© Arbora

Ces dernières années, le monde de la construction des grands bâtiments vit une petite révolution avec le bois lamellé-croisé (ou CLT, pour Cross-Laminated Timber). Cet assemblage massif de bois de sciage empilé en couches successives dans différentes directions peut jouer le rôle de mursporteur, de dalle de planchers et de toit… entre autres.

Bien implantée en Europe depuis le début des années 1990, la construction en bois massif se confirme en Amérique du Nord, et le Québec n’est pas en reste. Redécouvrez dans notre précédent article les premiers projets de construction en bois massif au Québec et au Canada, et dans cet autre les options de construction bois en émergence.

Aujourd’hui, c'est sa forme préfabriquée qui a attiré notre attention. Un article paru sur TreeHugger le 4 octobre 2018 nous présente le projet Watts Grove de Waugh Thistleton Architects, des logements abordables en construction au Royaume-Uni. À première vue, le projet écologique et performant se confond parmi tant d’autres. Ce qui est intéressant, c’est que les maisons seront fabriquées avec du CLT fait de bois issu de forêts bien gérées. Topo de ce genre de construction gagnante à plusieurs niveaux. 

Projet Watts Grove, des maisons modulaires en CLT © Waugh Thistleton Architects
Projet Watts Grove, des maisons modulaires en CLT - Rendu final © Waugh Thistleton Architects

Rentabilisation économique et environnementale de la préfabrication

Les structures fabriquées en usine économisent des ressources et de l’énergie, car les matériaux sont découpés avec précision et assemblés en usine. Elles génèrent donc peu de gaspillages (tout est calibré). Souvent, ces structures seront de qualité supérieure à celles fabriquées sur les chantiers, poseront moins d’impacts sur le site (moins de déboisement, de livraisons et de bruit) et nécessiteront moins de temps en chantier. De même, la main d’œuvre en usine coûte moins cher à l’embauche que celle en chantier. 

© dwell

Si vous choisissez ce type de construction, il faudra vous informer sur les pratiques du fabricant que vous choisirez afin qu’il respecte vos exigences en matière de santé et d’environnement. Notamment, veillez à ce que le système de construction et d’isolation choisi vous offre une bonne performance énergétique. Beaucoup de fabricants de maisons usinées les fabriquent de manière à ce qu'elles puissent se faire certifier Novoclimat 2.0, ce qui vous offre une bonne garantie en ce domaine.

Mais la recherche peut être fastidieuse, et le greenwashing, bien réel. Le besoin d'habitations préfabriquées écologiques de qualité, performantes, saines mais aussi esthétiques et bien conçues s'exprime sur le marché. Écohabitation tente d'offrir une réponse à ce besoin en s'entourant des professionnels de talent. Plus d’informations à venir… sous peu!

 © Alex Jones sur Unsplash

Préfabriquer en bois massif 

Construire en lamellé-croisé, c’est bâtir avec plus de bois. Mais est-ce une problématique? Pas vraiment.

Surtout pas si on parle en termes de stockage de carbone. Un arbre est un dispositif de stockage très efficace, captant et emmagasinant du CO2 pendant toute sa croissance, soit pendant 40 à 60 ans. Après cette période, si l’arbre est abattu et utilisé à long terme (dans une construction, par exemple), un nouvel arbre peut prendre sa place et continuer le cycle, et l’arbre abattu ne libère pas son carbone.

Ensuite, le CLT est fait de pièces de bois, exclusivement de résineux, non valorisées (car non valorisables) dans la construction. « Des retailles, des petits arbres… Le CLT valorise à son maximum la matière ligneuse de petit diamètre. Théoriquement on pourrait même en faire avec des cure-dent! » commente avec humour Emmanuel Cosgrove, directeur d’Écohabitation. Le bois lamellé-croisé permet donc d’éviter la coupe spécifique d’arbres de grande dimension. Par conséquent, ces pièces rendent la provenance locale beaucoup plus facile! 

Ainsi, construire du préfabriqué en CLT, c’est tous les avantages de la préfabrication classique, additionné à des avantages comparatifs environnementaux de taille. Et l’intérêt est encore plus important dans les bâtiments de plus de 4 étages, dans lesquels le béton est normalement utilisé pour fabriquer les structures de planchers et les poteaux. Car le béton, c’est durable, mais ça demande beaucoup d’énergie à la production. Avoir recours au bois lamellé-croisé fait donc une grande différence en termes d’émissions de CO2. Par exemple, dans le cas du bâtiment Watts Grove, présenté par TreeHugger, la structure de 2 350 m3 de CLT permettra de bloquer 1 857 tonnes de CO2.

Autres avantages environnementaux: il va sans dire que le matériau est renouvelable et recyclable et les manufacturiers produisent des panneaux de bois massif certifiés FSC.

D'un point de vue technique, le CLT permet d’éviter des ponts thermiques, il offre une excellente résistance au feu et permet de créer des ouvertures surdimensionnées.

Construction en CLT

Le CLT constitue également une boîte assez rigide qui permet de réduire les dommages lors du transport… et donc les besoins de réparation à leur arrivée sur site! Et en termes de temps de montage, l'assemblage des structures en bois massif préfabriqué est similaire aux poutres et poteaux d'acier: c'est extrêment rapide.

Le défi lors de la construction est de maintenir les surfaces sèches, pour ne pas qu'elles grisent, mais les dommages occasionnés par une bonne pluie sur le chantier ne sont clairement pas permanents et ne constituent en rien une menace pour l'intégrité ou le taux d'humidité de la structure. Qu'on se le dise.

Enfin, on peut noter que les coûts de main d'oeuvre, réduits grâce à la rapidité de mise en oeuvre de modules préfabriqués, seront tout de même impactés par le besoin de forer les parois pour pouvoir passer les conduits électriques et mécaniques. Dans le cas d'une préfabrication plus avancée, c'est-à-dire la construction prêt à transporter, le système de chauffage, les toilettes, la salle de bain et la finition sont installés en usine; la réduction du temps sur le chantier est de plus de 50%.

Disponible au Québec?

On le sait, le bois au Québec, il n’en manque pas! Dans un esprit de valorisation de cette ressource noble, écologique et renouvelable, la province est la deuxième au Canada, après la Colombie-Britannique, à faciliter la construction à base de CLT. Et plusieurs manufacturiers de panneaux de bois massif en CLT fournissent déjà de nombreux projets partout au Québec. Bien qu’Écohabitation ait eu écho d’un potentiel projet résidentiel à venir en CLT préfabriqué, aucun projet n’a encore eu lieu. Mais ça ne saura probablement tarder.

Pour en savoir plus sur le CLT