Incapacité temporaire, visite d’une personne ayant un handicap, familles avec de jeunes enfants, personne en perte de mobilité… Vivre et se déplacer dans un logement standard peut parfois représenter de vrais défis. Et ce type de défi tend à se multiplier, puisque selon la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL), les aînés représenteront plus de 25 % de la population dans moins de 20 ans. Certes, de nombreuses nouvelles constructions se destinent à des publics ciblés, comme les personnes âgées autonomes, mais le marché de l'habitation dans son ensemble devrait être influencé par cette tendance.

 ACCESSIBILITÉ à l'intérieur des logements d'habitaiton ©RBQ

 

Certains travaux de rénovation et appareils à installer peuvent contribuer à adapter un logement existant: on peut par exemple aménager une pente douce menant à la porte d'entrée du rez-de-chaussée, se procurer une aide mécanique pour un étage à franchir, renforcer les murs afin d’y poser des barres d’appui, réaménager la buanderie au rez-de-chaussée, élargir les portes afin qui puisse y passer une chaise roulante…  Cependant, ce type de travaux peut s'avérer important et coûteux. Dans ce cas, le déménagement peut devenir incontournable. 

Mais, si le bâtiment est à l'origine conçu de manière à intégrer ces aménagements particuliers ou à faciliter les éventuelles adaptations (ce qui est réduira le coût), alors sa durabilité est assurée et les perspectives sont plus favorables. Selon la Régie du bâtiment Québec (RBQ), « pour les occupants des logements qui vivent avec une incapacité, une meilleure accessibilité diminue le temps consacré aux services de soutien à domicile, retarde le recours à l’hébergement et réduit les autres frais de santé. Les répercussions financières et environnementales pour les adaptations actuelles et futures seront donc peu élevées. »

Les logements sociaux Loggia Bellechasse (Montréal) sont adaptés aux personnes à mobilité réduite. © Céline Lecomte

Quelles ressources?

Le guide de la RBQ

La Régie du bâtiment Québec vient de publiciser son guide Accessibilité à l’intérieur des logements d’habitation qui tend à faciliter la compréhension et l’application des nouvelles exigences visant l’accessibilité à l’intérieur des logements d’habitation, introduites au Code de construction.

Il a aussi pour objectif de sensibiliser les professionnels et professionnels de la construction résidentielle qui travaillent dans la planification et la conception des nouveaux logements aux enjeux de l'accessibilité en l’habitation. Le guide, qui peut être téléchargé gratuitement, présente:

  • Les articles du Code et exigences applicables
  • Des exemples d’application de ces exigences
  • Les pièces visées par les articles
  • Des erreurs d’interprétation fréquentes et explications
  • Des plans, bien dimensionnés et faciles à interpréter
  • Des bonnes pratiques, non exigées par le Code mais fortement recommandées

Les nombreuses informations de la SCHL

La Société canadienne d'hypothèques et de logements (SCHL) offre également de nombreuses ressources sur son portail Conception universelle et modèles de logements adaptables. Et on peut trouver ses nombreuses publications et rapports, dans lesquelles sont détaillés le principe et la technique des mesures d'accessibilité universelle à mettre en oeuvre, ainsi que leur coût.

Une étude publiée en 2016 portant sur les coûts des caractéristiques d’accessibilité dans les habitations modestes neuves document portant sur la conception de logements accessibles et adaptables est vraiment intéressante: ses auteurs ont établi les coûts liés à l'ajout de 60 caractéristiques d'accès dans une nouvelle habitation. Cette étude est disponible en ligne.