À cause de la grande imperméabilisation des sols dans les zones urbaines, les pluies abondantes entrainent inondations et surcharge des réseaux, et déversent de nombreux polluants dans les lacs et les rivières. Si récupérer l'eau de pluie représente une solution intéressante, réduire le ruissellement est cependant moins impliquant financièrement parlant.

© Urban Grammar

De plus en plus, la gestion durable des eaux de ruissellement est intégrée aux pratiques d'aménagement urbain: stationnements en pavage perméable, îlots de biorétention, noues végétalisées... Les nouveaux quartiers et les zones urbaines revitalisées changent de visage.

En première ligne des dégâts créés par le refoulement des réseaux pluviaux, les municipalités jouent elles aussi un rôle important dans la multiplication de ces installations intelligentes qui agissent comme des tampons.

 

 

 

 

© Urban Grammar

Contribuer à la rétention des eaux de pluie à la maison

À l'échelle résidentielle, dans nos cours et nos parcs, les jardins de pluie peuvent représenter une avenue intéressante, en plus d'offrir un paysage tout à fait plaisant! Des roches, des plantes vivaces, de l’herbage ornemental et des arbustes ligneux adaptés aux conditions humides et sèches... Les jardins de pluie sont non seulement très esthétiques, mais aussi durables et très fonctionnels. De plus, ils demandentpeu d'entretien!

Comment ça fonctionne? Le jardin de pluie, aménagé sur une petite zone, est conçu de manière à capter l’eau de pluie surabondante qui s’écoule du toit d’une maison, d’une allée, d’un patio et autres surfaces imperméables. En plus de jouer le rôle d'entonnoir, il retient l’eau temporairement, le temps qu’elle s’infiltre dans le sol, de manière à la détourner des réseaux d'aqueducs et éviter les accumulations.

À ne pas confondre avec l’étang, le jardin d’eau ou le marais, le jardin pluvial est normalement sec, retenant l’eau brièvement après une précipitation.

Jardin de pluie coloré © Ashley Blazina

Pour des installations efficaces

Pour qu’ils puissent jouer leur rôle pleinement, les jardins pluviaux doivent être bien conçus. De nombreux facteurs sont à considérer:

  • où le situer
  • comment déterminer sa superficie et sa profondeur
  • minimiser les impacts potentiels sur les fondations de la maison
  • déterminer les sources potentielles d’eau pluviale et leur quantité
  • comment diriger l'eau de pluie vers le jardin
  • analyser le sol
  • intégrer le jardin à l’aménagement existant de façon à limiter l’entretien et à rehausser la beauté du paysage...

Thomas G. Franti et Steven N. Rodie, spécialistes en gestion des eaux de surface et en aménagement horticole de l’Université du Nebraska ont élaboré un guide très complet qui présente comment concevoir un jardin de pluie, de A à Z. Il a été traduit et adapté pour le Québec par l'Organisme de bassin versant Matapédia-Restigouche (OBVMR).

Le guide, très ludique, a été optimisé pour les supports numériques. En le parcourant, on peut cliquer sur des vidéos informatives, des animations, des diaporamas et autres éléments interactifs qui permettent de bien saisir le contenu présenté.

Vous pouvez le télécharger gratuitement en cliquant sur l'image, ou dans notre section de Publications!

Pour en savoir plus sur les jardins de pluie et l’aménagement paysager écologique