques

Le marbre est beau et sain, mais malheureusement jamais régional ni fabriqué de matières recyclées.

Le choix d’un plancher peut ainsi s’avérer un vrai casse-tête; coût, difficulté d’installation, besoin, durabilité, esthétisme, choix écologiques, etc. Nous vous proposons ci-dessous les meilleurs choix – sains, durables, attrayants, faciles d’entretien :

 

Revêtement de plancher écologique - Bambou
© Écohabitation

​BAMBOU: très résistant à l’humidité et facile d’entretien, le bois du bambou peut être récolté tous les trois ou cinq ans (croissance rapide). Par contre, il n’est jamais régional. Tentez d’en trouver sans urée-formaldéhyde. De 3 à 7 $ le p2. 

 

Revêtement de plancher écologique - Béton

© Écohabitation

BÉTON: vous en trouverez facilement du régional, sain, à provenance recyclée. Polyvalent, le béton est une bonne masse thermique très résistante qui ne nécessite pas de revêtement. Facile d’entretien et recyclable, il peut-être teint de toutes les couleurs et prendre l’apparence de la pierre, des carreaux et (même!) du cuir. Mais attention, les teintures peuvent contenir des substances chimiques. Par contre, le béton produit de la poussière en continu. Il faut donc le protéger avec un bouche-pores à base d’eau non-toxique. Aussi, le ciment portland utilise beaucoup d’énergie, est coûteux, l’installation mécanique nécessite des outils spécialisés, la surface est dure pour les pieds et un scellant doit être posé tous les cinq ans. Faites un pas de plus et optez pour du béton écolo (béton ternaire) dans lequel des rebuts post-industriels remplacent environ 30 % du ciment. 

Prix:

  • Installation d’une nouvelle dalle: 1 à 2 $ le p2
  • Location d’une pompe à béton: de 100 à 125 $ de l’heure
  • Restauration d’une vieille dalle: 3 à 6 $ le p2
  • Teinture: 2 à 6 $ le p2

 

Revêtement de plancher écologique - Bois contrecollé (ingénierie)

© Écohabitation

BOIS CONTRECOLLÉ (bois d’ingénierie): consistant en plusieurs couches de contreplaqué collées, il est laminé d'une mince couche de bois franc en surface. Il est plus facile à installer et plus résistant à l’humidité que le bois naturel. Régional, de provenance recyclée ou FSC, ce type de matériau n’est par contre généralement pas sain et méfiez-vous des sous-couches - souvent un contreplaqué provenant de Chine. Optez pour un contreplaqué (plywood) domestique. Il contient généralement des colles, de l'urée-formaldéhyde et s’use rapidement. De 2 à 12 $ le p2.

 

Revêtement de plancher écologique - Bois

© Conception ihome inc.

BOIS MASSIF (pré-vernis, pré-huilé ou réutilisé): vous en trouverez facilement du régional et sain certifié FSC. D’une grande beauté naturelle, le bois est confortable et très durable. Il se pose facilement et est facile d’entretien. Il est sensible à l’humidité, mais il peut être revalorisé à répétition et durer des décennies. Il représente une solution verte s'il est acheté localement et certifié FSC. Le nec plus ultra: plancher de bois massif récupéré, offert chez plusieurs fournisseurs. Plusieurs essences locales magnifiques disponibles – chêne, érable, merisier, frêne, hêtre, noyer. Optez pour le fini à l’huile plutôt que le vernis, ce qui facilitera les réparations. Faites un pas de plus et optez pour une huile naturelle. De 3 à 12 $ le p2, sablage et finition de 1 à 3 $ le p2.

 

Revêtement de plancher écologique - Ardoise

© Écohabitation

CARREAUX (céramique, porcelaine, grès, ardoise, granite, travertin, limestone - pierre calcaire): naturels et sains, il est toutefois très difficile de trouver des carreaux de terre cuite composés de plus de 40 % de matières recyclées. La majorité des tuiles (céramique, porcelaine, grès et travertin) ne sont jamais de provenance régionale, seules les tuiles d'ardoise et de granite peuvent l’être. Très durable, polyvalent et résistant à l’usure, à l’humidité, à la moisissure, aux égratignures, aux taches et aux bosselures, les carreaux sont souvent les matériaux préférés en cuisine et en salle de bain. Ils présentent une bonne masse thermique, mais ils sont peu confortable pour les pieds. Préférez ceux provenant d’un fournisseur régional et qui peuvent s'utiliser avec un coulis sans COV. Présentant une forte énergie grise, ils sont généralement plus chers que les autres revêtements, surtout les carreaux de pierre naturelle tels que le marbre, le granite et l’ardoise. De 0,50 à 20 $ le p2, selon le matériau.

