Outre le coup d’œil esthétique, le revêtement extérieur a pour rôle de protéger la maison des intempéries (pluie, neige, vent, soleil) et d’empêcher la dégradation de son enveloppe. La durabilité, la qualité des matériaux, de l’assemblage et de la conception sont donc déterminantes. Découvrez nos choix écologiques!

Revêtement extérieur: miser sur la durabilité est plus rentable

Pour économiser à l’achat, nombreux propriétaires renoncent à faire le choix de matériaux durables. À tort! Faire un choix uniquement basé sur le coût à l’achat peut coûter très cher. Écohabitation l’a démontré pour les revêtements de plancher, de murs et de toiture, et des propriétaires de Pointe-aux-Trembles l’ont appris à leurs dépens.

Dans un développement résidentiel de l'Est de l'Île, près de 20 propriétaires ont été obligés de refaire le revêtement extérieur de leur maison neuve. Derrière le parement en acrylique, payé moins cher à l’achat que le bois ou la brique, les cloisons étaient complètement moisies, et les garanties dépassées. Il n’y avait donc pas uniquement le parement à remplacer, mais également des portions de la structure et des cadrages des ouvertures. Un reportage de l'émission de Radio-Canada La Facture présente les déboires de la famille Fournier qui a dû débourser 67 000 $ pour faire les travaux de rénovations elle-même, alors que d'autres propriétaires ont eu à débourser plus de 100 000 $ en embauchant un professionnel.

Ces mésaventures nous poussent à rappeler l’importance des revêtements et parements (et des matériaux et techniques en général) durables et vous informez de quelques choix de matériaux de revêtements à éviter à tout prix.

Les revêtements extérieurs à éviter

Les parements en acrylique SIFE (système d'isolation des façades avec enduit)

Ils sont composés de ciment, de fibre de verre et de polystyrène expansé. Quoiqu’assez performants contre les parasites et les moisissures, les revêtements en acrylique sont polluants et possèdent une forte énergie grise. Ils présentent une mauvaise résistance aux intempéries et au feu, et ils sont difficiles à installer et à entretenir. Les fournisseurs prétendent parfois qu’en plus d’être des revêtements, ils jouent aussi le rôle d’isolants, comme dans le cas du SIFE. Mais c'est loin de dispenser d'une couche d'isolant supplémentaire.

Le SIFE signifie système d’Isolation des façades avec enduit ; il se présente donc principalement comme un isolant, avec une valeur de R 4.0. Mais en somme, des couches d’acrylique sont appliquées sur des panneaux isolants de polystyrène expansé. Le SIFE se compose aussi d’une barrière résistante aux intempéries (pare-air et/ou pare-vapeur) et d’une couche de base renforcée d’un treillis. Le tout est fixé sur un revêtement intermédiaire, comme un contreplaqué, derrière le mur de finition.

Revêtement extérieur en acrylique

Le problème? Ces systèmes font en sorte de sceller les murs à 100 %, ce qu’on sait qui est impossible à réaliser. Lorsque l’eau pénètre dans le mur recouvert d'acrylique et l’asséchement devient impossible! C’est pourquoi on conseille toujours de mettre en place des stratégies qui permettent à l’ensemble de sécher en cas d’infiltrations.

C’est qui est arrivé aux propriétaires de Pointe-aux-Trembles: une installation légèrement défaillante du système et la moisissure s’est installée pour tout ravager. Pourtant, les entreprises qui produisent le SIFE auraient dû s'en douter: au début des années 90, dans l’Ouest canadien, le revêtement de dizaines de milliers de maisons et de condos a dû être refaits à coût de milliards de dollars en raison des multiples infiltrations d’eau. Dans les années qui suivent l’installation de ce genre de système, il arrive qu'apparaîssent sur la surface d'acrylique des ondulations, des traces brunâtres, des cernes d'eau ou des fissures.

Revêtement extérieur en acrylique
Revêtement extérieur vieillissant © HistoricOmaha.net

Le fibrociment

Tout comme l'acrylique, le fibrociment se dégrade rapidement. Composé de 90 % de ciment et de 10 % de cendres et de cellulose, il a une forte énergie grise et sa fabrication est polluante. Si le ciment est nécessaire pour les fondations, autant l'éviter sur le revêtement extérieur des bâtiments! Oui, il résiste très efficacement aux intempéries, est inattaquable par les parasites et la moisissure, assez facile d’installation et d’entretien, mais il est déconseillé par l’Ordre des architectes du Québec, qui a constaté de nombreuses dégradations (fissurations, décoloration, écaillement, lamination…).

Les revêtements en vinyle (PVC)

Les revêtements de vinyle (PVC) sont les moins dispendieux, mais ils ne sont ni écologiques, ni vraiment esthétiques. Le PVC est dérivé du gaz naturel, qui n'est pas renouvelable. Il peut exiger l'emploi de matériaux supplémentaires afin d'assurer sa résistance au feu. Bien que théoriquement recyclable, le vinyle est rarement recyclé au Québec. Enfin, il vieillit mal. Bref, un matériau à éviter autant que possible.

