Attention. Cet article traite des avantages de la voiture électrique (VÉ) et de la voiture hybride rechargeable (VHR) sur celle à essence. Mais développer au mieux les réseaux de transport en commun et faciliter le transport actif sera toujours à prioriser.

Une croissance fulgurante des VÉ sur nos routes

Alors que les Québécois ont mis du temps à faire la transition, l’achat de véhicules électriques (VÉ) est en croissance exponentielle. Aujourd’hui, on compte plus de 2 700 VÉ supplémentaires par mois sur les routes, soit environ 91 véhicules de plus par jour, selon l’Association des Véhicules Électriques du Québec (AVÉQ). Cette croissance est due en partie à l’attrait des Québécois pour des véhicules moins polluants.

En effet, une étude pancanadienne réalisée par Abacus Data et Clean Energy Canada montre qu'une majorité des sondés se dit prête à envisager la VÉ pour son prochain achat. Ce sondage révèle aussi que 64 % de la poluation préférerait voir une majorité de la flotte automobile alimentée par l’électricité et 56 % s’attend à ce que les VÉ soient majoritaires sur nos routes d’ici moins de 10 ans !

Progression annuelle des VÉ sur nos routes © AVÉQ

Dans une étude similaire, effectuée cette fois par la firme de sondage Léger pour Équiterre en janvier 2020, il est révélé que la majorité des Québécois croit que les conducteurs de véhicules polluants et nuisibles à la lutte contre les changements climatiques devraient payer plus cher, soit en payant une nouvelle taxe, via les frais d’immatriculation, ou encore en payant plus cher à l’achat.

Les statistiques et les résultats des sondages nous laissent donc présager que de plus en plus de Québécois adopteront, et de plus en plus rapidement, les véhicules électriques dans les années à venir.

VÉ ou VHR, lequel est le plus populaire ?

Pour la première fois dans la (courte) histoire des véhicules électriques au Québec, le nombre de véhicule électrique (50,75 %) surpasse le nombre de véhicules hybrides rechargeables (49,25 %) sur nos routes.

Intéressant aussi, plus du quart des VÉ et VHR se retrouvent en Montérégie. Lanaudière détient pour sa part le plus gros pourcentage par rapport à sa flotte totale, et c’est à Laval que la croissance est la plus forte, probablement attribuable à son programme d’aide financière mis en place en 2018 (il a pris fin en avril 2019).

Pour les intéressés, notez que la Tesla Model 3 a été le modèle le plus vendu en 2019 à travers le monde, l’emportant haut la main sur ses concurrents, soit la BAIC EU-Series et la Nissan LEAF. Au Québec, Chevrolet a pris la première place des ventes, suivi de près par Tesla.

Tesla Model S © Taneli Lahtinen sur Unsplash

Pourquoi l’achat de VÉ plutôt que de voitures à essence n’est toujours pas la norme

Toujours selon l’étude réalisée par Abacus Data et Clean Energy Canada, les principaux freins à l’achat sont les perceptions de fiabilité et du plaisir de la conduite (la voiture à essence serait plus fiable et plus agréable à conduire). Des idées erronées si on en croit les propriétaires de VÉ.

Chris Tapp, propriétaire de Tapp Auto à Ottawa a dédié de nombreuses années aux voitures électriques: « Du point de vue de la maintenance, il n’y en a presque pas pour les VÉ. Avec les voitures électriques, il n’y a pas de silencieux à remplacer, pas de vidange d’huile ni de mise au point et même les plaquettes de freins durent longtemps, puisque vous les utilisez beaucoup moins. Lorsque vous retirez le pied de l’accélérateur, la voiture commence à ralentir automatiquement et utilise cet élan pour recharger la batterie. »

Et les principaux arguments qui faciliteraient l’achat d’une VÉ ?

Il s’agit surtout de savoir qu’il y a suffisamment de stations de recharges, que la vitesse de recharge est rapide, que l’autonomie est suffisante et que l’entretien des VÉ est plus économiques.

À cet effet, selon Hydro-Québec, une borne rapide pour une recharge permettant de parcourir 73 km prendrait moins de 22 min (les bornes de niveau 2 nécessitent toutefois près de 3 heures pour pouvoir parcourir une distance de 52 km). Notons également que le nombre de bornes de recharge est, tout comme le nombre de VÉ et VHR, en augmentation exponentielle. On retrouve maintenant plus de 5 000 bornes de recharge réparties à travers la province. Il est ainsi aisé de se rendre partout au Québec avec sa voiture électrique.

Une augmentation exponentielle du nombre de bornes de recharges au Québec © AVÉQ

Malgré ces bonnes nouvelles, les émissions de GES du secteur routier ont tout de même augmenté de 24 % entre 2013 et 2018 ! Le changement est urgent.