 

Revêtement de plancher écologique - Liège

© Écohabitation

LIÈGE: à croissance rapide et souvent fait de matières recyclées, fabriqué grâce aux déchets de la production des bouchons du même nom, le liège n’est par contre jamais régional. Il faut donc trouver un matériau sain, sans COV. Excellent matériau de remplacement du vinyle. Naturel, il est confortable pour les pieds, résistant aux chocs, aux taches, ignifuge et imputrescible. Excellent insonorisant acoustique, il est facile d’entretien, hypoallergénique et facile à poser. Assurez-vous d’acheter les revêtements de liège faits de liants naturels (évitez ceux à base de PVC ou d'urée-formaldéhyde), que le liège choisi provient de l’écorce d’un chêne-liège et qu'il n’est pas un substitut à base de plastique. Le plancher de liège nécessitera un pare-vapeur si posé sur du béton, ou une mousse de polyuréthane si posé sur un plancher de bois franc. Entre 5 et 10 $ le p2.

Attention: il est souvent vendu sous forme de plancher flottant avec l’endos en panneaux de fibre haute densité (HDF) qui contient des COVs. 

 

Revêtement de plancher écologique - Linoléum

© litlnemo
Sous licence Creative Commons

MARMOLÉUM (anciennement connu sous le nom de linoléum): à ne pas confondre avec le « prélart » en PVC, le marmoléum est fait d'une toile de jute imperméabilisée à l’huile de lin, à la poudre de bois ou au liège qui se fixe au sol grâce à une colle. À croissance rapide et souvent fait de matières recyclées, le marmoléum n’est par contre jamais régional. Il faut donc absolument trouver un matériau sain, sans COV, pour l’obtention des points (il est possible de le poser sans colle, à sec). Résiste aux chocs, aux bosselures, à la moisissure, facile d’entretien et facile à poser. Ce produit est naturel, antiallergène, antibactérien et peut être fabriqué de produits recyclés. Par contre, il est vulnérable à l’humidité et nécessite une couche de protection. De plus, sa teinture contient généralement des COVs et la pose en rouleaux demande l’installation par un spécialiste. De 2 à 12 $ le p2.

* Si vous devez appliquer des joints, scellants ou autres pour des carreaux, pierres, béton, bois, etc., il est encore aujourd'hui bien difficile de trouver des produits exempts de composés organiques volatils (COV). Optez pour des produits qui contiennent très peu (moins de 1 %) de COV.

  • AFM Safecoat
  • Les calfeutrants et adhésifs ADBOND de DUTAB ; fabriqués au Québec et certifiés ÉcoLog.
  • Les produits Keracolor et Ultracolor de MAPEI
  • Les adhésifs sans ciment et colles réactives de MAPEI (Ultrabond Eco, Adesilex P25, Adesilex P24 PLUS, Adesilex P22 PLUS, Adesilex P20 PLUS)
  • Le mortier maigre sans acrylique (Kerabond de MAPEI)
  • Produits Liquid Nails Adhesiv Green ; se procurer les produits présentant les certifications GreenGuard et NAHB
  • Produits Roberts Co écologiques 
  • Produits Proma GREEN
  • Produits Lepage GreenSeries 
  • La colle caséine ; dérivée du lait, cet adhésif à base d’eau est utilisé en menuiserie et ne dégage aucun COV
  • Les produits possédant l’ÉcoLogo

 POURQUOI

Le revêtement de sol peut prétendre à des atouts verts tout en présentant divers impacts négatifs. Des matériaux écologiques, tels que le bambou et le liège doivent parcourir de longues distances avant de nous parvenir. Par ailleurs, certaines composantes du revêtement de sol peuvent avoir une incidence importante sur la santé : il faut opter pour un revêtement dégageant le moins d’émissions polluantes possible.

Aux matériaux qui peuvent présenter de forts impacts sur l’environnement et la santé viennent s’ajouter les peintures, produits d’obturation et autres adhésifs nécessaires à certains matériaux. Ils sont généralement un grand facteur de pollution de l’air intérieur puisqu’ils peuvent émettre des vapeurs toxiques. Il faut donc opter pour des produits naturels à base d’eau, sans composés organiques volatils (COV).

RESSOURCES

Annuaire Écohabitation

Autres liens utiles