Les bons choix de revêtement extérieur

Au Québec, ce ne sont pas vraiment les choix qui manquent en terme de revêtements extérieurs écologiques:

Le bois (cèdre, mélèze, épinette, pin blanc), le parement distinctif du Québec

Huilé, teinté, torréfié, prévieilli, ou même carbonisé, à la méthode japonaise Shou-sugi-ban, opaque ou semi-transparent: le bois, sous forme de déclin ou de bardeaux, est le parement québécois par excellence. Son extraction et sa production génèrent très peu de pollution, et peu d’énergie grise est dépensée jusqu’à sa mise en place (assez aisée) sur les murs de votre maison. La matière première existe en quantité abondante chez nous, à condition toutefois que les forêts soient gérées convenablement. Et le bois est un matériau très durable, en plus de stocker le carbone par excellence qui se prête facilement aux réparations mineures (panneaux facilement remplaçables)! Préférez le cèdre blanc de l’est.

Pour tout savoir sur les revêtements extérieurs en bois, regardez notre vidéo!

Revêtement extérieur en cèdre blanc noueux classique 5 pouces vieilli Vintage Grey Plus, signé Maxi-Forêt
Revêtement extérieur en cèdre blanc noueux classique 5 pouces vieilli Vintage Grey Plus, signé Maxi-Forêt

La brique et pierre naturelle

La brique et la pierre sont des matériaux de revêtement extérieur de grande durabilité, à forte valeur patrimoniale. Leurs qualités sont excellentes une fois posées: la brique et les produits de maçonneries résistent bien aux intempéries, sont très performants contre le feu, inattaquables du côté des parasites et de la moisissure. Leur atout principal face au bois: le peu d'entretien qu'elles demandent au fil des années.

Et même si une quantité importante d’énergie grise est dépensée tout au long du cycle extraction-production, leur durée de vie est très longue, et représente donc un excellent choix!

Revêtement extérieur en brique et métal, signé Maxi-Forêt. Architecture hatem + D Architecture / EBA
Revêtement extérieur en brique et en cèdre signé Maxi-Forêt. © hatem +d Architecture / EBA

Le métal, la tôle

Le revêtement de métal est de plus en plus utilisée par les architectes et de nombreux manufacturiers proposent de vastes gammes de produits aux formats et finis variés. Ses qualités esthétiques et de durabilité sont indéniables, et même si l’acier demande beaucoup d’énergie lors de l'extraction minière et à la fabrication (énergie grise). Mais il est constitué de peu de matière, est recyclable, et possède d’excellentes performances anti-moisissure et parasites, ce qui en fait un produit très écologique. Plus dispendieux que le bois, le revêtement de tôle ne demande par contre peu ou pas d’entretien. Ce matériau résiste très bien aux intempéries: à privilégier sur les façades soumises aux intempéries et au rayonnement solaire.

Revêtement extérieur en métal Mac Métal, Metal Block | Noir Titane
Revêtement extérieur en métal Metal Block | Noir Titane © Mac Métal Architectural

Fibre de bois composé (HDF ou copeaux orientés ou bois d'ingénierie)

Les fibres de bois de ce type de matériaux ont subi un traitement à chaud sous pression, liés avec de la résine et de la cire. Avec sa faible énergie grise (plus élevée que celle du bois) et de matière première renouvelable, il est facile d’installation. Même s'il est résistant au climat canadien, à l'humidité et aux rayons UV, il nécessite un bon entretien et présente une performance moyenne aux intempéries, aux moisissures et aux parasites. Optez pour des matériaux faits ici, avec du bois d’ici.

Les options recyclées: réemployer, rafraîchir et revaloriser des matériaux pour les revêtements extérieurs

Trouver des matériaux de revêtement extérieur provenant de la déconstruction de vieilles granges, d'usines démolies... Faites du neuf avec du vieux! Les ressources sont infinies afin de trouver des éléments au charme indéniable. En leur redonnant une seconde vie, on fait le choix le plus écologique. Par contre, la qualité des matériaux, de l’assemblage et de la conception sont déterminants pour protéger convenablement la maison contre les intempéries (pluie, neige, vent, soleil) et faciliter la pose. On trouve des matériaux récupérés dans les magasins qui vendent des matériaux de construction recyclés et chez les marchands spécialisés en récupération architecturale. Vous pouvez même en trouver dans les petites annonces de particuliers, ou sur des sites de démolition.

Revêtements extérieurs: l’importance de la pose

Pour tous les types de revêtements, assurez-vous que l’assemblage, la pose, la conception des parements soient faits convenablement, sans quoi la durabilité des matériaux, qui est mise à l'épreuve par les chocs causés par les différences de température et l’exposition au soleil, pourrait être réduite prématurément.

Et rappelez-vous: l’important, c'est que ça sèche! Il suffit de prévoir un espace bien ventilé entre le contreplaqué (panneaux d'OSB, par exemple) et le revêtement. Une stratégie simple, mais cruciale, en toutes saisons et sous toutes conditions.

En savoir plus