La source d'énergie qui alimente votre réseau électrique est un facteur déterminant dans l’évaluation de l’empreinte carbone d'une maison. Évidemment, au Québec, il s'agit probablement de l'hydroélectricité (en fait c'est sûr dans 95% des cas), une énergie propre et renouvelable. Certes, le débat autour de la destruction des territoires naturels, et de l’empreinte carbone entrainée par la construction de nouveaux barrages, se trame toujours. Depuis quelques années, on évalue même l'impact des lacs artificiels derrière les barrages, qui rejettent du CO₂ et du méthane au cours de leur « respiration » (pour en savoir plus, consultez l'article paru dans le Devoir en novembre 2018).

Est-ce pour autant une raison de délaisser entièrement l'autoproduction d'électricité de source renouvelable? Réponse ici!

Avant-propos: une maison économe en énergie

Quand on parle d'autoproduction d'énergie, il faut réviser la base: réduire les besoins. Selon vous, qu’est-ce qui est le plus logique ? Investir dans l’étanchéité d’un seau qui fuit, ou chercher une nouvelle source hydrique tout en ignorant sciemment de comprendre pourquoi on perd de l’eau?

C’est la même chose lorsqu’on construit ou rénove une maison. En effet, la différence de coûts pour adopter une construction traditionnelle qui respecte le Code, ou pour une maison certifiée LEED®, une maison passive ou même une maison Net Zéro est maintenant minime (si vous contactez les bons constructeurs, le surcoût représente environ 5 %, une différence qui sera rapidement rentabilisée via vos factures !).

Si vous partez d’une vieille maison inefficace qui demande un investissement pour l’amélioration de ses performances énergétiques, ce sera doute tout de même une meilleure marche à suivre que de lui ajouter des panneaux solaires qui vise à réduire sa facture.

Chauffage solaire passif (non, il ne s'agit toujours pas d'autoproduction)

Meilleure manière d'économiser sur le chauffage: en avoir un gratuit! Le chauffage solaire passif, il consiste à capter la chaleur du soleil efficacement, sans système de chauffage, ni appareil. Évidemment, il ne s'agit pas d'autoproduction d'énergie, mais le concept s'approche de l'alimentation (quasi) illimitée en chaleur et sans aucun impact environnemental.


Schéma de chauffage et refroidissement passifs © EcoHome

Comme le désigne le terme « passif », l’énergie est transférée à la maison sans ajout d’éléments qui puissent nécessiter entretien ou réparation. Si on conçoit ainsi, il ne faut pas oublier de prendre en compte l’ombrage. En l’absence d’une stratégie de refroidissement passive, les maisons pourraient surchauffer à un point tel que l’énergie nécessaire pour la climatiser pourrait annuler les gains sur l’énergie réalisés en hiver. Une maison qui profite de l’énergie du soleil doit donc bénéficier d’un ombrage bien conçu de manière à ce qu’elle puisse se rafraîchir naturellement (arbres à feuilles caduques, auvents, stores).

Une conception solaire passive adéquate intégrera également de la masse thermique dans le bâtiment, ce qui aura pour effet d’équilibrer les températures intérieures et d’offrir des économies d’énergie allant jusqu’à 25 % par rapport aux habitations sans ces considérations. Comme l’ont souligné les concepteurs de la première maison passive au monde, après des années de rétrospectives: « Simple est toujours mieux que compliqué, passif est mieux qu’actif, et les pièces mobiles finissent toujours par lâcher! ». Une belle maxime à prendre en considération lorsque vous planifierez votre construction!

Électricité solaire photovoltaïque

L'ensoleillement au Québec est largement suffisant pour s'approvisionner! Mais l'enjeu se situe au niveau du prix: comme le Québec vend son électricité (propre) le moins cher parmi les provinces canadiennes, et que le prix des panneaux solaires freine beaucoup de particuliers, il est généralement encore peu courant pour un Québécois de se tourner vers l’autoproduction photovoltaïque.

Mais saviez-vous que le kilowattheure solaire devient de plus en plus abordable? En effet, il a chuté de 10 % par année depuis une dizaine d'années. En fait, on pourrait s'approvisionner en électricité solaire à un coût se rapprochant des tarifs d'Hydro-Québec d'ici moins de dix ans. De plus, il existe beaucoup de cas, comme l'éloignement du réseau et la consommation faible ou saisonnière, où le calcul est déjà avantageux... Pour en savoir plus sur les opportunités qui pourrait s'offrir à vous, consultez le programme de notre formation Énergies renouvelables vous permettra d'explorer toutes les possibilités de l'autoproduction photovoltaïque.

