Selon un récent article paru dans le Devoir, la vague de chaleur qui s'est abattue sur le Québec en 2018 à entraîné la mort de 66 personnes, seulement à Montréal. Toujours selon l'article, 80 % de ces victimes seraient décédées dans leur domicile, et les deux tiers de celles-ci vivaient dans des îlots de chaleur...  

En milieu urbain, la température estivale est parfois de 5 à 9 °C plus élevée que dans les espaces ruraux. Cette différence marquée est le résultat d'une combinaison de facteurs, dont le manque de végétation, la présence en grande quantité d'asphalte, la chaleur émise par les véhicules... Ironiquement, la présence de climatiseurs qui soufflent l'air chaud ajoute à cette problématique.

© meteolor.fr

Pour la majorité d'entre nous, la chaleur n'est problématique que quelques semaines par année. Comment donc traverser l'été sans trop souffrir de la chaleur, et sans climatisation? Voici quelques petites actions à mettre en place pour rafraîchir la maison sans recourir à une unité de climatisation*.

*Si vous ou une personne dans votre demeure faites partie d'une population vulnérable à la chaleur, évaluez bien la décision de ne pas installer un climatiseur.

Petits travaux

Adieu aux vieux frigos et ampoules à incandescence

Un vieux frigo peut dégager une importante quantité de chaleur. Il en va de même pour certains systèmes d'éclairage; les ampoules incandescentes et halogènes produisent beaucoup plus de chaleur que les fluocompactes ou les lampes LED. Ainsi, l'ensemble des appareils électriques de la maison peuvent produire autant de chaleur qu'une plinthe électrique de bonne taille. Des appareils électriques efficaces (homologués ENERGY STAR par exemple) peuvent ainsi contribuer à réduire la chaleur produite à l'intérieur de l'habitation. On peut également mettre en veille nos appareils portables, qui évacuent énormément de chaleur!

Des habitudes plus fraiches

Privilégiez les salades ou les aliments froids et limitez l'utilisation du four, des ronds de poêle et de l'eau chaude lors de la douche et des tâches ménagères. Car moins vous amenerez de chaleur chez vous, moins vous devrez refroidir! Simple, non?

Une bonne étanchéité pour contrer la chaleur

Étanchéisez la maison par de petits travaux: inspectez les pourtours des fenêtres, autour des installations électriques et de plomberie, autour des conduits de ventilation dans la cuisine et la salle de bain, etc. Ces endroits par où l'air froid s'infiltre en hiver permettent aussi à l'air chaud et à l'humidité de s'infiltrer en été.

Des pellicules Low-E dans les fenêtres

Un vitrage standard a une émissivité de 0,84, ce qui signifie qu'il rayonne 84 % du maximum théorique à sa température. Un vitrage Low-E possède quant à lui une émissivité de 4 %. Il ne va donc laisser échapper au dehors que 4 % de la chaleur qu’il reçoit. Un avantage évident en hiver!

À l'inverse, en été il peut empêcher le rayonnement des objets extérieurs (chaussées, voitures, etc), et donc la chaleur, de pénétrer dans la maison. Peu dispendieuse et facile à poser, la pellicule fera une grande différence sur les besois en climatisation. 

Vive les volets!

Ouvrir les fenêtres peut bien sûr rafraîchir l'air ambiant, mais seulement lorsque la température à l'extérieur est inférieure à celle à l'intérieur! Souvent, l'idéal est d'ouvrir seulement la nuit. Le jour, bloquer l'entrée du soleil avec une toile opaque, peu dispendieuse, ou encore avec des stores vénitiens, réduira la quantité de chaleur qui entre dans l'habitation.

© Nick Fewings, Unsplash

Mais ce sont surtout les volets (roulants ou pas) qui isolent de la chaleur. Cette stratégie est particulièrement efficace dans les maisons bien isolées.