Le réseau de bornes éelctriques suffit à la demande au Québec et permet de se rendre partout ! © Andrew Roberts, Unsplash

Des modèles de réussites ailleurs qu’au Québec

Au Canada, la Colombie-Britannique est le leader avec 10 % de tous les nouveaux véhicules sur les routes en 2019 étant des VÉ et des VHR. Le Québec vient en 2e position avec 6,2 %, alors que la moyenne canadienne est de 3,5 %. Les rabais de 3 000 $ à l’achat du véhicule électrique en CB, qui s’ajoute au 5 000 $ du fédéral, ne pourraient expliquer cet écart, puisqu’au Québec nous profitons d’une aide provinciale de 8 000 $ à l’achat, de la même aide fédérale, en plus d’une aide à l’achat d’une borne!

Toutefois, en C.-B., si un propriétaire décide de se débarrasser de sa vieille voiture au profit d’un modèle qui émet zéro émission, il pourrait bénéficier d’une aide de 6 000 $ supplémentaire. En considérant le coût très élevé de l’essence dans cette province ainsi qu'une mentalité des décideurs et résidents de plus en plus écologique (Vancouver vise à devenir la ville la plus verte au monde en 2030), on explique peut-être la légère avance de cette province sur le Québec en ce qui a trait aux VÉ.

Mais c'est sur la Norvège que l'on doit vraiment prendre exemple. Dans ce pays nordique, 56 % des véhicules sont à recharge électrique et l’an passé, la vente de véhicules à essence a chuté de 31,4 %. La clé ? La Norvège entend bannir la vente des véhicules à essence d’ici 2025. Un bel exemple nordique à suivre! En effet, il y fait particulièrement froid, mais les voitures électriques y fonctionnent parfaitement bien.

Ce qui est validé par Chris Trapp: « Le rendement de la voiture électrique est moins bon par temps froids... Mais celui des voitures à essence aussi ! Pour améliorer la performance d’une VÉ par temps froid, il est possible de réchauffer la batterie avant de partir, alors qu’elle est encore branchée. Vous pourrez ainsi atteindre sa température optimale avant de prendre la route. Partir avec une batterie froide réduira l’autonomie car de l’énergie sera consommée pour la réchauffer.

De même, les voitures électriques sont meilleures que les voitures à essence en termes de traction et de contrôle, car si une route fait patiner la voiture, l’ordinateur de la voiture pourra régler la traction en une milliseconde. Les humains ne peuvent pas réagir aussi vite! C’est tout simplement impossible. Si je compare les voitures à deux roues motrices entre elles, à mon avis, une VÉ aura une meilleure traction à tous coups. Ma maison se trouve en bas d’une colline escarpée et bien que je possède une Tesla à quatre roues motrices, je n’ai aucun problème à monter la colline, même lorsqu’elle n’est pas déneigée ».

La voiture électrique, plus efficace que celle à essence dans des conditions hivernales © Zach Castillo, Unsplash

L’importance de la transition

On ne peut en aucun cas continuer à introduire sur les routes des modèles qui continueront à polluer pendant des années. Bien entendu, le développement maximal des réseaux de transport en commun et la facilitation du transport actif sont fondamentaux, mais il faut également favoriser l’achat de VÉ, pour réduire les émissions de GES lorsque la voiture est nécessaire.

Car si le Québec représente le marché numéro 1 des VÉ au Canada avec 47 % des achats, il en reste beaucoup à faire. Rappelons que les VÉ et les VHR n'y ont représenté 6,2 % des ventes au Québec en 2019, un taux record, mais il serait intéressant de viser plus haut, comme le fait la Norvège.

Surtout considérant le fait qu’ici, on carbure à l’hydro-électricité! En effet, si la pertinence des autos électriques est remise en question dans des pays où l'électricité provient majoritairement du charbon et du gaz de schiste (comme aux États-Unis) ou du nucléaire (comme en France), le Québec est le candidat idéal pour l'utilisation de son électricité de source renouvelable pour se déplacer. À cet effet, Hydro-Québec prévoit que les revenus annuels issus de la vente d’électricité destinée aux VÉ dépassera les 100 millions $ au Québec en 2027, pour un réseau de 500 000 unités sur les routes. Rappelons que la quantité d’hydro-électricité produite au Québec (en dehors des heures de pointe) suffit amplement à fournir les 500 000 unités attendues.

Habitation et voiture électrique

Écohabitation voit dans l'habitation efficace une solution intéressante pour accélérer l'adoption de véhicules électriques. L'organisme réalise à l’heure actuel un projet qui démontrera que de libérer des kWh dans les habitations pour la recharge de véhicules électriques, en exploitant le faible taux du bloc patrimonial d’Hydro-Québec (sous la barre des 30 premiers kWh) permettra au propriétaire de se chauffer et de se déplacer au coût d’environ un café par jour. Pour en savoir plus, découvrez le projet Mode de vie branché.

Sources