Micro-hydroélectricité

Les conditions propices à la production d’énergie hydroélectrique sont plutôt rares en zone rurale, et pratiquement inexistantes dans le tissu urbain. La micro-hydroélectricité est sans aucun doute renouvelable, mais si vous avez l’intention d’extraire suffisamment d’énergie pour avoir un impact notable sur votre consommation, la mise en place d’un tel système pourrait avoir un impact certain d'un point de vue écologique.

Et en la matière, il existe des règlementations! Certes, sur un terrain privé, le Ministère de l’environnement interdit de construire à moins de 10 mètres de tout cours d’eau, y compris un peti ruisseau. Toutefois, sachez que si le système n'entraîne pas une dérivation du cours d'eau, le principe est accepté par la réglementation. Ainsi, la prise d'eau doit être dans le cours d'eau et la conduite forcée doit être absolument se faire par un tuyau étanche (et non pas un canal de déviation).  Enfin, l'eau sortie de la turbine doit être redirigée directement dans le cours d'eau. Sinon, un certificat d'autorisation du ministère pour le projet est obligatoire.

Cela dit, dans tous les cas, il vaut mieux s'informer par avance des exigences réglementaires avec des professionnels et la municipalité. Pour tous les détails, la formation Écohabitation est tout indiquée!

système de production micro-hydroélectrique © Taniwha, CC

Nous ne préconisons pas vigoureusement des projets personnels! Surtout que le débit d’eau et la puissance fournie seront assez imprévisibles, mais lorsque les conditions s'y prêtent, cela peut être un projt passionant!

Éolienne personnelle

Le problème ici, ce sont les arbres. Il est recommandé de veiller à ce que l’éolienne soit plus haute que les structures et les arbres à moins de 100 mètres. La structure des vents à votre emplacement géographique serait également à examiner afin de déterminer si une éolienne résidentielle en vaut la peine. Ces notions et considérations sont au menu dans la formation Énergies renouvelables d'Écohabitation.

De petites éoliennes résidentielles relativement peu coûteuses pour la production d’électricité se frayent tranquillement un chemin sur le marché, et sont même disponibles dans certaines quincailleries. À savoir si elles valent ou non l’investissement! Alors, si vous possédez une petite éolienne résidentielle, partagez-nous votre expérience, ainsi que votre verdict, dans la section commentaires ci-dessous !

Éolienne domestique Zoetrope par Applied Sciences

Vélos stationnaires générateurs d’électricité

Oui, un vélo à pédales qui produit de l’électricité, ça existe. Mais est-ce performant?

Au départ, cet accessoire a été introduit dans les ménages en Alaska pour alimenter des appareils ménagers. L'isolement demandait des solutions créatives et peu coûteuses pour produire de l'électricité: ce genre de système est un excellent atout pour tous ceux vivants hors réseau... et rester en forme!

La technologie de ces vélos générateurs d’électricité s’est lentement mais constamment améliorée, et il est même possible d'acheter un appareil à monter sur un simple vélo afin de produire de l'électricité. Mais il ne faut pas se voiler la face: une maison nord-américaine typique consomme environ 1 000 kWh d’énergie par mois, l’énergie produite en pédalant ne suffira jamais à combler l’ensemble de ces besoins...

Vélo stationnaire générateur d'électricité © WeWatt

Se former sur l’autoproduction énergétique et les énergies renouvelables

Vous l'aurez entrevu au cours de cet article, autoproduire de l'électricité est une vaste question. Quand est-ce que c'est rentable? Quel est le coût d'investissement? Quelle est la période de rentabilité? Avez-vous un toit assez grand pour produire suffisamment d'électricité avec l'énergie solaire? 

Autant de questions où vous trouverez réponse dans notre formation de 30 heures dédiée aux énergies renouvelables. Vous y acquérirez les bases théoriques et pratiques de la production d’électricité de sources renouvelables et aurez une meilleure compréhension des enjeux de l'autonomie énergétique.

Comment dimensionner un système, calculer les besoins en énergie, concevoir et installer les systèmes de production d'énergie solaire, éolienne et de micro-hydroélectricité? Rendez-vous cet automne pour le découvrir!