Des pare-soleil au-dessus des fenêtres orientées au sud

Aussi connues sous le terme brise-soleil, ces structures en saillie horizontale sont posées afin de créer des ombrages sur les fenêtres, façades, terrasses et autres éléments enveloppant la maison. Un excellent moyen de réduire la surchauffe estivale tout en laissant les rayons de pénétrer en hiver. Il existe aussi des dispositifs dont les lames de bois sont mobiles, de manière à suivre la trajectoire du soleil!

Des ventilateurs, c'est efficace!

Sans réellement refroidir une pièce, les ventilateurs de plafond ou de table peuvent redistribuer l'air de manière à créer une impression de fraîcheur. Vous devez ressentir le courant d'air lorsque vous êtes sous le ventilateur. Un ventilateur de fenêtre facilitera l'entrée de l'air frais pendant la nuit.

Des plantes pour embellir et rafraichir

Les plantes grimpantes, les vignes par exemple, lorsque placées sur les murs particulièrement ensoleillés empêcheront quelque peu la chaleur d'être stockée dans les murs. Le phénomène d'évapotranspiration que les plantes utilisent pour réguler leur température intérieure contribue au rafraîchissement de l'air ambiant. Ainsi, n'hésitez pas à multiplier les plantes sur vos balcons, terrasses, et même à l'intérieur: vous créerez une oasis de verdure avec de nombreux effets bénéfiques !

L'eau et les lois de la thermodynamique

L'eau, quand elle s'évapore, puise une grande quantité de chaleur latente pour changer de phase, et la retire donc de l'environnement environnant. Magique! C'est un phénomène bien connu et exploité depuis des millénaires dans les régions les plus chaudes de la planète. C'est d'ailleurs le phénomène qu'utilisent les plantes avec l'évapotranspiration, et nous-même avec la transpiration. 

Ainsi, pendant les périodes les plus chaudes et sèches, vous pouvez suspendre un linge humide devant vos entrées d'air ou un ventilateur, ou humidifier légèrement vos rideaux. Vous pouvez également utiliser un brumisateur directement sur les parties du corps non recouvertes par les vêtements. L'efficacité de cette mesure diminue alors que le taux d'humidité ambiant augmente, surveillez donc votre hygromètre: quand l'air est déjà saturé en humidité, l'effet sera très limité ! 

Des matériaux à changement de phase, pour tester chez vous

En bref, les matériaux à changement de phase sont supposés améliorer le confort thermique, réduisant les fluctuations de température au sein d’un bâtiment et permettant d’avoir des murs dont la température reste proche de la température de confort. En été, le matériau à changement de phase pourrait donc en théorie absorber un excès d’énergie dans la maison et ainsi éviter la surchauffe. Par contre, on en connait très peu sur la performance réelle de ces matériaux, puisqu'ils sont très peu répendus. Oserez-vous les tester chez vous? Pour en savoir plus sur les matériaux à changements de phases.

Climatisation naturelle: « l’effet cheminée »

L’air chaud a tendance à stagner en haut et l’air froid en bas: c’est la stratification de l’air. Dans les maisons à plusieurs niveaux, on a intérêt, les nuits d’été, à ouvrir les fenêtres au rez-de-chaussée et au premier étage. L’air chaud aura tendance à monter et à sortir par les fenêtres du haut pendant que l’air froid rentrera par les fenêtres du bas. L’air frais va circuler dans l’ensemble du bâtiment.

Nouvelles constructions et grandes rénovations

Toits blancs, murs pâles pour limiter la surchauffe

Un toit et des murs extérieurs de couleur pâle aideront à réduire la température de la maison. D'ailleurs, les toits blancs devraient bientôt devenir plus répandus, entre autres à Montréal où certains arrondissements les exigent pour toute nouvelle construction. Du même coup, ils interdisent les toits noirs qui ont la propriété d'absorber la chaleur, puis de la transmettre à l'intérieur... Rappelons qu'une toiture en asphalte atteindra facilement 65 °C sous un soleil de plomb. Les toits végétalisés, comme les toits blancs, rendent plus confortables les pièces qui se trouvent en dessous. De façon générale, évitez tous les matériaux qui peuvent augmenter le phénomène des îlots de chaleur.

