Adopter une (ou plusieurs) des méthodes présentées afin d’obtenir 90 % d’ombrage sur la maison, côté sud*, à 13 h le 21 juin.

Il existe divers moyens afin de réduire la surchauffe solaire qui peut se produire en période estivale. À vous de choisir parmi les éléments présentés celui, ou ceux, qui vous permettront d’économiser sur la climatisation. Il suffit de mettre en place une des méthodes présentées ici, qui permettront un ombrage de 90 % aux diverses fenêtres situées au sud* de la maison (pour un début d’après-midi ensoleillé le 21 juin). Compte tenu des avantages et inconvénients des différentes techniques, nous vous conseillons d’opter pour plus d’une méthode. Toutes les combinaisons sont possibles!

Maison solaire passive
© Alexandre Gilbert pour Écohabitation

Pour la ou les méthodes qui seront adoptées, les éléments devront être dimensionnés de façon à laisser passer 90 % du soleil de midi le 21 décembre et à bloquer 90 % du soleil de midi le 21 juin. Par exemple, afin de bloquer un maximum des rayons estivaux, un surplomb (partie supérieure d’un édifice qui s’avance au-dessus des murs des étages inférieurs) devra être de profondeur égale à la moitié de la hauteur de la fenêtre.

Pour plus de précision, la forme et la profondeur des pare-soleil, éléments architecturaux, etc. doivent idéalement être calculés en fonction de divers paramètres : angle par rapport au sud, altitude du soleil à midi au solstice d'hiver et d'été, latitude du lieu, hauteur des fenêtres à ombrager et position du surplomb par rapport à la fenêtre. Consultez le document édité par la SCHL, intitulé : Capter le soleil.

*Nous sommes conscients du fait que bien peu de maisons sont orientées parfaitement au sud. Adaptez le geste au(x) côté(s) de votre habitation qui est (sont) orienté(s) le plus près du sud.


Poser pare-soleil
© slcc - Colt Group

1. Poser des pare-soleil (avancée à lames) au-dessus des fenêtres orientées au sud: aussi connues sous le terme brise-soleil, ces structures en saillie horizontale sont posées afin de créer des ombrages sur les fenêtres, façades, terrasses et autres éléments enveloppant la maison. Un excellent moyen de réduire la surchauffe estivale tout en laissant les rayons de pénétrer en hiver.

  • Avantage: aucun entretien annuel nécessaire, et ajoute un esthétisme pour certains.
  • Inconvénients: pour des pare-soleil à lames, seule l’épaisseur des planches bloquera le soleil, l’inclinaison optimale ne dure pas très longtemps dans une journée et change selon la période de l’année.

Il existe aussi  des dispositifs dont les lames de bois sont mobiles, de manière à suivre la trajectoire du soleil!


Volets
© Céline Lecomte

2. Installer des volets extérieurs aux fenêtres: l’utilisation de volets à roulants ou à battants permet de limiter les surchauffes pouvant survenir en été en les fermant au plus fort de l’ensoleillement (et de protéger du froid pendant les saisons froides).

  • Avantages: ils nécessitent peu d’entretien et il existe même des systèmes automatisés qui ferment les volets à la tombée de la nuit, ou en cas de trop grand apport solaire.
  • Inconvénient: moins efficace que les autres méthodes présentées ici puisque vous devrez normalement les ouvrir et les fermer vous-même. Une habitude à adopter!


Auvents
© Céline Lecomte

3. Fixer des auvents (ou marquise) au-dessus de tous les vitrages sud: un auvent dont la longueur équivaut à la moitié de la hauteur allant du bas de la fenêtre jusqu’à la base de l’auvent bloquera totalement les rayons en été et les laissera pénétrer dans la maison en hiver. Ces auvents peuvent prendre la forme de débords de toit, de pergola de balcon, d’auvents amovibles, de marquises…

  • Avantages: peuvent être parfaitement ajustés afin de bloquer 100 % des rayons en été et il existe des modèles réfléchissants pour augmenter l’ensoleillement en hiver.
  • Inconvénients: souvent faits de tissus, ils peuvent s’user rapidement. Ils demandent également un entretien saisonnier (démontés ou enroulés en automne pour être réinstallés au printemps).


Balcons
© Céline Lecomte

4. Prévoir des éléments architecturaux (surplombs de toiture ou de balcons): des pentes de toits accentuées ou prolongées au dessus des fenêtres, des soffites plus longs côté sud, ou des balcons au-dessus des fenêtres et portes, minimiseront la quantité de rayons pénétrant dans la maison lors des périodes estivales. Prévoir un ratio de prolongement de 0,6 mètre pour une distance vitrage/soffite ou surplomb de 0,3 mètre.

  • Avantage: si l'on y pense lors de la construction et qu’ils sont bien conçus, les éléments architecturaux sont idéals afin de limiter la surchauffe (aucun entretien, très fiables, et ces derniers peuvent également être utilisés pour protéger les parements des intempéries).
  • Inconvénient: fais partie de l’architecture. N’est donc pas une méthode accessible à tous.


Été hiver
© Mélodie Desmarais et Daphnée St-Pierre

5. Planter une végétation dense: un feuillu caduc (qui perd ses feuilles l’automne) ou des plantes grimpantes sur câbles protègeront la maison des puissants rayons du soleil en été et réduiront l’impact des vents dominants en hiver. Idéalement, il faudrait que la distance entre la façade et les arbres à maturité soit d’une fois et demi à deux fois leur hauteur. S’ils sont situés plus loin, leur ombre ne cachera pas l’habitation en été, et ils ne protégeront pas du vent en hiver.

  • Avantage: en plus de protéger la maison contre la surchauffe, la végétation améliorera la qualité de l’air et rafraichira le microclimat duquel il fait partie.
  • Inconvénient: les problèmes de surchauffe sont assez courants en période d’équinoxe (printemps/automne) périodes où les arbres sont souvent dépourvus de leur feuillage.

Si vous voulez également protéger les façades orientées vers l’est ou l’ouest, seule la végétation sera véritablement efficace.

POURQUOI

Alors qu’au courant du dernier siècle il était pratique commune d’adapter la maison aux réalités climatiques, telles que la surchauffe estivale – débords de toits, passages recouverts, végétation – ces méthodes logiques de construire se sont perdues au profit d’une gestion totalement mécanique (qui consomme donc de l’énergie) du confort.

Une maison irradiée par le soleil
Une maison irradiée par le soleil.
© Daphnée Saint‐Pierre et Mélodie Desmarais

La principale source de chaleur extérieure provient du soleil – réchauffement des toits et murs, infiltration de l’air chaud, rayonnement par les fenêtres. Alors qu’une partie de ces rayons est réfléchie, entre 40 et 75 % parviennent à pénétrer dans la maison et y sont absorbés. Cela peut rapidement provoquer de la surchauffe en été.

Bloquer ces rayons de manière naturelle présente donc la manière la plus simple de réduire la température ambiante dans la maison pendant l’été. 

Statistique intéressante: Selon le département de l’Énergie américain, 2/3 des maisons sont équipées de climatiseurs aux États-Unis, ce qui représente 5 % de la consommation totale en électricité et 2 tonnes de gaz à effet de serre (GES) par maison!

RESSOURCES

Annuaire Écohabitation :

Autres liens utiles :