Isolation et ventilation du grenier

Une bonne isolation de l'entretoit ou du grenier augmentera votre confort. Plusieurs vieux immeubles sont complètement dépourvus d'isolation dans l'entretoit et, comme une toiture peut atteindre au delà de 65 °C en été, c'est comme si vous aviez un radiateur au dessus de la tête!

Fenêtres et feuillus pour limiter la surchauffe solaire

En été, les fenêtres situées à l'est et à l'ouest reçoivent facilement deux fois plus d'énergie solaire que celles situés au sud, les rayons du soleil y pénétrant presque horizontalement. Il faut donc les limiter! Pour cette même raison, il est recommandé de placer des entraves au soleil sur les côtés est et ouest. Idéalement... des arbres feuillus.

© Alexandre Gilbert pour Écohabitation

Au sud, vous pouvez concevoir vos surplombs de fenêtres afin qu'ils laissent passer le soleil en hiver, et le bloquent en été, selon les concepts de la maison solaire passive. En somme, on tentera de créer un ombrage de 90 % aux diverses fenêtres situées au sud de la maison lors d'un début d’après-midi ensoleillé, le 21 juin.

Pour le choix des fenêtres, pensez encore une fois aux vitrages basse émissivité, ou Low-E, qui limitent grandement les déperditions de chaleur en hiver, mais aussi la pénétration de la chaleur en été.

Étanchéité de la maison: cruciale

Les principes de bonnes isolation et étanchéité s'appliquent aussi en été. Une maison étanche résistera mieux aux infiltrations d'air chaud en provenance de l'extérieur.

Et si vous devez poser un climatiseur…

Si vous décidez tout de même de vous procurer un climatiseur, optez pour un modèle homologué ENERGY STAR, ou du moins consultez l'étiquette ÉnerGuide (obligatoire sur tous les appareils) pour faire un choix éclairé. Également, évitez de placer votre climatiseur de fenêtre en plein soleil; il consommerait alors beaucoup plus d'énergie. 

© Chromatograph, Unsplash

Nous vous invitons également à regarder du côté : 

  • Du ventilateur récupérateur de chaleur (VRE). Durant l’été, cet appareil diminuera la charge du climatiseur, agissant à la fois comme producteur de « froid » et comme déshumidificateur ; et il fera économiser sur l’électricité.
  • Du chauffe-eau pompe à chaleur. La chaleur de l’air dans la maison est captée puis transmise à un gaz réfrigérant, qui à son tour transmet la chaleur à l’eau sanitaire. Le système rejette ensuite de l’air frais et sec, soit à l’extérieur, soit, en été par exemple, dans des pièces qui ont besoin d’être rafraîchies ou déshumidifiées. Le chauffe-eau sert alors… de climatiseur.
  • De la thermopompe. Ces ventilateurs chauffent en hiver et climatisent en été.

La vérité sur les boissons chaudes ou froides en été

L'homme est un être homéotherme, c'est-à-dire qu'il a la faculté de réguler sa température interne autour de 37 °C. Ainsi, quand il ingère des aliments trop froids (des boissons glacées, ou de la glace...), l'organisme va consommer de l'énergie pour réchauffer ces aliments une fois ingérés. La sensation de froid restera donc une simple sensation, et pas un effet sur notre organisme. Quand on boit trop chaud, c'est l'effet inverse : le corps essaye de réguler la chaleur supplémentaire en transpirant, mais c'est une simple régulation afin de revenir à l'état stable initial. Pas de réel rafraîchissement. Mieux vaut ainsi boire à température ambiante, ce qui a de nombreux effets positifs : aucun besoin de régulation pour le corps, et une meilleure assimilation des liquides qui aide à être mieux hydraté en été.